Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La CDC signe sa seconde perte depuis le début de la crise

Reuters 04/04/2013 à 17:54

LA CAISSE DES DÉPÔTS DANS LE ROUGE EN 2012

par Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - La Caisse des dépôts (CDC) a vu ses comptes basculer dans le rouge en 2012, accusant ainsi sa seconde perte annuelle depuis le début de la crise financière et économique en raison de lourdes dépréciations dans son portefeuille de participations.

L'institution financière publique, présentée comme le bras financier de l'Etat français, a expliqué jeudi avoir passé pour 2 milliards d'euros de dépréciations en 2012, dont un milliard sur France Télécom, 453 millions sur la banque Dexia et environ 200 millions sur Veolia-Transdev.

Le Fonds stratégique d'investissement (FSI), dont la CDC détient 51% du capital, avait déjà indiqué début mars avoir passé une dépréciation de plus de deux milliards d'euros sur sa part de 13,67% dans France Télécom pour tenir compte de la forte chute du titre de l'opérateur télécoms à la Bourse de Paris.

La perte nette de la Caisse des dépôts ressort à 458 millions d'euros en 2012 contre un bénéfice de 206 millions un an plus tôt. Sa précédente perte, de près de 1,5 milliard d'euros, remonte à 2008, année au cours de laquelle la CDC avait participé au premier sauvetage de Dexia.

"Le dossier Dexia aura lourdement affecté l'activité et les résultats du groupe Caisse des dépôts ces dernières années", a commenté Jean-Pierre Jouyet, son directeur général, lors d'une conférence de presse.

"Le sujet Dexia est désormais traité. Et notre intervention, dans des conditions sécurisées, a permis l'émergence d'un nouvel acteur du financement des collectivités locales, en partenariat avec l'Etat et la banque postale."

Créée pour reprendre les activités de Dexia dans le financement des collectivités locales en France, la Société de financement local (Sfil) a vu le jour en début d'année et prévoit de refinancer dès 2013 entre 3 et 5 milliards d'euros de prêts au secteur public local.

"DES DIVIDENDES DÈS 2013"

Au cours de la crise, la Caisse des dépôts et ses filiales ont été à de nombreuses reprises sollicitées pour aider les entreprises françaises en difficulté. Mais ces dernières années, de nombreux parlementaires ont commencé à s'inquiéter de la dégradation de ses comptes et de ses ressources financières.

En début d'année, le député socialiste Henri Emmanuelli, président de la commission de surveillance de la CDC, a d'ailleurs invité l'institution publique à mieux gérer et rationaliser son portefeuille de participations.

"Nos marges de manoeuvre sont réelles mais elles demeurent étroites. Et donc nous devons avoir une gestion optimale de notre patrimoine au service de l'intérêt général", a répondu Jean-Pierre Jouyet à une question sur des cessions potentielles de participations dans des entreprises cotées en Bourse.

Il a à cette occasion rappelé que le portefeuille de participations du FSI allait être apporté à la nouvelle Banque publique d'investissement (BPI) détenue à parité par l'Etat et la CDC.

"Nous entendons bien (...) toucher des dividendes dès 2013 de la part de la Banque publique d'investissement", a insisté l'ancien président de l'Autorité des marchés financiers.

Interrogé sur l'exposition à Chypre de CNP Assurances, filiale de la CDC, Jean-Pierre Jouyet a estimé que le risque était "très cantonné".

Réagissant aux inquiétudes des investisseurs concernant son exposition à la crise chypriote, CNP Assurances a estimé mardi à moins de cinq millions d'euros l'impact de la mise en liquidation de son partenaire chypriote, la banque Laiki Bank, sur son résultat net.

Edité par Dominique Rodriguez

Mes listes

valeur

dernier

var.

5344.93 -0.08%
99.44 +0.09%
24.41 +0.25%
TF1
8.72 -0.80%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.