1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La crise n'a pas détérioré le bilan de la responsabilité sociale des entreprises
Newsmanagers29/03/2010 à 19:00

(NEWSManagers.com) - Globalement, la crise économique et financière n'a pas influé négativement sur le sens de la responsabilité sociale des entreprises. Tel est le principal enseignement de l'enquête Corporate Responsibility Review 2010 effectuée par l'agence allemande oekom research. Les spécialistes munichois soulignent que 504 des quelque 3.000 sociétés analysées méritent le statut " prime" et remplissent ainsi les critères sectoriels minimum définis par l'agence en matière écologique et sociale.
Parmi les valeurs du Dax 30, Henkel, Deutsche Telekom et Allianz se distinguent avec des scores respectifs de 64,7, 63,3 et 62,2 sur 100 points possibles. Au sein de l'EuoStoxx 50, sanofi-aventis et Renault se classent en tête, avec 68,2 et 67,6 points.
Néanmoins, oekom research souligne que l'ancrage du thème de la responsabilité sociale est insuffisant, comme le montrent les résultats sectoriels. Le meilleur résultat est affiché par les fabricants d'article de ménage avec une note de seuelement 50,1, devant l'automobile (48,4) et les distributeurs d'énergie avec 46,7. En revanche, les assurances, les banques publiques et les sociétés immobilières arrivent en queue, avec des notes respectives de 32,1, 25,4 et 25,2.
L'enquête 2010 fait ressortir que les droits de l'homme et le droit du travail ont continué d'être des points délicats dans certains secteurs en 2009. Ainsi, 57,1 % des sosciétés du secteur informatique et 50 % de celles du textile ne respectent pas les normes minimum en matière de droit du travail, notamment à l'échelon de la chaîne de leurs sous-traitants. Pour ce qui concerne les infractions aux droit de l'homme, les sociétés de minières ainsi que les producteurs de pétrole et de gaz sont particulièrement exposées, avec des scores de seulement 34,5 et 18,2.
Toutefois, oekom research souligne que la crise n'a pas provoqué de détérioration du bilan en mat_çère de droits de l'homme, de droit du travail ou de corruption.
Cependant, Matthias Bönning, directeur de la recherche de l'agence, constate que parmi les entreprises qui se rendent coupables d'infractions, plusieurs se sont pourtant engagées à respecter des normes de bonne conduite. Parmi les 45 sociétés du Stoxx 50 qui ont signé le Pacte mondial des Nations-Unies, par exemple, 26 n'ont pas respecté les principes de cette charte.

info NEWSManagers

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer