Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La croissance britannique révisée à la baisse

Reuters23/12/2015 à 12:47
 (Actualisé avec réactions, données, contexte) 
    par William Schomberg et Ana Nicolaci da Costa 
    LONDRES, 23 décembre (Reuters) - La croissance de l'économie 
britannique a finalement été moins soutenue que prévu sur une 
bonne partie de l'année 2015, montrent des chiffres officiels 
publiés mercredi qui devraient alimenter la réflexion de la 
Banque d'Angleterre (BoE) quant à un éventuel relèvement des 
taux d'intérêt. 
    L'Office de la statistique nationale (ONS) a précisé que le 
produit intérieur brut (PIB) avait augmenté de 0,4% sur la 
période juillet-septembre par rapport au deuxième trimestre, 
contre une précédente estimation d'une croissance de 0,5%. 
    Sur un an, la hausse du PIB est ramenée à 2,1% contre 2,3% 
précédemment. Les économistes interrogés par Reuters avaient 
anticipé des estimations définitives du PIB inchangées par 
rapport aux précédentes. 
    L'ONS explique sa révision à la baisse des données du PIB 
par une croissance du secteur des services moins forte que 
précédemment estimé, en particulier celle des services 
financiers. 
    La Banque d'Angleterre avait auparavant estimé que la 
croissance devrait atteindre 0,6% au troisième trimestre. 
    "Il va y avoir encore moins de pression à court terme pour 
relever les taux d'intérêt", a déclaré Philip Shaw, économiste 
chez Investec. 
    La plupart des économistes pensaient jusqu'à présent que la 
BoE n'agirait pas avant les environs du mois de mai 2016, tandis 
que les marchés financiers n'attendent pas de tour de vis 
monétaire avant fin 2016 ou début 2017. 
    La livre sterling  GBP=D4  a brièvement faibli après la 
publication de ces statistiques avant de se redresser. 
    La Grande-Bretagne a connu une croissance économique plus 
vigoureuse que la plupart des autres pays développés ces deux 
dernières années, ce qui a notamment contribué à la large 
victoire électorale du Premier ministre conservateur David 
Cameron en mai. 
     
    LA HAUSSE DU COÛT UNITAIRE DU TRAVAIL RALENTIT 
    Selon un porte-parole du ministère des Finances, les 
statistiques de l'ONS montrent à la fois la bonne santé de 
l'économie britannique mais aussi les risques auxquels elle est 
confrontée. 
    "C'est pourquoi nous devrions continuer de faire progresser 
notre projet consistant à bâtir une économie apportant la 
sécurité aux personnes qui travaillent", a dit ce porte-parole, 
en allusion à la volonté du ministre des Finances George Osborne 
de réduire davantage les dépenses publiques pour redresser les 
finances du pays. 
    Les données du deuxième trimestre ont également été revues 
en baisse, la croissance d'un trimestre sur l'autre étant 
désormais donnée à 0,5%, contre +0,7% précédemment, et celle 
d'une année sur l'autre à 2,3% (contre +2,4%). 
    La reprise économique en Grande-Bretagne a été 
essentiellement tirée depuis 2013 par les dépenses des ménages. 
Celles-ci ont été encore plus vigoureuses que précédemment 
estimé au troisième trimestre alors que l'inflation quasi-nulle 
et la progression des salaires ont permis la plus forte hausse 
annuelle du revenu disponible depuis 2010. 
    Le taux d'épargne a pour sa part chuté à un creux depuis 
1963, auquel il était néanmoins déjà retombé depuis cette date. 
    Autre facteur susceptible d'inciter la BoE à retarder une 
hausse des taux, la croissance du coût unitaire du travail a 
ralenti à 2,0% sur un an contre 2,2% au deuxième trimestre 
tandis que la mesure de la productivité est restée stable. 
    Mark Carney, gouverneur de la BoE, souhaite constater une 
accélération du coût unitaire du travail, entre autres facteurs, 
avant d'envisager un relèvement de taux. 
 
 (Benoit Van Overstraeten et Bertrand Boucey pour le service 
français) 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.