Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La consommation des ménages a stagné en décembre

Reuters31/01/2013 à 14:06

LA CONSOMMATION DES MÉNAGES

PARIS (Reuters) - La consommation des ménages français en biens est restée stable en décembre, le recul des dépenses en énergie ayant été compensé par un rebond des achats d'automobiles en anticipation de la hausse au 1er janvier du "malus écologique" pour les voitures les plus polluantes.

Selon les données publiées jeudi par l'Insee, elle a accusé un recul de 0,1% sur l'ensemble du 4e trimestre, une évolution cohérente avec l'anticipation d'une légère contraction de l'économie française sur la période.

Sur l'ensemble de 2012, elle s'est repliée de 0,1% en glissement et de 0,2% en moyenne annuelle après être restée stable en 2011. Pour les seuls biens manufacturés, le recul a atteint 0,8%, soit le plus mauvais chiffre depuis 1993, après une hausse de 0,9% en 2011.

Ces données confirment que la consommation n'est plus en mesure de jouer son rôle traditionnel de principal moteur de la croissance en France.

"Il n'y a pas eu de surprise majeure en décembre", déclare Axelle Lacan, économiste au Crédit agricole, qui souligne que la hausse du chômage et la baisse du pouvoir d'achat des ménages sur l'ensemble de 2012 n'incitent pas à la consommation.

La consommation en biens représente la moitié de la composante consommation du PIB et les chiffres publiés jeudi confortent les anticipations de légère baisse (-0,1% pour la Banque de France et -0,2% pour l'Insee) de celui-ci au quatrième trimestre.

"Avec les services, on devrait avoir une consommation inchangée sur le trimestre. Mais on attend aussi une contribution négative des stocks et du commerce extérieur, ce qui fait qu'on aura un PIB très légèrement négatif", indique Michel Martinez, économiste France à la Société générale.

COURBE PLATE

Sur décembre, il souligne que si la baisse de la consommation d'énergie (-2,8%) était prévisible du fait des températures douces pour la saison, la surprise est venue des ventes de voitures, "pas tout à fait cohérente" avec le chiffre des immatriculations, en repli de 6% (en données CVS) en France.

Selon l'Insee, les achats d'automobiles ont rebondi de 4,6% sur le mois et de 0,9% sur le 4e trimestre (après +0,5% au troisième trimestre). Ces dernières hausses n'ont pas suffi à compenser la baisse importante du début d'année, les achats d'automobiles reculant de 4,4% en 2012.

L'effet automobile étant sans doute passager, la statistique de décembre ne montre "aucun élément permettant d'anticiper un changement de tendance" dans la consommation des ménages par rapport à l'atonie actuelle, dit Michel Martinez.

"On a une courbe plate depuis quasiment un an et il faudra compter sur les autres postes, particulièrement l'investissement des entreprises, pour savoir s'il y aura de la croissance ou pas en 2013".

"Le vrai sujet, c'est la perception qu'ont et auront les entreprises du court et du moyen terme", estime l'économiste.

En attendant, un point positif pour le gouvernement est que la hausse de la fiscalité intervenue depuis l'automne n'a pas fait dérailler la consommation, les Français ayant visiblement puisé dans leur épargne pour la compenser.

Le pari qui sous-tend son budget 2013, marquée par une forte hausse des prélèvements fiscaux sur les ménages, est que son ciblage prioritaire sur les catégories les plus aisées n'aura qu'un impact modéré sur la consommation grâce à une baisse du taux d'épargne élevé de celles-ci.

Le niveau attendu du taux d'épargne est à ce jour la principale variable qui explique les différences dans les prévisions des économistes quand ils anticipent une légère croissance ou contraction de l'économie française en 2013, relève Axelle Lacan.

Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse


Mes listes

valeur

dernier

var.

45.51 +1.13%
21.75 +0.46%
13.585 +0.63%
120.93 +0.15%
20.3 +5.73%
6.592 -1.02%
82.14 +1.68%
0.77 -3.75%
18.537 +0.04%
21.09 -0.33%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.