Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La Cades émettra 30 milliards d'euros de dette en 2013

Reuters15/01/2013 à 18:50

LA CADES ÉMETTRA 30 MILLIARDS D'EUROS DE DETTE EN 2013

par Raoul Sachs

PARIS (Reuters) - La Caisse d'amortissement de la dette sociale (Cades) émettra 30 milliards d'euros de dette en 2013, soit 10 milliards d'euros de moins qu'en 2012, a annoncé mardi son président Patrice Ract Madoux.

Lors d'une conférence de presse, il a précisé que sur les 30 milliards d'euros que la Caisse prévoit d'émettre, 20 milliards d'euros porteront sur des obligations de moyen et long terme.

En 2012, la Cades a émis 30,2 milliards d'euros de dette à moyen et long terme sur un total de 40 milliards, ce qui la place dans le club des grands émetteurs quasi-souverains comme la banque publique allemande KFW ou la Banque européenne d'investissement (BEI).

Créée en 1996 pour reprendre les déficits accumulés par la Sécurité sociale, la Cades a finalement été amenée à reprendre au fil des ans 209,2 milliards de dette à fin 2012.

Selon les prévisions de la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2013, elle reprendra cette année 8,1 milliards d'euros, ce qui portera le montant cumulé depuis 1996 à 217,1 milliards d'euros. Elle remboursera cette année 12,4 milliards d'euros, selon les prévisions, soit 84,1 milliards d'amortissements cumulés.

Contrairement aux années précédentes, la loi de 2013, qui prévoit un déficit du régime général de la Sécurité sociale de 11,5 milliards d'euros auxquels s'ajoute un trou de 2,5 milliards d'euros du Fonds de solidarité vieillesse (FSV), ne transfère pas de nouvelle dette à la Cades.

Conformément à la loi de réforme des retraites, elle a pour mission de reprendre, entre 2012 et 2018, 68 milliards d'euros de déficit cumulé du régime vieillesse et du FSV, à raison de 10 milliards maximum par an. En 2013, elle reprendra 8,1 milliards d'euros.

Pour faire face au déficit, le gouvernement a préféré cette année remonter le plafond de découvert autorisé de l'Acoss, la banque de la Sécurité sociale, à 29,5 milliards d'euros (contre 22,0 milliards en 2012) - une dette qui, comme par le passé, serait transférée pour tout ou partie à la Cades.

INDICATEUR AVANCE

"Ce plafond est un indicateur avancé de ce que la Cades pourrait être amenée à reprendre", a dit Patrice Ract Madoux qui estime que, dans l'hypothèse d'un nouveau transfert à la Caisse, il n'y aurait pas de raison majeure de prolonger la durée de vie de la Caisse au-delà de 2025.

Une loi organique et le Conseil constitutionnel obligent les gouvernements à affecter des ressources nouvelles à la Cades pour tout nouveau transfert de dette supplémentaire.

Les besoins de financement de la Caisse en 2013 sont en baisse sensible (46,4 milliards d'euros, soit 20 milliards de moins qu'en 2012).

Ils comprennent la reprise de dette de 8,1 milliards d'euros, 10,4 milliards d'euros de remboursements de titres de maturité courte, 20,4 milliards de remboursements de titres moyen/long terme, 4,1 milliards d'euros d'intérêts et 3,4 milliards d'euros d'appel de marges.

Ces besoins sont couverts pour 30 milliards d'euros par les émissions de dette, et à hauteur de 16,4 milliards d'euros par plusieurs ressources : contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS), une partie de la contribution sociale généralisée (CSG), un versement du Fonds de réserve des retraites et un prélèvement de 2,2% sur les revenus du capital.

La Cades, qui bénéficie de la garantie implicite de la République française, a, comme elle, vu en 2012 ses notes de crédit "AAA" (Standard & Poor's) et "Aaa" (Moody's) abaissées à "AA+" et à "Aa1" avec perspective négative.

Cela n'a pas empêché la Cades, à l'instar de la France, de se financer à des taux historiquement bas.

Le taux de financement moyen de la Caisse est ainsi tombé à 2,7% en moyenne contre 2,9% en 2012, a précisé Pierre Hainry, responsable adjoint des opérations de marché.

Raoul Sachs, édité par Matthieu Protard


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.