Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

La chute boursière reprend pour Orpea et Korian
information fournie par AOF31/01/2022 à 17:46

(AOF) - Le rebond de vendredi aura été bien éphémère et c’est de nouveau en net repli qu’ont clôturé Orpea (-7,35 % à 38,80 euros) et Korian (-6,55% à 19,40 euros) ce lundi sur la place de Paris. Ainsi, ils abandonnent respectivement 44 % et 18 % sur une semaine. La polémique ne retombe pas suite aux graves dysfonctionnements relatés dans un ouvrage intitulé « Les fossoyeurs : Révélations sur le système qui maltraite nos aînés ».

Le journaliste indépendant Victor Castanet y relate de multiples dérives chez Orpea (personnes âgées maltraitées, salariés malmenés, acrobaties comptables et argent public dilapidé) après trois ans d'enquête.

Malgré les multiples démentis apportés par Orpea, la polémique a conduit au limogeage d'Yves Le Masne, le directeur général du groupe.

Il est remplacé avec effet immédiat par Philippe Charrier qui devient PDG. Président non exécutif du conseil d'administration d'Orpea depuis mars 2017, ce dernier aura pour mission " de garantir, sous le contrôle du Conseil, que les meilleures pratiques sont appliquées dans toute l'entreprise et de faire toute la lumière sur les allégations avancées, en s'appuyant en particulier sur les missions d'évaluation confiées par le conseil d'administration à deux cabinets indépendants en cours de désignation ", explique Orpea.

Une tâche qui débutera dès demain puisque les dirigeants d'Orpea sont convoqués par Brigitte Bourguignon, la ministre déléguée chargée de l'Autonomie des personnes âgées, pour s'expliquer.

Les accusations lancées contre Orpea ont attiré l'attention sur l'ensemble du secteur et notamment Korian. Ce week-end, le JDD a rapporté que Claude Evin, ancien Directeur Général de l'ARS Ile-de-France, avait lancé une alerte en 2014 sur des pratiques de rétrocommissions ou marges arrières.

" En mai 2014, l'Agence régionale de santé Ile-de-France a effectivement demandé des explications détaillées aux dirigeants alors en place sur le montant des achats de dispositifs médicaux figurant dans les comptes présentés par les établissements d'Ile-de-France pour 2012 et 2013 ", a réagi Korian.

" Au vu des éclaircissements apportés et après transmission de l'ensemble des contrats passés avec les fournisseurs concernés, aucune sanction n'a été prononcée à l'égard de l'entreprise et l'Agence a clos le dossier en 2015 ", a ajouté le groupe.

Valeurs associées

Euronext Paris -3.40%
Euronext Paris -4.20%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 31/01/2022 à 17:46:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

2 commentaires

  • 31 janvier23:01

    Marges arrières ou rétro commission, il faut choisir...


Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.