Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La BCE maintient sa politique monétaire et son biais accommodant

Reuters27/04/2017 à 16:31
    * Draghi prend acte du renforcement de la reprise de la zone 
euro 
    * Les risques baissiers sur la croissance ont diminué 
    * Il souligne que l'inflation sous-jacente reste faible 
 
 (Actualisé après la conférence de presse de Mario Draghi) 
    par Balazs Koranyi et Francesco Canepa 
    FRANCFORT, 27 avril (Reuters) - La Banque centrale 
européenne (BCE) a maintenu inchangée jeudi sa politique 
monétaire et ses responsables n'ont pas évoqué un abandon de son 
biais accommodant, l'inflation au sein de la zone euro restant 
inférieure à son objectif pour une cinquième année consécutive 
en dépit d'une croissance économique au plus haut depuis la 
crise financière de 2008. 
    La BCE a maintenu son biais en faveur d'un nouvel 
assouplissement monétaire en cas de besoin, laissant la porte 
ouverte à de nouvelles baisses de taux ou à une augmentation de 
ses achats d'actifs. 
    Cette orientation est conforme aux attentes des marchés mais 
contraste toutefois avec les appels émanant d'Allemagne 
notamment en faveur d'une réduction progressive de la 
stimulation monétaire.  
    La BCE a ainsi laissé ses taux directeurs inchangés et a 
confirmé la poursuite de son programme d'achats d'actifs jusqu'à 
la fin de l'année au rythme de 60 milliards d'euros par mois. 
    "Les dernières données disponibles depuis notre réunion du 
mois de mars confirment que la reprise cyclique de l'économie de 
la zone euro devient de plus en plus solide et que les risques 
baissiers ont encore diminué", a déclaré Mario Draghi, le 
président de la BCE, lors de sa traditionnelle conférence de 
presse après la tenue du conseil des gouverneurs.  
    "Dans le même temps, les pressions sur l'inflation 
sous-jacente continuent de rester limitées et doivent encore 
manifester une tendance haussière convaincante", a-t-il 
poursuivi. 
    Prié de dire si les responsables monétaires de la BCE 
avaient discuté d'un abandon de la référence aux biais 
accommodants de la politique monétaire, Mario Draghi a répondu: 
"Nous n'en avons pas débattu (...) Je ne pense pas qu'il y ait 
un quelconque besoin de débattre (de l'enchaînement des 
changements de politique monétaire) maintenant." 
    Le président de la BCE a ajouté: "Nous n'avons pas 
suffisamment d'éléments probants pour modifier notre évaluation 
des perspectives d'inflation et nous ne sommes pas suffisamment 
confiants dans le fait que l'inflation va converger vers des 
niveaux cohérents avec notre objectif d'une manière durable et 
auto-entretenue." 
    L'euro  EUR=  a touché un plus bas depuis le début de séance 
contre la devise américaine en réaction à ces propos, à 1,0857 
dollar. Le rendement des obligations d'Etat allemandes à dix ans 
a reculé de plus de 2 points de base à un plus bas de deux jours 
à 0,325% tandis que l'Eurostoxx 50  .STOXX50E  a cédé une partie 
de ses gains, pénalisé par le recul des valeurs bancaires de la 
zone euro dont l'indice sectoriel  .SX7E  cède plus de 1,6% vers 
14h30 GMT.  
     
    INFLECHISSEMENT EN JUIN?  
    Le statu quo de la BCE et le maintien de son biais 
accommodant font écho aux autres décisions prises par diverses 
banques centrales ce jeudi.  
    La Banque du Japon a laissé inchangé son programme 
d'assouplissement quantitatif et qualitatif tout en se montrant 
plus optimiste au sujet des perspectives économiques du pays. 
  
    La Riksbank, la banque centrale suédoise, a relevé son 
propre programme d'assouplissement quantitatif de 15 milliards 
de couronnes (1,56 milliard d'euros) et annoncé un premier 
relèvement de ses taux à la mi-2018, soit plus tard qu'annoncé 
précédemment.  
    L'amélioration de la situation économique de la zone euro et 
la dissipation du risque politique après l'arrivée en tête du 
premier tour de la présidentielle française du candidat 
pro-européen d'En Marche!, Emmanuel Macron, pourraient 
déboucher, dés le mois prochain, sur un biais moins accommodant 
de la BCE.  
    Le mois dernier, la BCE avait supprimé du communiqué 
introductif la phrase mentionnant que le conseil des gouverneurs 
était déterminé à utiliser "tous les instruments à sa 
disposition si nécessaire", ce qui avait été interprété comme le 
signal d'une moins grande urgence à agir de sa part. 
    Mario Draghi a souligné jeudi que le risque de déflation au 
sein de la zone euro "avait quasiment disparu." 
    Certaines voire la totalité des références à des risques 
baissiers sur les perspectives économiques pourraient être 
supprimées des remarques introductives le mois prochain, de même 
que la référence à de possibles nouvelles baisses de taux voire 
à une augmentation des achats d'actifs, ont dit mercredi des 
sources au fait des délibérations des responsables monétaires de 
la zone euro, à Reuters.   
    La prudence continue toutefois de prévaloir au sein du 
conseil des gouverneurs après des années de faiblesse de la 
croissance et de l'inflation au sein de la zone euro depuis la 
crise financière de 2008.   
 
 (Bertrand Boucey et Marc Joanny pour le service français) 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.