Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La croissance chinoise au plus bas depuis 2009

Reuters19/10/2015 à 10:45

* Croissance de 6,9% du PIB au T3 (consensus +6,8%) * Production manufacturière en septembre +5,7% (consensus +6%) * Investissements en actifs fixes +10,3% (consensus +10,8%) * Dépenses de consommation en septembre +10,9% (consensus +10,8%) (Actualisé avec précisions, commentaires d'analystes) par Kevin Yao PÉKIN, 19 octobre (Reuters) - La croissance économique de la Chine est tombée au troisième trimestre sous 7% en rythme annuel pour la première fois depuis la crise financière mondiale, un ralentissement qui, bien qu'un peu moins marqué qu'escompté, plaide pour de nouvelles mesures de soutien et une poursuite de la baisse des taux. Le produit intérieur brut (PIB) n'a progressé que de 6,9%, a annoncé lundi le Bureau national de la statistique, un chiffre légèrement supérieur aux prévisions de 50 économistes interrogés par Reuters qui tablaient en moyenne sur 6,8%. Ce chiffre conforte le scénario selon lequel la Chine saura éviter un atterrissage brutal de son économie, les analystes prédisant désormais un glissement plus progressif de l'activité. "Les conditions sous-jacentes sont faibles mais stables", dit Julian Evans-Pritchard, chez Capital Economics. "Une augmentation des dépenses budgétaires et une croissance plus forte du crédit vont limiter dans les trimestres à venir les risques baissiers qui pèsent sur la croissance." Le Bureau de la statistique a qualifié ce chiffre de "raisonnable" même s'il a noté la persistance d'une pression baissière sur la deuxième économie mondiale. La Chine va conserver une croissance stable dans les prochaines années, a assuré son porte-parole, Sheng Laiyun. En rythme trimestriel, le PIB a progressé de 1,8%, battant là aussi le consensus (+1,7%), tandis que la croissance du deuxième trimestre a été révisée à +1,8% contre +1,7%. Les indicateurs mensuels publiés parallèlement au PIB ont en revanche déçu, signe que le ralentissement de l'économie chinoise n'est pas terminé malgré les efforts des autorités pour écarter le risque d'un atterrissage brutal. XI JINPING ÉVOQUE UNE "INQUIÉTUDE" La croissance des investissements en capital fixe a ainsi plafonné à 10,3% en rythme annuel entre janvier et septembre, contre 10,9% le mois précédent et un consensus de 10,8%. La production industrielle a également ralenti à 5,7%, alors qu'elle était attendue à 6,0% après 6,1% en août. Seules les ventes au détail ont enregistré un léger mieux à 10,9% par rapport au mois précédent, dépassant légèrement le consensus (+10,8%). La consommation a contribué à hauteur de 58,4% au PIB du troisième trimestre et la formation de capital de 43,4%. "La pression générale sur l'économie chinoise reste énorme", estime Zhou Hao, économiste chez Commerzbank à Singapour, qui s'attend à ce que Pékin abaisse fin octobre son objectif de croissance annuelle dans le cadre de son plan quinquennal. Ces chiffres viennent appuyer les propos du président chinois Xi Jinping, qui a exprimé dimanche dans une interview écrite accordée à Reuters des "inquiétudes au sujet de l'économie chinoise" tout en se disant confiant dans la capacité de son pays à surmonter le ralentissement actuel, qui correspond selon lui à un ajustement structurel normal. ID:nL8N12I01M Les autorités chinoises peinent à convaincre les marchés mondiaux de leur capacité à piloter efficacement l'économie après la dévaluation surprise du yuan en août, qui a déclenché une période de turbulences sur les places financières. Le gouvernement reconnaît lui-même que la deuxième économie mondiale entre dans une phase de croissance plus lente après un quart de siècle d'expansion galopante. Même si les derniers chiffres ne traduisent pas un ralentissement brutal, ils relancent le débat sur la nécessité d'un ajustement des politiques économique et monétaire. PROCHAINE BAISSE DES TAUX? En dépit de la faiblesse des exportations et des importations, de l'existence de surcapacités industrielles et du ralentissement du marché immobilier, la croissance chinoise a atteint 7,0% en rythme annuel sur chacun des deux premiers trimestres de l'année, un chiffre conforme à l'objectif officiel, et Pékin a nié avoir gonflé les chiffres dans ce but. Désormais, les autorités politiques et monétaires estiment qu'elles peuvent enrayer la baisse rapide des réserves de change et réduire la pression sur le yuan en soutenant l'économie afin d'atteindre l'objectif de 7% de croissance pour cette année, disent des sources proches des débats en cours. Une nouvelle baisse des taux de la banque centrale d'ici la fin de l'année fait partie des hypothèses envisagées par les observateurs, le ralentissement de l'inflation plus marqué qu'attendu en septembre et la baisse des prix à la production pour le 43e mois d'affilée ayant encore souligné l'urgence de nouvelles mesures afin d'éloigner le risque déflationniste. La Banque populaire de Chine (BPC) a déjà abaissé ses taux à cinq reprises depuis un an tout en assouplissant les règles imposées au secteur bancaire mais les observateurs estiment que ce type de mesures sont moins efficaces que par le passé, lorsque l'économie était davantage administrée et les niveaux d'endettement bien inférieurs. D'autres mesures, plus ciblées, annoncées ces derniers mois, ont permis de soutenir les ventes de logements et les prix de l'immobilier, sans pour autant interrompre la baisse de la construction, qui pèse sur la demande de nombreuses matières premières. Des statistiques publiées séparément lundi montrent que les dépenses du gouvernement chinois ont augmenté de près de 27% en septembre par rapport à la même période de 2014. (Marc Angrand, Tangi Salaün et Juliette Rouillon pour le service français)

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.