Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La BCE progresse vers une baisse du taux des dépôts en décembre

Reuters09/11/2015 à 16:15

LA BCE PROGRESSE VERS UNE BAISSE DU TAUX DES DÉPÔTS

par Paul Taylor et Balazs Koranyi

BRUXELLES/FRANCFORT (Reuters) - Un consensus tend à se dégager au sein de la Banque centrale européenne (BCE) en vue de réduire encore en décembre un taux des dépôts qui est déjà négatif, ont déclaré quatre membres du Conseil des gouverneurs.

Au contraire, sur 21 traders interrogés par Reuters, 18 pensent que la BCE n'en fera rien, au vu d'une enquête publiée ce lundi.

Une autre enquête Reuters parue fin octobre considérait en revanche pratiquement acquis un assouplissement par la BCE de sa politique monétaire en décembre, à la fois via une augmentation ou un rallongement de son programme de rachats d'actifs, dit d'assouplissement quantitatif (QE), et une nouvelle baisse de son taux des dépôts.

L'euro et les taux du marché monétaire ont baissé à l'annonce de l'information de Reuters citant des membres du Conseil des gouverneurs. L'euro a cédé près d'un demi-cent à 1,0738 dollar, effaçant ses gains de la journée.

Les taux monétaires en euro ont fléchi pour donner une probabilité de l'ordre de 70% à une baisse de taux en décembre.

Le rendement du Bund à 10 ans, revenant sur sa hausse du début de journée, a touché un plus bas du jour de 0,68%.

La BCE avait laissé le 22 octobre ses taux directeurs et son programme QE inchangés mais son président Mario Draghi avait ravi les marchés en promettant que l'institution débattrait en décembre de l'opportunité d'agir davantage pour soutenir les prix et l'activité.

Lorsqu'en septembre 2014, la BCE avait ramené son taux des dépôts à -0,2%, elle avait dit qu'elle ne pouvait pas aller plus loin. Depuis lors d'autres banques centrales, en particulier celles de Suisse et du Danemark, sont allées jusqu'à -0,75%.

Trois des quatre membres du Conseil des gouverneurs cités précédemment expliquent que les débats tournent à présent autour de l'ampleur de la nouvelle baisse du taux des dépôts, certains affirmant que s'en tenir à une réduction de 0,1 point n'aurait aucun effet puisqu'elle correspondrait aux attentes du marché.

"A court terme, il n'y a pas de plancher pour le taux des dépôts; on peut donc l'abaisser très sensiblement", a dit l'un de ces membres. "Il doit y avoir un plancher mais on en est loin".

Deux des membres du Conseil disent qu'il ne fait aucun doute que la BCE agira en décembre parce que l'inflation reste proche de zéro, alors que l'institut d'émission vise un petit peu moins de 2%, et un troisième observe que réduire le taux des dépôts est la proposition qui soulève le moins d'objections au sein de la banque centrale.

La BCE a une vingtaine de propositions sous la main, pour la plupart tournant autour d'achats d'actifs, et ses comités devraient raccourcir la liste dans les semaines précédant la réunion de décembre après l'avoir fait circuler auprès des 19 banques centrales de la zone euro, selon une source au fait de la situation.

DISCRÉTION ALLEMANDE

Se contenter de prolonger le programme de rachat d'actifs n'aurait qu'un impact limité et il est difficile d'y rajouter de nouveaux actifs car chaque catégorie d'actif a ses propres problèmes, note l'un des membres du Conseil.

Incorporer de la dette corporate perturberait le marché; quant à des actions, la part qu'en aurait la BCE serait trop faible pour être influente; élargir la gamme de la dette d'organismes publics soulèverait des questions trop délicates, résume-t-il.

Un autre membre du Conseil suggère de descendre le taux des dépôts à -0,5%, voire à -0,7%, suivant en cela les exemples suisse et danois.

Mais il n'est pas certain que les banques prêteraient plus pour éviter d'être ponctionnées sur leurs dépôts auprès de la BCE, ce qui est en principe l'un des objectifs d'une baisse du taux des dépôts, l'autre étant de créer de l'inflation importée en affaiblissant la monnaie.

Un autre problème est que la plongée profonde en territoire négatif n'a été éprouvée que par des banques centrales de taille relativement modeste et que les effets secondaires ne sont pas encore bien compris pour pouvoir les modéliser correctement.

L'un des membres du Conseil a fait enfin valoir que lors de la réunion d'octobre, certains responsables de la BCE avaient dit qu'assouplir serait le signe d'une politique active qui devancerait le cycle en un temps de reprise économique.

A quoi Mario Draghi avait répondu que porter l'inflation vers l'objectif était la seule priorité de la BCE, le coup de pouce pour la croissance qui pourrait en résulter n'étant qu'une conséquence.

Toujours est-il que la Bundesbank allemande, habituellement très sourcilleuse dès lors qu'il s'agit d'assouplir un peu plus la politique monétaire, est relativement discrète depuis la dernière réunion.

Une façon de prendre acte du ralentissement qui touche aussi la dynamique de croissance de l'Allemagne, dit un responsable monétaire. "Comme vous le savez, nous n'avons pas d'objectif de taux de change et les Allemands n'admettront jamais qu'un taux de change plus bas leur conviendrait; c'est pourquoi ils restent discrets", avance-t-il.

Même si les conséquences d'un creusement du taux des dépôts en territoire négatif ne sont pas complètement connues, il est probable que la BCE comparera les exemples danois, suisse et suédois à celui du "canari dans la mine", poursuit un responsable de la BCE.

"Jolie image, à ceci près que nous savons tous ce qu'il advient du canari", a dit un banquier central hors zone euro, en guise de réponse.

(Avec John O'Donnell et Frank Siebelt, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny)

Mes listes

valeur

dernier

var.

2.324 -70.59%
13.295 +3.02%
0.69 -0.58%
8.94 0.00%
5.24 -0.95%
6.1 +1.50%
7.152 +1.22%
0.065 -23.53%
5.982 +2.96%
59 +0.17%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.