Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La confrontation Tsipras/Bruxelles inquiète les marchés grecs

Reuters09/02/2015 à 13:59

LA CONFRONTATION TSIPRAS/BRUXELLES INQUIÈTE LES MARCHÉS GRECS

par Marius Zaharia

LONDRES (Reuters) - Les marchés financiers grecs étaient de nouveau en net recul lundi au lendemain du discours de politique générale du Premier ministre Alexis Tsipras, qui augure mal des discussions des prochains jours avec le reste de la zone euro.

A la mi-journée, la Bourse d'Athènes perdait 6,0% et l'indice du secteur bancaire grec chutait de 11,5%, se rapprochant de ses plus bas historiques.

L'action de la Banque du Pirée abandonnait 15,5%, Eurobank 10,4% et Banque nationale de Grèce 10,6%.

Sur le marché obligataire, le rendement des emprunts d'Etat grecs à dix ans dépassait 11% et la hausse était plus spectaculaire encore pour le rendement à trois ans, qui dépassait 21%.

Dans un discours au Parlement dimanche, Alexis Tsipras a déclaré qu'il n'accepterait pas une prolongation du programme d'aide financière dont bénéficie son pays, laissant craindre des tensions lors de la réunion exceptionnelle des ministres des Finances de l'Eurogroupe mercredi et du sommet de jeudi avec les dirigeants de l'Union européenne, favorables à cette solution.

"La possibilité que la Grèce quitte la zone euro est passée, avec ce discours, de 35% à 50%", estime Gary Jenkins, responsable de la stratégie crédit de LNG Capital.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a mis en garde Athènes lundi contre tout optimisme excessif, soulignant qu'il n'avait "répondu que partiellement" aux inquiétudes de Bruxelles dans son discours et qu'il ne devait pas tenir pour acquis que l'Union accepterait l'abandon des réformes promises.

Ajoutant aux difficultés d'Athènes, l'agence Standard & Poor's a abaissé vendredi soir la note souveraine de la Grèce tandis que Moody's plaçait la sienne sous revue en évoquant la possibilité d'une dégradation.

PEU DE TEMPS POUR NÉGOCIER

Aucune signe ne suggère pour l'instant que les tensions sur la dette grecque risquent de se propager au reste de la zone euro: les rendements des dettes espagnole, portugaise et italienne restent proches de leurs plus bas, grâce entre autres à l'imminence des rachats d'obligations souveraines annoncés le mois dernier par la Banque centrale européenne (BCE).

D'autres mécanismes de défense, comme le Mécanisme européen de stabilité (MES) et les "opérations monétaires sur titres" (OMT) de la BCE contribuent à isoler le cas grec du reste de la région, distinguant la situation actuelle de celle des années 2011-2012.

"Une partie du problème tient au fait que les deux parties se sentent renforcées", explique néanmoins Ilan Solot, responsable de la stratégie de Brown Brothers Harriman. "La Grèce est en meilleure situation qu'auparavant (...) et le gouvernement a un mandat solide du peuple en faveur du changement."

"Mais l'UE est elle aussi encouragée parce qu'il y a plus de pare-feu qu'auparavant, (...) d'où une contagion bien plus limitée. Si les deux parties se sentent renforcées, la négociation est plus difficile. "

Les rendez-vous européens des jours à venir sont d'autant plus importants que la fenêtre de négociation est limitée dans le temps: le programme d'aide européen en cours, dont Athènes refuse la prolongation, s'achèvera le 28 février et sa clôture priverait les banques grecques de la "fourniture de liquidité d'urgence" (ELA), leur dernier accès aux liquidités de la BCE.

"Il y a des craintes généralisées quant à l'issue de la confrontation avec l'Europe vers laquelle se dirige le gouvernement grec", constate Takiz Zamanis, trader de Beta Securities.

Et l'inquiétude ne se limite pas à la zone euro: le secrétaire au Trésor américain, Jack Lew, a appelé la Grèce et l'UE à "calmer un peu la rhétorique" tandis qu'à Londres, une source au ministère des Finances rapporte que le Premier ministre, David Cameron, a présidé une réunion sur les conséquences d'un éventuel "Grexit", un abandon de la monnaie unique par la Grèce.

(avec Chris Vellacott et John Geddie à Londres, Angeliki Koutandou à Athènes, Holger Hansen à Nauen; Allemagne; Marc Angrand pour le service français, édité par Véronique Tison)


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.