Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La BCE fera le nécessaire pour faire remonter l'inflation-Draghi

Reuters31/10/2015 à 11:35

(Actualisé avec nouvelles citations, contexte) MILAN, 31 octobre (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) est prête à faire le nécessaire pour atteindre son objectif d'inflation à moyen terme, assure son président, Mario Draghi, dans un entretien publié samedi par le quotidien italien Il Sole 24 Ore. Les prix à la consommation dans la zone euro ont baissé de 0,1% sur un an en septembre, une évolution très éloignée de l'objectif affiché de la BCE, à savoir une inflation légèrement inférieure à 2%, ce qui suscite des appels à une augmentation ou une prolongation de sa politique actuelle d'achats d'actifs sur les marchés financiers, censée stimuler la remontée des prix. "Si nous sommes convaincus que notre objectif pour l'inflation à moyen terme risque de ne pas être atteint, nous prendrons les mesures nécessaires", a dit Mario Draghi à Il Sole. "Nous allons voir si d'autres mesures de stimulation sont nécessaires. La question n'est pas tranchée", a-t-il ajouté. L'inflation dans la zone euro devrait, selon lui, rester proche de zéro, voire négative, au moins jusqu'au début de l'année prochaine. "A compter de la mi-2016 et pendant toute l'année 2017, grâce à l'effet à retardement de la baisse des taux de change, nous nous attendons à ce que l'inflation augmente progressivement", a-t-il expliqué. Interrogé sur les mesures auxquelles la BCE pourrait avoir recours, le président de l'institution a répondu que celle-ci disposait déjà d'une large gamme d'instruments de politique monétaire. "Toutefois, il est trop tôt pour dire dans tous les cas 'voilà le menu' et 'il n'y a rien à ajouter'", a-t-il poursuivi. Prié de dire si une baisse du taux de la facilité de dépôt de la BCE (celui qui s'applique aux liquidités déposées par les banques commerciales auprès de la banque centrale) pourrait être décidée parallèlement à une éventuelle modification des modalités du plan d'assouplissement quantitatif en cours, Mario Draghi a répondu qu'il était trop tôt pour en décider. LA BAISSE DU TAUX DE DÉPÔT DE NOUVEAU ÉVOQUÉE "Le taux d'intérêt sur les dépôts pourrait être l'un des instruments que nous utiliserions de nouveau", a-t-il dit. Depuis mars, la BCE achète pour 60 milliards d'euros d'actifs par mois, essentiellement des obligations souveraines, pour faire remonter l'inflation, encourager le crédit et, de manière générale, pour stimuler l'économie. Ce programme s'applique en principe jusqu'en septembre 2016. Mais à l'issue de la dernière réunion de politique monétaire, le 22 octobre, Mario Draghi a annoncé que la BCE envisageait de nouvelles mesures de soutien, laissant entendre que des décisions pourraient être annoncées dès la prochaine réunion du Conseil des gouverneurs, le 3 décembre. Il a précisé que le débat portait entre autres sur la possibilité d'une nouvelle réduction du taux de la facilité de dépôt, actuellement fixé à -0,20%. Dans l'entretien à Il Sole, le président de la BCE a déclaré que les risques dominants allaient actuellement dans le sens d'une baisse à la fois de l'inflation et de la croissance, en raison de la dégradation de la conjoncture dans certaines économies émergentes et de la possibilité d'un ralentissement de la croissance aux Etats-Unis. "Les prévisions de croissance mondiale ont été révisées à la baisse. Ce ralentissement n'est sans doute pas temporaire", a-t-il souligné. Il s'est toutefois déclaré optimiste sur l'avenir de la zone euro, jugeant que "les risques de fragmentation et de redénomination ont considérablement diminué, sinon disparu". Interrogé sur la dette publiques grecque, Mario Draghi l'a jugée soutenable à condition qu'Athènes respecte ses engagements, ajoutant que, pour faire en sorte que la dette soit soutenable, un certain degré d'allégement pourrait être requis. "Le deuxième point devrait viser à lever tout doute sur la soutenabilité future de la dette elle-même, une fois que le premier point aura été atteint", a-t-il dit. (Stephen Jewkes, Jean-Philippe Lefief et Marc Angrand pour le service français)


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.