1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La BCE réduit sa politique monétaire exceptionnelle
Le Point26/10/2017 à 17:10

Cette fois, ça y est. La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé le calendrier de repli de sa politique monétaire exceptionnelle de rachat de dette publique lancée il y a plus de deux ans et demi, en mars 2015. À l'époque, il s'agissait de conjurer le risque de déflation, cette spirale de baisse de prix qui s'enclenche lorsque les entreprises reportent leurs investissements et les ménages leur consommation, ce qui finit par peser sur les salaires, la demande, puis la production.

Sans surprise, le conseil des gouverneurs, présidé par l'Italien Mario Draghi, a décidé de réduire ses achats d'actifs, principalement de dette publique (mais aussi d'entreprises), de 60 à 30 milliards d'euros par mois à partir du 1er janvier 2018.

Cela fait des mois que l'institution basée à Francfort préparait les esprits à ce reflux, afin de ne pas brusquer les marchés financiers et déclencher une tempête financière. L'année dernière, déjà, elle avait diminué le montant de ses interventions de 80 à 60 milliards d'euros destinées, en faisant baisser les taux d'intérêt réclamés par les investisseurs pour détenir de la dette publique, à diminuer les taux d'intérêt répercutés par les banques privées aux entreprises et aux ménages et, par voie de conséquence, à faire baisser l'euro.

Prudence

Il faut dire que le paysage économique a considérablement changé. La croissance de la zone euro...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer