Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La croissance du secteur manufacturier de la zone euro ralentit

Reuters01/09/2015 à 11:08

LES PMI MANUFACTURIERS

PARIS/LONDRES/BERLIN (Reuters) - Principaux résultats, définitifs pour l'Allemagne, la France et la zone euro, des enquêtes Markit auprès des directeurs d'achat du secteur manufacturier en Europe publiés mardi.

* ZONE EURO-LA CROISSANCE MANUFACTURIÈRE RALENTIT EN AOÛT

LONDRES - L'activité manufacturière a ralenti en août dans la zone euro en dépit de solides performances en Allemagne, selon les résultats définitifs des enquêtes de Markit auprès des directeurs d'achat.

L'indice PMI dans l'industrie manufacturière est ressorti à 52,3 en août, un peu en-deçà de l'estimation "flash" annoncée le 21 août et qui représentait une stabilité par rapport à juillet. Il reste cependant depuis plus de deux ans au-dessus du niveau de 50 à partir duquel il rend compte d'une croissance.

Le sous-indice de la production, qui entre dans le calcul de l'indice composite attendu jeudi, a progressé à 53,9 contre 53,6, dépassant l'estimation initiale qui était à 53,8.

L'enquête de Markit fait aussi ressortir une légère hausse des prix facturés par les entreprises de la zone euro.

* ALLEMAGNE-L'ACTIVITÉ MANUFACTURIÈRE À UN PIC DE 16 MOIS

BERLIN-La croissance de l'activité dans le secteur manufacturier allemand a connu en août son rythme le plus vif en 16 mois, indiquent les résultats définitifs de l'enquête mensuelle de Markit auprès des directeurs d'achat.

L'indice global du secteur est revenu à 53,3, contre 51,8 en juillet. Le chiffre du mois d'août est légèrement supérieur à une première estimation (53,2) et nettement au-dessus de la barre de 50 qui sépare la contraction de la croissance.

Les nouvelles commandes ont connu leur croissance la plus rapide depuis avril 2015, avec notamment une progression de la demande en provenance du Proche-Orient et des Etats-Unis, et la production a enregistré sa progression la plus forte depuis cinq mois.

Ces bons résultats suggèrent que les exportations pourraient stimuler la croissance de la première économie d'Europe au troisième trimestre. "Les données de l'enquête pour le troisième trimestre à ce stade suggèrent que le secteur allemand de production de biens est en meilleure forme qu'au trimestre précédent", commente Oliver Kolodseike, économiste de Markit.

"Si la tendance haussière se poursuit en septembre, le secteur manufacturier contribuera de manière positive à la croissance économique au troisième trimestre", ajoute-t-il.

* FRANCE-LE SECTEUR MANUFACTURIER RECULE ENCORE EN AOÛT

PARIS - La contraction de l'activité dans le secteur manufacturier français s'est accentuée en août, selon les résultats définitifs de l'enquête mensuelle de Markit auprès des directeurs d'achat.

L'indice global du secteur a reculé à 48,3, contre 49,6 un mois plus tôt, un niveau inférieur à la première estimation "flash" (48,6). Il s'installe ainsi sous la barre de 50 qui sépare contraction et expansion de l'activité, qu'il avait dépassée en juin pour la première fois depuis avril 2014.

La composante production de l'indice est également en baisse et sous la barre des 50 pour le deuxième mois consécutif, à 48,4 contre 49,2 en juillet et 49,2 en estimation flash.

"La contraction se renforce dans l'industrie manufacturière française en août, les entreprises signalant un recul plus prononcé des nouvelles commandes au cours du mois", a déclaré Jack Kennedy, économiste chez Markit.

"La demande demeurant fragile et l'environnement économique ne montrant aucun signe d'amélioration, les nouvelles remises de prix accordées par les fabricants n'ont pas suffi à prévenir la dernière baisse des ventes", a-t-il ajouté. "En conséquence, la faiblesse des perspectives d'activité incite les fabricants français à poursuivre les réductions de stocks et d'effectifs."

* ITALIE-CROISSANCE MANUFACTURIÈRE AU PLUS BAS DEPUIS AVRIL

ROME-L'activité dans le secteur manufacturier italien a progressé en août pour le septième mois d'affilée mais à son rythme le plus faible depuis avril, selon l'enquête Markit auprès des directeurs d'achat.

L'indice PMI manufacturier Markit/Adaci a reculé à 53,8 contre 55,3 en août, en-deçà du consensus de 54,8 établi par Reuters à partir des estimations de 13 économistes, tout en se maintenant au-dessus du niveau de 50.

Le sous-indice des entrées de commandes a reculé à 56,1, avec des commandes à l'export au plus bas depuis janvier.

Le gouvernement de Matteo Renzi prévoit une croissance de 0,7% en 2015, après trois années de récession. Au deuxième trimestre, le PIB avait progressé de 0,2%.

* ESPAGNE-LA CROISSANCE RALENTIT POUR LE 3E MOIS D'AFFILÉE

MADRID-L'activité dans le secteur manufacturier espagnol a ralenti en août pour le troisième mois d'affilée, avec une moindre croissance des entrées de commandes et de l'emploi.

L'indice Markit des directeurs d'achat est ressorti à 53,2 contre 53,6 en juillet, tout en restant au-dessus de la barre de 50 à partir de laquelle il témoigne d'une croissance.

Les contrats en souffrance ont baissé pour la première fois en 20 mois et les stocks de produits finis ont également reculé, tandis que les créations d'emplois ont ralenti à leur rythme le plus faible depuis six mois avec un sous-indice à 53,5 contre 55,5 en juillet.

Pour Andrew Harker, économiste chez Markit, l'enquête d'août "apporte une nouvelle confirmation du ralentissement du secteur (manufacturier)."

* IRLANDE-LE PMI MANUFACTURIER AU PLUS BAS DEPUIS 18 MOIS

DUBLIN-Le secteur manufacturier irlandais a connu en août sa plus faible croissance en 18 mois, du fait du contexte international incertain et du léger recul de l'euro.

L'indice PMI manufacturier calculé par Investec a reculé à 53,6 en août contre 56,7 en juillet, tout en restant pour le 27e mois successif au-dessus de la barre de zéro.

Pour Philip O'Sullivan, économiste chez Investec, ce recul n'est pas inquiétant pour le PIB irlandais, qui a progressé de 5% en 2014 et devrait encore afficher la meilleure performance en Europe cette année. "Le secteur manufacturier continue de bénéficier de vents favorables et on s'attend à ce qu'il termine bien l'année", assure-t-il.

(Bureaux européens de Reuters, Véronique Tison, Patrick Vignal et Jean-Baptiste Vey pour la version française)


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.