Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La croissance de l'industrie se poursuit dans la zone euro

Reuters03/03/2014 à 12:27

L'indice manufacturier de la zone euro en croissance

PARIS/BERLIN/LONDRES (Reuters) - La croissance du secteur manufacturier de la zone euro a ralenti le mois dernier mais, pour la première fois en près de trois ans, la production a augmenté dans les quatre principales économies de la région, selon l'enquête mensuelle de Markit auprès des directeurs d'achat.

L'Allemagne mène une nouvelle fois la danse, suivie par l'Espagne et l'Italie tandis que le secteur manufacturier français dans son ensemble, à 49,7, est revenu tout près de la barre de 50 séparant croissance et contraction d'une activité.

L'indice PMI manufacturier de la zone euro dans son ensemble s'est établi à 53,2, niveau légèrement supérieur à l'estimation flash de 53,0 publiée le mois dernier, mais inférieur au niveau de 54,0 de janvier, qui avait représenté un pic depuis mai 2011.

La composante de l'emploi est ressortie à un niveau supérieur à cette barre des 50 pour le deuxième mois consécutif.

En revanche, les prix à l'entrée des usines ont reculé pour la première fois en six mois, une évolution susceptible d'alimenter les craintes de déflation dans la zone euro.

8E MOIS CONSÉCUTIF DE HAUSSE EN ALLEMAGNE

L'indice PMI manufacturier de l'Allemagne est revenu à 54,8 en février, après son pic de 32 mois atteint en janvier, des données qui suggèrent que la première puissance économique européenne a bien commence l'année, selon les résultats définitifs de l'enquête Markit publiés lundi.

En version flash, l'indice avait été annoncé à 54,7, contre 56,5 en janvier.

Cet indice est ainsi pour le huitième mois de suite au-dessus de la barre des 50.

"Les résultats de l'enquête publiée aujourd'hui sont un nouvel élément positif pour le secteur de la production de biens de l'Allemagne", estimé Oliver Kolodseike, économiste chez Markit.

"(...) Avec des entreprises qui annoncent de fortes hausses d'entrées de commandes et de ventes à l'exportation, le secteur semble bien parti pour poursuivre sa croissance à court terme."

Le sous-indice mesurant les entrées de commandes est revenu à 57,1, contre 59,7 en janvier, mais cela constitue néanmoins son deuxième meilleur niveau depuis avril 2011.

LÉGER RECUL EN FRANCE

L'activité dans le secteur manufacturier en France a ralenti nettement moins qu'indiqué initialement en février et entrevoit même une stabilisation après deux années de contraction, selon les résultats définitifs de l'enquête PMI publiés lundi par Markit.

L'indice global du secteur est ressorti à 49,7, son plus haut niveau depuis cinq mois, pour revenir juste sous la barre des 50.

Il avait été annoncé en première estimation "flash" à 48,5, en retrait par rapport à sa marque de janvier (49,3).

Markit relève que la composante production de l'indice a renoué avec la croissance pour la première fois depuis juillet même si la hausse a été "marginale".

HAUSSE PLUS MARQUÉE QUE PRÉVU EN GRANDE-BRETAGNE

Le secteur manufacturier britannique a enregistré en février une croissance plus marquée, avec notamment un nombre de créations d'emplois à un pic de 33 mois.

Ceci étant dit, le ralentissement de la croissance des nouvelles commandes à l'exportation, qui peut s'expliquer en partie par l'appréciation de la livre sterling, apporte un léger bémol à un tableau plutôt favorable.

L'indice Markit/CIPS du secteur manufacturier s'est établi à 56,9 contre 56,6 en janvier et un consensus de 56,6.

La composante emploi est ressortie à 55,4 le mois - au plus haut depuis mai 2011 - contre 54,1 en janvier.

8E MOIS DE CROISSANCE EN ITALIE

Le secteur manufacturier italien a connu en février un huitième mois consécutif d'expansion, renforçant les anticipations d'une croissance modérée de la troisième économie de la zone euro en janvier-mars.

L'indice des directeurs d'achats calculé par Markit/Adaci est ressorti à 52,3, en-deçà de son niveau de janvier (53,1) mais au-dessus de la barre de 50.

Le consensus établi par Reuters à partir des estimations de 15 économistes était de 52,8.

L'industrie représente environ 19% du PIB italien.

PIC DE PRÈS DE QUATRE ANS EN ESPAGNE

Le secteur manufacturier a enregistré en février la croissance la plus marquée de son activité en près de quatre ans, ce qui est susceptible de renforcer l'optimisme de ceux qui pensent que l'Espagne va connaître une vive reprise après deux ans de récession.

L'indice PMI du secteur manufacturier s'est établi à 52,5 après 52,2 en janvier. Cet indice est ainsi pour le troisième mois consécutif au-dessus de la barre des 50.

Le sous-indice de l'emploi a connu sa plus forte hausse depuis juillet 2007, à 52,4 contre 50,8 en janvier.

"Le secteur manufacturier espagnol est resté sur sa bonne lancée en février et a dégagé deux hausses consécutives de l'emploi pour la première fois depuis la mi-2007", a noté Andrew Harker, économiste chez Markit.

Le taux de chômage espagnol, à 26% au quatrième trimestre 2013, est le plus élevé de l'Union européenne après celui de la Grèce.

9E MOIS CONSÉCUTIF DE CROISSANCE EN IRLANDE

L'indice PMI manufacturier Investec a progressé à 52,9 en février, contre 52,8 le mois précédent, marquant un neuvième mois de croissance de l'activité dans l'industrie en Irlande.

Le sous-indice de l'emploi a atteint 54,9 contre 53,9, reflétant l'amélioration sur le marché du travail où le taux de chômage est passé de plus de 15% en 2012 à 12,1% au T4 2013.

L'industrie manufacturière représente environ le quart du PIB irlandais, selon les données de la Banque mondiale.

"Les chiffres de mars seront peut-être un peu affectés par le mauvais temps mais sans que cela ne remette en cause la tendance de fond", observe Philip O'Sullivan, chef économiste d'Investec pour l'Irlande.

(Benoit Van Overstraeten pour le service français)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.