1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La BCE ne lâchera pas les banques grecques, promet Dragasakis
Reuters01/02/2015 à 21:43


ATHENES, 1er février (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) ne privera pas les banques grecques de liquidités si Athènes ne parvient pas à s'entendre avec ses créanciers internationaux, a assuré dimanche le vice-Premier ministre Grec, Yannis Dragasakis. "La Banque centrale européenne et (son président Mario) Draghi assurent le contrôle des liquidités. Tout sera donc fait - il l'a dit lui-même - pour ne pas altérer le cours paisible des choses", a-t-il déclaré sur l'antenne de la chaîne grecque Mega TV. La Grèce est censée recevoir encore 7,2 milliards d'euros, l'ultime tranche des programmes d'assistance d'un montant total de 240 milliards négociés depuis la crise de 2009, sous réserve d'en accepter les conditions. Erkki Liikanen, membre du conseil des gouverneurs de la BCE, a prévenu samedi que l'institution de Francfort pourrait fermer les robinets aux banques grecques si le-dit programme, déjà étendu de deux mois, n'est pas prolongé après la fin février. Athènes, qui n'a pas accès aux marchés obligataires, doit rembourser environ 10 milliards d'euros à divers créanciers cet été. (Angeliki Koutantou, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • skiper22
    01 février23:27

    Le vice-premier ministre grec qui parle pour Draghi, c'est bon ça ! L'étape d'après, il va affirmer que Merkel exige l'annulation totale de la dette Grecque... Le bluff, c'est bien, mais faut rester crédible.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

4351.49 -4.23%
1.11685 0.00%
1.892 +7.50%
25.1 -6.59%
32.25 -2.27%

Les Risques en Bourse

Fermer