Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La croissance de la zone euro plus forte que celle des USA au T1

Reuters03/05/2017 à 13:52
    * Le PIB de la zone euro en hausse de 0,5% au 1er trimestre 
    * Croissance de 1,8% en rythme annualisé, contre 0,7% aux 
USA 
    * Le PIB du 4e trimestre revu en hausse 
 
 (Actualisé avec précisions, contexte, commentaires) 
    par Francesco Guarascio et Philip Blenkinsop 
    BRUXELLES, 3 mai (Reuters) - L'économie de la zone euro a 
bien débuté l'année avec une croissance supérieure à celle des 
Etats-Unis au premier trimestre, ce qui augure d'une performance 
solide pour l'ensemble de 2017, montre la première estimation 
publiée mercredi par Eurostat. 
    Dans un contexte politique délicat, cette amélioration des 
perspectives conjoncturelles pourrait priver d'arguments 
certains partis politiques eurosceptiques qui dénoncent la 
faiblesse des résultats économiques de la construction 
européenne et prônent un abandon de l'euro et le retour aux 
monnaies nationales afin de doper la croissance. 
    Le produit intérieur brut (PIB) des 19 pays ayant opté pour 
la monnaie unique a progressé de 0,5% sur la période 
janvier-mars par rapport aux trois mois précédents, un chiffre 
conforme au consensus des estimations des économistes interrogés 
par Reuters. 
    Par rapport au premier trimestre de l'an dernier, la 
croissance est estimée à 1,7%, là encore comme attendu. 
    Ces chiffres correspondent à une croissance de 1,8% en 
rythme annualisé (l'extrapolation du rythme d'un trimestre à 
l'ensemble de l'année) alors que le PIB des Etats-Unis n'a 
enregistré sur la même base qu'une expansion de 0,7% sur 
janvier-mars, sa plus mauvaise performance depuis le début 2014. 
   
    L'institut européen de la statistique a en outre revu en 
hausse la croissance du quatrième trimestre 2016, à 0,5% contre 
0,4% auparavant, et à 1,8% en rythme annuel contre 1,7%. 
    "L'économie fait preuve de résilience face à l'incertitude, 
à la fois à l'intérieur et à l'extérieur. Sauf surprise à 
l'issue de l'élection présidentielle française de dimanche, la 
croissance de la zone euro est bien partie pour une bonne année 
2017" a commenté Bert Colijn, économiste senior d'ING. 
     
    LA REMONTÉE DES PRIX RESTE IRRÉGULIÈRE 
    La première estimation d'Eurostat ne détaille pas les 
différentes composantes du PIB mais les économistes estiment que 
la consommation intérieure et l'investissement des entreprises 
ont été les principaux moteurs de la croissance au premier 
trimestre. 
    Le poids de la demande intérieure dans l'activité globale 
pourrait d'ailleurs se traduire par un ralentissement de la 
croissance au cours des prochains trimestres en raison de la 
remontée probable des prix.  
    "Il est toujours possible que la croissance soit pénalisée 
par la réticence des consommateurs à dépenser si leur pouvoir 
d'achat est entamé par l'accélération globale de l'inflation et 
une croissance limitée des salaires dans la plupart des pays", 
explique ainsi Howard Archer, chef économiste Europe d'IHS 
Markit. 
    L'inflation dans la zone euro a atteint 1,9% en rythme 
annuel en avril selon la première estimation d'Eurostat, après 
1,5% en mars, remontant tout près du pic de quatre ans atteint 
en février à 2,0%. 
    Mais les prix continuent d'évoluer en dents de scie: les 
chiffres des prix à la production dans la zone euro, également 
publiés mercredi, montrent ainsi un ralentissement en mars, avec 
une baisse de 0,3% sur un mois, qui ramène leur hausse sur un an 
à 3,9% contre 4,5% en février. 
    "Il semble que le ralentissement de l'inflation des prix à 
la production reflète pour une bonne part des effets liés à 
l'énergie, qui devraient continuer de peser sur l'évolution des 
prix à la production comme à la consommation jusqu'à la fin de 
l'année", explique Jack Allen, économiste Europe de Capital 
Economics.  
    Il ajoute que l'évolution irrégulière des prix devrait 
conduire la Banque centrale européenne (BCE) à laisser sa 
politique de soutien à l'économie inchangée jusqu'à l'année 
prochaine. 
     
    Tableau:   
    Les indicateurs de la zone euro en temps réel  ECONEZ  
     
 
 (Marc Angrand pour le service français) 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.