Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La crise en Ukraine dope les pourparlers commerciaux USA-UE

Reuters22/03/2014 à 22:41

LA CRISE EN UKRAINE ILLUSTRE LA NÉCESSITE DE RENFORCER LES LIENS ENTRE LES USA ET L'UE

par Robin Emmott

BRUXELLES (Reuters) - La crise en Ukraine et les tensions avec la Russie illustrent la nécessité d'un renforcement substantiel des liens économiques entre les Etats-Unis et l'Union européenne (UE), a déclaré samedi le représentant américain au Commerce.

Michael Froman a notamment évoqué la perspective d'exportations de gaz naturel américain vers l'Europe en citant les compagnies françaises Total et GDF Suez.

Quatre jours avant le sommet UE-USA mercredi à Bruxelles en présence du président américain Barack Obama, Michael Froman a jugé que le raisonnement "ne pourrait jamais être plus fort" qu'en ce moment en faveur du pacte de libre-échange en cours de négociations depuis juillet entre les deux parties.

"Quand on regarde le monde aujourd'hui, il y a de puissantes raisons pour que l'Europe et les Etats-Unis s'associent pour démontrer qu'ils peuvent porter leur relation à un nouveau niveau", a-t-il dit à la presse à Bruxelles.

"Les développements récents soulignent l'importance de la relation transatlantique. Aussi bien du point de vue stratégique qu'économique, le raisonnement en faveur du TTIP ne pourrait jamais être plus fort", a-t-il ajouté, en utilisant le sigle américain du "partenariat transatlantique de commerce et d'investissement" en cours de discussions.

Si elles aboutissent, les négociations déboucheront sur le plus important accord de libre-échange jamais conclu puisqu'il couvrirait près de 50% de la production économique mondiale, 30% du commerce international et 20% des investissements directs étrangers. A Washington comme à Bruxelles, on estime qu'il pourrait générer un surcroît d'activité de plus de 100 milliards de dollars par an des deux côtés de l'Atlantique en créant un marché de 800 millions de consommateurs.

LICENCES D'EXPORTATION

Les révélations sur l'espionnage américain en Europe et les soupçons selon lesquels un tel pacte favoriserait essentiellement les grandes entreprises multinationales contribuent cependant à susciter des réticences chez les citoyens américains et européens vis-à-vis de ce projet.

Les dirigeants européens ont toutefois saisi l'occasion de la crise en Ukraine, à laquelle la Russie a pris la Crimée, pour alerter sur les risques liés à la dépendance de l'UE à l'égard de Moscou en matière d'approvisionnements énergétiques.

Or, les Etats-Unis pourraient jouer un rôle dans ce domaine.

Michael Froman a souligné à quel point un accord de libre-échange faciliterait pour les compagnies européennes les exportations de gaz naturel liquéfié (GNL) des Etats-Unis vers l'Europe. Une telle évolution pourrait même intervenir avant la conclusion formelle du pacte, comme le souhaitent la France, l'Allemagne et la Grande-Bretagne.

Dans le cadre de la législation actuelle, le département de l'Energie doit accorder des licences d'exportation aux compagnies qui en réclament. Avec un accord de libre-échange (FTA), ces licences seraient délivrées automatiquement.

"A l'évidence, lorsque le TTIP sera conclu, en supposant qu'il le sera, il y aura une relation de nature FTA avec l'Union européenne", a dit le représentant américain au Commerce.

L'Asie est pour le moment un marché d'exportation plus lucratif pour le gaz naturel liquéfié américain mais Michael Froman a souligné qu'il revenait aux compagnies européennes de choisir leurs marchés et que les exportations de gaz américain ne dépendaient pas uniquement de l'accord de libre-échange.

"Même maintenant, il y a eu quatre ou cinq licences d'exportation vers des pays non-FTA qui ont été délivrées. Elles concernent plusieurs compagnies européennes", a-t-il ajoutant en citant Total et GDF Suez.

"C'est à elles de décider où va ce gaz. On peut concevoir que les gouvernements européens ont un intérêt à ce qu'elles acheminent ce gaz en Europe."

(Bertrand Boucey pour le service français)

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.