Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La consommation a porté l'économie américaine au 3e trimestre

Reuters26/10/2012 à 20:21

LA CROISSANCE AMÉRICAINE DÉPASSE LES PRÉVISIONS AU 3E TRIMESTRE

par Lucia Mutikani

WASHINGTON (Reuters) - La croissance américaine a progressé à un rythme supérieur aux attentes au troisième trimestre, les dépenses des ménages solides ayant compensé sur le tard un recul des investissements privés.

Cette amélioration a trouvé un écho avec la publication vendredi de l'indice Thomson Reuters/Université du Michigan, qui s'est inscrit en octobre à un plus haut de cinq ans.

Selon les premières estimations du département du Commerce, le produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis a augmenté de 2% en rythme annualisé sur le trimestre juillet-septembre, en nette amélioration par rapport à celle de 1,3% enregistrée au deuxième trimestre.

Cette croissance est supérieure aux attentes des économistes interrogés par Reuters qui prévoyaient une croissance de 1,9%.

Si son rythme reste en-deçà de ce qui serait nécessaire pour inverser durablement la courbe du chômage, le chiffre de la croissance offre un peu de réconfort à la Maison blanche à moins de deux semaines de l'élection présidentielle du 6 novembre, qui s'annonce serrée entre le président sortant, le démocrate Barack Obama, et le républicain Mitt Romney.

"Cela semble plutôt bon. C'est prometteur pour l'économie mondiale et l'économie américaine. Mais surtout, cela devrait permettre d'améliorer les bénéfices. Ce qui se traduira par des meilleurs prix sur les marchés d'actions", a déclaré Adam Sarhan, directeur exécutif de Sarhan Capital à New York.

REGAIN DE CONFIANCE

Après avoir repris des couleurs suite à la récession des années 2007-2009, l'économie américaine a depuis été confrontée à la flambée des cours du pétrole, aux conséquences de la crise de la dette en Europe et, plus récemment, à la crainte de mesures d'austérité.

Les consommateurs ont dans leur majorité ignoré l'imminence de mesures drastiques de réduction des dépenses publiques et des hausses d'impôts, attendues pour le début de l'année 2013 en l'absence d'accord au Congrès sur une réduction du déficit.

Les dépenses des ménages, qui représentent 70% de l'activité économique américaine, ont en effet augmenté de 2,0% entre juillet et septembre après une hausse de 1,5% au trimestre précédent.

Il semble que, sur la fin du trimestre, les Américains aient revu leurs dépenses à la hausse, avec notamment l'achat du dernier né des smartphones d'Apple, l'iPhone 5, et de voitures.

Les ventes finales ont progressé de 2,1%, largement au-dessus du consensus qui anticipait une hausse de 1,5%.

Le sentiment du consommateur américain a fortement progressé contre toute attente en octobre, à son plus haut niveau en cinq ans, selon l'indice Thomson Reuters/Université du Michigan.

"Sauvés par un PIB américain en hausse de 2%, supérieur aux attentes, les acheteurs peuvent enfin souffler sur les actifs risqués. Ajoutez à cela un indice de confiance des consommateurs au plus haut depuis 2007 et vous évitez le pire, in extremis", a déclaré Nicolas Chéron, analyste chez FXCM.

"Toutefois, ce n'est pas une relance économique comme l'escomptait la Fed dans son rapport de la semaine passée, laissant déjà planer les rumeurs d'un QE4 ou d'une extension du QE3 actuel en décembre", a-t-il dit.

Ces chiffres supérieurs aux attentes ont permis à Wall Street d'ouvrir la dernière séance de la semaine en hausse avant de s'inscrire en baisse, des résultats médiocres ayant partiellement occulté la publication des statistiques du PIB.

En Europe, les marchés se sont retournés à la hausse après avoir passées la matinée dans le rouge. Le CAC gagnait près de 0,8% vers 14h15 GMT. L'indice paneuropéen Eurostoxx 50 prenait près de 0,7%.

LA MENACE DU "MUR BUDGÉTAIRE"

Le rebond des marchés boursiers et la stabilisation des prix de l'immobilier ont incité les ménages à s'endetter, soutenant ainsi la composante des dépenses, mais leurs revenus se sont tassés sur le dernier trimestre, ce qui les a amenés à économiser plus pour financer leurs achats.

Le montant du revenu disponible par foyer, après prise en compte de l'inflation et des impôts, a augmenté de seulement 0,8% au troisième trimestre, en nette baisse par rapport au trimestre précédent (3,1%).

Le taux d'épargne a ralenti à un taux de 3,7% après 4% sur le trimestre avril-juin.

Le rythme des dépenses a augmenté malgré un pic des pressions inflationnistes alimentées par la hausse des prix des carburants.

L'indice des prix PCE a enregistré une hausse de 1,8% sur le trimestre, après 0,7% au trimestre précédent, tandis que l'indice des prix de base "core" a légèrement ralenti sa progression, passant de 1,7% au deuxième trimestre à 1,3% sur les trois mois suivants, ce qui suggère que la pression à la hausse sur les prix sera temporaire.

Mais le rythme actuel des dépenses pourrait être freiné par le chômage. Environ 23 millions d'Américains sont au chômage, contraints de travailler à temps partiel ou sous-employés et certains redoutent que le rythme des dépenses ne soit pas soutenable, à plus forte raison avec la menace que fait peser le "mur budgétaire".

En l'absence d'accord au Congrès d'ici la fin de l'année, des réductions des dépenses budgétaires et une série de hausses d'impôts s'appliqueront mécaniquement, augmentant les recettes de l'Etat d'environ 600 milliards de dollars, mais créant un choc pour l'économie.

"Il y a un espoir que nous puissions faire mieux l'année prochaine si nous parvenons à éliminer des incertitudes, notamment sur le 'mur budgétaire'", a déclaré Nigel Gault, à la tête de l'équipe d'analystes chargée des Etats-Unis d'IHS Global Insight.

La menace d'un "fiscal cliff" est à l'origine d'un recul de 1,3% des investissements des entreprises, traditionnels soutiens de l'économie américaine, après une progression de 3,6% au deuxième trimestre. Il s'agit de leur première baisse depuis le premier trimestre 2011.

Les exportations ont reculé de 1,6% au troisième trimestre, reculant fortement après la hausse de 5,3% enregistrée au trimestre précédent. C'est la première baisse observée depuis le premier trimestre 2009.

En revanche, la construction a crû à un taux de 14,4%, dopée par la politique ultra-accommodante de la Réserve fédérale américaine, qui pousse les taux des prêts immobiliers à des plus bas.

Mathilde Gardin et Catherine Monin, pour le service français, édité par Nicolas Delame

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.