Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La BCE prolonge ses achats d'actifs, réduit les montants mensuels

Reuters26/10/2017 à 16:42
    * Programme d'achats ramené à 30mds par mois à compter de 
janvier 
    * Prolongation jusqu'en septembre 2018 au moins 
    * Les taux resteront bas pour une période prolongée 
 
 (Actualisé après la conférence de presse de Draghi) 
    par Balazs Koranyi et Francesco Canepa 
    FRANCFORT, 26 octobre (Reuters) - La Banque centrale 
européenne (BCE) a annoncé jeudi une réduction de son programme 
de stimulation monétaire tout en le prolongeant jusqu'en 
septembre prochain au moins, dans un environnement 
d'amélioration de la croissance au sein de la zone euro mais 
aussi de faiblesse persistante de l'inflation.  
    La BCE, qui réduira de moitié le montant mensuel de ses 
achats d'actifs à 30 milliards d'euros à compter de janvier, a 
par ailleurs confirmé qu'elle maintiendrait ses taux directeurs 
à leur bas niveau actuel bien après la fin de son programme 
d'achats d'actifs.  
    Elle a aussi gardé ouverte l'option d'une augmentation du 
montant et/ou d'une prolongation de la durée de son programme en 
cas de besoin.  
    S'exprimant lors de la traditionnelle conférence de presse 
qui suit la réunion du Conseil des gouverneurs statuant sur la 
politique monétaire, le président de la BCE a parlé de 
"recalibrage" du programme et dit que le travail de la banque 
centrale pour relancer l'inflation et garantir la croissance 
n'était pas terminé.  
    L'euro et les rendements obligataires au sein de la zone 
monétaire unique se sont orientés à la baisse après ces annonces 
perçues par les investisseurs comme la poursuite d'une politique 
monétaire toujours accommodante.  
    Mario Draghi a dit que les perspectives économiques de la 
zone euro s'étaient améliorées mais que l'inflation sous-jacente 
n'avait pas encore montré de signes convaincants d'une tendance 
à la hausse, l'objectif principal des mesures de soutien 
monétaire.  
    "Les pressions sur les prix domestiques restent encore 
faibles dans l'ensemble et les perspectives économiques et la 
trajectoire d'inflation demeurent sujettes à la poursuite d'un 
soutien en provenance de la politique monétaire", a-t-il dit. 
    "En conséquence, un ample degré de stimulation monétaire 
demeure nécessaire." 
    Conçu il y près de trois ans pour prévenir tout risque de 
déflation au sein de la zone euro, ce programme de rachats 
massifs d'actifs y a déprimé les rendements, ranimé le crédit et 
soutenu la croissance économique sans parvenir jusqu'à présent à 
stimuler la hausse des prix pour la ramener vers l'objectif de 
la BCE d'une inflation proche mais inférieure à 2% l'an. 
     
    DÉBAT DANS UNE "ATMOSHÈRE POSITIVE" 
    "Si les perspectives deviennent moins favorables ou si les 
conditions financières ne sont plus en phase avec de nouveaux 
progrès vers un ajustement durable de la trajectoire 
d'inflation, le Conseil des gouverneurs se tient prêt à 
augmenter le programme de rachats d'actifs en termes de montant 
et/ou de durée", écrit la BCE dans le communiqué publié après sa 
réunion de politique monétaire. 
    Elle a maintenu ses taux à leurs niveaux actuels: nul pour 
le taux de refinancement, -0,40% pour le taux de dépôt, 0,25% 
pour le taux de facilité de crédit. 
    Mario Draghi a dit qu'il y avait eu des divergences de vue 
entre les responsables monétaires mais que les décisions avaient 
été prises dans une "atmosphère positive". 
    Les tenants de l'orthodoxie monétaire, en provenance 
d'Allemagne et des Pays-Bas notamment, voulaient que la BCE 
s'engage à mettre un terme à ses achats d'actifs, estimant 
qu'avec une croissance désormais supérieure à la tendance de 
long terme, une poursuite de la stimulation monétaire n'aurait 
que peu voire pas d'effet du tout sur l'inflation.  
    Les partisans d'une politique monétaire accommodante 
craignent en revanche qu'un arrêt trop brusque des achats 
d'actifs ne se traduise par un resserrement des conditions 
monétaires et n'anéantisse des années d'efforts, alors même que 
l'inflation ne devrait pas se rapprocher rapidement de 
l'objectif de 2%, de l'aveu même de la BCE.  
    "La décision d'aujourd'hui est en faveur d'un programme 
ouvert (...) il ne va pas s'arrêter soudainement", a dit Mario 
Draghi au cours de la conférence de presse.  
    "Une large majorité du Conseil des gouverneurs a exprimé sa 
préférence pour le maintenir ouvert (...) Il y a toujours 
beaucoup d'incertitudes, donc c'était simplement prudent", 
a-t-il ajouté. 
    La BCE est toutefois confrontée à une pénurie croissante de 
titres à acheter dans certains pays, ce qui peut laisser penser 
que les contraintes de marché vont jouer un rôle grandissant 
dans le débat sur la politique monétaire, une profonde refonte 
du programme semblant peu probable au moment où la BCE commence 
à en sortir très progressivement. 
    Mario Draghi a dit que le programme demeurait suffisamment 
souple pour en ajuster les conditions si nécessaire.  
    Il a ajouté que la BCE allait aussi réinvestir le produit 
des titres acquis arrivant à maturité.  
    La BCE a précisé que ces réinvestissements interviendraient 
dans un délai de deux mois au plus et qu'en ce qui concerne les 
dettes souveraines, ils s'effectueraient dans le même pays que 
celui dans lequel les titres avaient été achetés.  
    "Les remboursements du principal des titres acquis dans le 
cadre du programme d'achat de titres du secteur public sont 
réinvestis par l'Eurosystème d'une manière flexible et opportune 
dans le mois qui suit leur échéance, dans le cadre d'une 
obligation de moyens, ou dans les deux mois qui suivent, si les 
conditions de liquidité de marché l'exigent", a dit la BCE.  
    Elle a ajouté que ces achats d'obligations sécurisées, de 
titres adossés à des actifs et d'obligations émises par des 
entreprises resteraient "considérables".  
 
 (Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid 
Exbrayat) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.