1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La Chine vole au secours de la Russie et du rouble

Boursorama23/12/2014 à 15:16

La Chine voudrait étendre un accord permettant au rouble russe dévalué d'être échangé contre du yuan à un taux avantageux.

En parallèle du plan de sauvetage des banques russes annoncé lundi, la Chine a à son tour affiché son soutien à l'économie russe au cours des derniers jours. La monnaie chinoise pourrait servir de collatéral partiel au rouble russe.

Si l'année 2014 a été marquée par une fracture majeure entre la Russie et l'Occident, elle aura également été marquée par un rapprochement accéléré entre la Chine et la Russie. Le soutien monétaire à la Russie annoncé par Pékin ces derniers jours aurait semblé inimaginable il y a encore un an.

Aide monétaire

L'annonce chinoise viserait à étendre un précédent accord de « swap monétaire » conclu en octobre dernier entre la Chine et la Russie. Ce premier accord avait pour caractéristique d'offrir à la Russie la possibilité de convertir à un taux fixé d'avance du rouble contre du yuan à hauteur de 24 milliards de dollars. En clair, en cas de coup dur sur la monnaie russe, la Chine se porterait garante pour refinancer une partie des pertes en offrant à la Russie du yuan « stable » contre du rouble « dévalué », lui évitant des problèmes de liquidités.

Malgré la chute du rouble ces dernières semaines, l'accord de swap n'a toujours pas été déclenché. Néanmoins, il pourrait l'être si la défiance reprend de plus belle contre la monnaie russe. A cet égard, Pékin s'est déclarée prête à offrir une aide économique « dans la mesure de ses moyens » (qui sont immenses) pour soutenir le rouble russe.

Soutien intéressé

Le soutien économique de la Chine ne serait pas désintéressé. Les liens commerciaux entre la Chine et la Russie se sont considérablement renforcés depuis que l'Occident sanctionne économiquement la politique de Vladimir Poutine. Pour la Chine, la bonne santé de l'économie russe est ainsi un relai de croissance non négligeable. Tout est donc bon pour éviter son effondrement, qui pénaliserait les exportations chinoises.

Selon Le Figaro, la Chine chercherait également par ce biais à éviter que la tourmente russe ait des répercussions sur l'ensemble des économies émergentes. On se souvient qu'en 1997-1998, la crise du baht thaïlandais, a priori relativement restreinte, avait provoqué une réaction en chaîne ayant conduit à une déstabilisation monétaire majeure dans l'ensemble de l'Asie du Sud-Est puis des pays émergents à plus grande échelle.

Toujours de la volatilité sur les marchés

Du côté des marchés, malgré l'approche des fêtes et la baisse des volumes, la volatilité était toujours au programme. L'indice RTS était en hausse soutenue de 2,28% mardi matin à 12h25.

Le rouble poursuivait mardi son rebond face au dollar (+1,48%). La monnaie russe a ainsi repris 25% de sa valeur depuis le mardi 16 décembre, journée historique d'effondrement du rouble, tout en restant très dévaluée face à son niveau de début d'année (-40%).

X.B.

74 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • v.boissi
    29 décembre10:38

    Pauvre mucus ! lisez les accords sur la fourniture de gaz récemment signés par la Chine et la Russie et vous verrez que ce n'est du tout au désavantage de la Russie.Ce sont des accords du même type que North Stream (partenariat) c'est à dire équitables pour les deux parties

    Signaler un abus

  • flexmoul
    29 décembre10:15

    Le crétinisme étatsunien doublé du crétinisme bruxellois nous conduira à la perte

    Signaler un abus

  • mucius
    28 décembre10:19

    La Chine sera "solidaire" de la Russie tant que ça lui sera utile. Rapidement elle s'orientera vers le grignotage de la Russie à l'Est. Elle profitera aussi de l'isolement russe pour lui soutirer de l'énergie et des matières premières pas chères comme elle l'a fait en avril dernier. Pauvre Russie, si mal gouvernée!

    Signaler un abus

  • odnaz
    27 décembre15:57

    Et tout ça est parti du pb ukrainien. Quel intérêt avait-on à aller chatouiller l'ours russe à ses frontières légitimes ? La Crimée n'a jamais cessé d'être russe. Et installer l'OTAN en Ukraine, c'est identique à ce que les US n'ont pas voulu à Cuba, tout le monde peut comprendre. Le GRAND PERDANT de cette histoire ridicule c'est l'Europe, ... et la France avec ses Mistral qui vont pourrir à St Nazaire. Même Angela pédale dans la choucroute, l'Allemagne a tout à perdre.

    Signaler un abus

  • odnaz
    27 décembre15:50

    Ce qui me navre dans les commentaires postés c'est notre facilité à juger des autres : us, russie, chine, ... on voit loin très (trop) loin ... mais on est presbytes chez nous : on fait tout faux depuis 40 ans et on met nos grossières erreurs sur le compte des autres. La France et l'UE sont nulles à ch... en géopolitique, on ne voit jamais le monde changer assez tôt, on a toujours du retard à l'allumage, les mêmes qui glorifiaient naguère Brejnev n'ont pas de mots assez durs pour Poutine ajd !!

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

21.545 -3.71%
41.595 -1.41%
3.355 -12.86%
4853.7 -0.88%
1.13075 0.00%

Les Risques en Bourse

Fermer