Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La BCE très attendue jeudi, au risque de décevoir

Reuters30/11/2015 à 16:31

LES INVESTISSEURS ATTENDENT DE NOUVELLES MESURES DE LA BCE

par Balazs Koranyi

FRANCFORT (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) annoncera très probablement jeudi de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire mais les investisseurs attendent de savoir lesquelles et craignent d'être déçus, tant la banque centrale a alimenté les anticipations ces dernières semaines.

Inquiet de la montée des risques pour la croissance et les prix, le président de la BCE, Mario Draghi, s'est en quelque sorte engagé à agir, affirmant que le conseil des gouverneurs ferait le nécessaire pour que l'inflation remonte le plus rapidement possible.

Mais le suspense reste entier sur les leviers que le Conseil des gouverneurs choisira d'actionner, alors que le taux de dépôt de la BCE est déjà négatif et que l'institution rachète depuis mars dernier pour 60 milliards d'euros d'actifs par mois afin d'injecter des liquidités dans le système bancaire.

Le Conseil discutera jeudi d'un grand nombre d'options possibles, allant d'une nouvelle baisse du taux des dépôts - mesure qui devrait peu prêter à controverse - à une extension du programme d'achats d'actifs qui, dans le cas le plus extrême, pourrait porter sur des produits titrisés comprenant des créances douteuses.

"Les anticipations étant élevées, le risque de déception est également élevé. Mais les inquiétudes étant correctement focalisées sur les perspectives d'inflation, il n'y a pas lieu de retenir ou de garder des munitions à ce stade", écrivent les économistes de Société générale dans une note récente.

Dix-neuf des 20 professionnels des marchés monétaires interrogés par Reuters pour une enquête publiée lundi ont dit tabler sur une augmentation des achats mensuels, la médiane de leurs estimations donnant un montant porté à 77,5 milliards d'euros.

DERNIÈRE OCCASION POUR RELANCER LE CRÉDIT ?

Ce plan dit d'assouplissement quantitatif ("quantitative easing" ou QE) serait en outre prolongé au-delà de septembre 2016, l'échéance initialement prévue.

Treize des 20 traders interrogés ont ajouté s'attendre à une baisse du taux de dépôt, qui pourrait être ramené de -0,20% à -0,35%.

La BCE pourrait aussi opter pour un taux de dépôt progressif afin de dissuader les banques de laisser dormir leur argent dans ses coffres.

"Il pourrait s'agir de sa dernière occasion de forcer les banques à prêter à l'économie réelle, ce qu'elle n'est pas parvenue à faire jusqu'à présent", a dit l'un des professionnels interrogés.

La banque centrale pourrait parallèlement élargir le QE à d'autres actifs, par exemple à des obligations municipales ou d'entreprises.

Plusieurs responsables de banques centrales nationales, qui ont requis l'anonymat, ont rapporté à Reuters que les débats lors des réunions préparatoires avaient porté aussi sur le rachat de portefeuilles de prêts bancaires titrisés, plus risqués, même si une telle mesure semble a priori très peu probable.

Au total, une vingtaine d'options auraient été discutées ces dernières semaines au sein de l'Eurosystème et Mario Draghi devra trouver lors de la réunion de jeudi un compromis acceptable pour la majorité des 19 banques centrales de la zone euro.

RÉTICENCES ALLEMANDES

Là réside la principale difficulté pour le patron de la BCE.

L'Allemagne, par la voix du président de la Bundesbank, Jens Weidmann, membre du conseil des gouverneurs, et plus encore de sa représentante au directoire de la BCE, Sabine Lautenschläger, a clairement exprimé sa vive réticence, au risque de donner une image de division au sein de la banque centrale, préjudiciable à sa crédibilité.

Sabine Lautenschläger a dit s'opposer à toute nouvelle mesure d'assouplissement monétaire en expliquant que la politique ultra-accommodante de la BCE créait des risques de bulle et permettait aux gouvernements de retarder des réformes structurelles indispensables.

Les décisions prises lors des réunions du conseil des gouverneurs, auxquelles participent également les membres du directoire, sont généralement prises par consensus et non par vote.

A défaut d'empêcher de nouvelles mesures, les "faucons" de la BCE tenteront d'obtenir de Mario Draghi qu'il ne fasse plus de promesses qui risquent d'être difficiles à tenir.

"Je ne suis pas sûr que la BCE soit capable de nous surprendre encore", dit Cyril Regnat, responsable de la stratégie taux de Natixis, qui table sur une augmentation de 20 milliards d'euros des achats mensuels, une prolongation du QE de six mois et une baisse de 10 points de base du taux de dépôt.

Les analystes de Citi estiment de leur côté que la BCE devra, pour réellement surprendre les investisseurs, tout à la fois réduire le taux des dépôts, augmenter ses achats d'actifs et ajuster sa "communication avancée" en prolongeant le QE ou, du moins, en supprimant la référence à une fin du programme en septembre 2016.

La réunion du conseil des gouverneurs, la première pour le nouveau gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, se déroule moins de deux semaines avant celle du comité de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine, qui devrait au contraire donner le coup d'envoi d'un cycle de hausse des taux outre-Atlantique.

(avec Aaradhana Ramesh, Marius Zaharia et Dhara Ranasinghe; Véronique Tison pour le service français, édité par Marc Angrand)

Mes listes

valeur

dernier

var.

61.82 -0.61%
5378.28 -1.32%
1.151 -0.54%
8.185 -1.33%
0.625 -1.57%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.