Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Actualités

USD/EUR SPOT

0.8632EUR
+0.01% 
Six - Forex 2 données temps réel
Politique d'exécution
  • ouverture

    0.8632

  • + haut

    0.8632

  • + bas

    0.8630

  • clôture veille

    0.8631

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.0000

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.0000

  • cotation spécifique

    EUR/USD

    1.1586  0.00%
  • + Alerte

    Créer une alerte sur le cours de la valeur USD/EUR SPOT

    Fermer
  • + Portefeuille

    Ajouter USD/EUR SPOT à un portefeuille virtuel

    Fermer
  • + Liste

    Ajouter USD/EUR SPOT à mes listes

    Fermer

La BCE jugera début 2015 de l'intérêt d'agir de nouveau

Reuters04/12/2014 à 19:40

* Draghi veut évaluer l'impact des dernières mesures * La BCE a réduit ses prévisions de croissance et d'inflation * L'unanimité n'est pas nécessaire pour un QE, rappelle Draghi * L'Allemagne contre la nouvelle terminologie sur le bilan-sources * Les préparatifs d'éventuelles nouvelles mesures continuent (Actualisé avec sources sur la position allemande, évolution de l'euro) par John O'Donnell FRANCFORT, 4 décembre (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) jugera au début de l'an prochain de l'opportunité de mettre en oeuvre de nouvelles mesures pour relancer l'économie de la zone euro, a déclaré jeudi son président Mario Draghi. Lors de sa conférence de presse mensuelle à l'issue de la réunion du conseil des gouverneurs, Mario Draghi a assuré que les dirigeants de la BCE étaient unanimes dans leur détermination à adopter si nécessaire des mesures qui pourraient inclure l'achat de dette publique. La BCE avait auparavant annoncé, comme attendu, le maintien de ses taux directeurs à leurs plus bas niveaux historiques. En complément de cette politique de taux ultra-accommodante, la banque centrale prévoit d'augmenter son bilan à 800 milliards d'euros, voire à 1.000 milliards, ce qui le ramènerait à son niveau du début 2012, en achetant des actifs sur les marchés pour injecter massivement des liquidités dans le système financier. "Au début de l'an prochain, le conseil des gouverneurs réévaluera le soutien monétaire engagé, l'expansion du bilan et les perspectives d'évolution des prix", a dit Mario Draghi. "S'il s'avère nécessaire d'apporter une réponse intensifiée aux risques d'une période trop prolongée d'inflation basse, le conseil des gouverneurs reste unanime dans sa détermination à utiliser des instruments non conventionnels supplémentaires dans le cadre de son mandat." "Cela pourrait impliquer de modifier au début de l'année prochaine la taille, le rythme et la composition de nos mesures." L'EURO REMONTE FAUTE DE PRÉCISIONS SUR UN QE Mario Draghi a tenu à préciser que les préparatifs nécessaires à la mise en oeuvre éventuelle de ces nouvelles mesures s'intensifiaient. Les marchés actions ont reculé après la conférence de presse, les investisseurs se disant déçus par l'absence d'indications précises sur les intentions de la banque centrale, tandis que l'euro regagnait du terrain face au dollar. "Il n'y a eu aucun signal politique fort en termes d'assouplissement quantitatif sur les souverains même si, au vu de la révision à la baisse des prévisions de croissance et d'inflation et de la tonalité générale, il est assez raisonnable de penser que la BCE agira l'an prochain", estime Vassili Serebriakov, stratégiste devises de BNP Paribas à New York. L'euro, qui avait touché avant la conférence de presse un plus bas de plus de deux ans à 1,2284 dollar, se traitait autour de 1,2440 dollar à 15h30 GMT EUR= . Les Bourses européennes, elles, ont fini en net repli, l'indice EuroStoxx 50 .STOXX50E cédant 1,74%. ID:nL6N0TO3Z0 Au cours des prochaines semaines, la BCE s'emploiera donc à mesurer l'impact des décisions déjà entrées en vigueur, qu'il s'agisse de ses taux historiquement bas, des prêts à long terme aux banques (TLTRO) ou des achats d'obligations sécurisées et de prêts titrisés (ABS) déjà engagés. Cette évaluation prendra en compte la nouvelle dégradation des perspectives de croissance et d'inflation que reflètent les dernières prévisions des services de la BCE. Celle-ci ne prévoit plus que 1,0% de croissance l'année prochaine dans la zone euro, contre 1,6% projeté en septembre, et 0,7% d'inflation (contre 1,1%). L'UNANIMITÉ PAS INDISPENSABLE POUR UN QE, DIT DRAGHI Cette dernière prévision éloigne un peu plus la BCE de son objectif d'une inflation inférieure à 2% mais proche de ce niveau. Mario Draghi a souligné que la BCE accorderait une attention particulière à l'impact de la baisse des cours du pétrole, qui approche 40% depuis le 1er juillet. Avant de s'engager dans un éventuel programme d'achats de titres de dette souveraine, Mario Draghi devra vaincre les très fortes réticences de plusieurs pays de la zone euro, à commencer par celles de l'Allemagne. Plusieurs sources au sein de la banque centrale ont rapporté que les deux membres allemands du conseil des gouverneurs s'étaient opposés jeudi au changement de la formulation utilisée pour évoquer l'augmentation du bilan de la BCE. Le conseil a déclaré: "Nos mesures auront un impact notable sur notre bilan, destiné à retrouver les dimensions qu'il affichait début 2012", alors que le mois dernier, il expliquait que le bilan "devrait retrouver les dimensions qu'il affichait début 2012". Le passage de "devrait" à "destiné à" marque une affirmation accrue du discours de la BCE que Jens Weidmann, le président de la Bundesbank, et Sabine Lautenschläger, qui siège au directoire de la BCE, n'ont pas soutenue, ont dit les sources. Mario Draghi a toutefois rappelé jeudi que l'unanimité au sein du conseil des gouverneurs n'était pas indispensable pour s'engager le cas échéant sur la voie du QE, préférant parler de "consensus". * Principaux extraits de la conférence de presse de Mario Draghi ID:nL6N0TO2QP (Avec Paul Carrel, Patrick Vignal pour le service français, édité par Dominique Rodriguez)

Valeurs associées

0.00%
-0.90%

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.