Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La BCE et l'Eurogroupe ne décèlent pas de risque net de déflation

Reuters01/04/2014 à 21:38

PAS DE RISQUE NET DE DÉFLATION DANS LA ZONE EURO, SELON LA BCE ET L'EUROGROUPE

par Martin Santa et John O'Donnell

ATHENES (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) et l'Eurogroupe ne décèlent pas un risque de déflation bien défini dans la zone euro en dépit d'un net ralentissement de la hausse des prix mais une période prolongée d'inflation faible pourrait être préjudiciable à l'économie.

L'inflation de la zone euro reste coincée dans une "zone dangereuse" - suivant les propres termes de la BCE - en deçà de 1% depuis octobre et elle a encore baissé en mars, à un niveau sans précédent depuis plus de quatre ans de 0,5% en rythme annuel.

"Le taux de croissance de l'inflation est une préoccupation", a dit le vice-président de la BCE Vitor Constancio, lors d'une conférence de presse, à la suite d'une réunion des ministres des Finances de la zone euro (Eurogroupe). "Cela semble indiquer que l'Europe et la zone euro peuvent se retrouver dans une période prolongée d'inflation basse et cela peut constituer un frein à la reprise".

"Nous ne percevons aucune perspective de déflation", a-t-il cependant ajouté.

La BCE tiendra jeudi sa traditionnelle réunion mensuelle de politique monétaire mais les économistes pensent qu'elle s'abstiendra pour le moment de toute initiative - classique ou moins conventionnelle - visant à relancer l'inflation.

Le ministre de l'Economie italien Pier Carlo Padoan est en phase avec ce constat. "Il n'y a pas de risque de déflation évident et cela se fonde sur le fait que les anticipations d'inflation à moyen terme sont ancrées à des niveaux normaux autour de 2%, ce qui est l'objectif à moyen terme de la zone euro", a-t-il observé.

"Cela dit, les autorités suivent très attentivement l'évolution de la situation... Il y a une réunion du conseil de la banque centrale jeudi au cours de laquelle la situation sera à nouveau examinée", a-t-il ajouté.

Constancio, qui pense que la croissance s'est poursuivie en zone euro au premier trimestre de cette année, a ajouté que la reprise autoriserait une remontée de l'inflation et ce dès le mois d'avril.

Le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires Olli Rehn pense pour sa part qu'une période prolongée de basse inflation "affecterait négativement le processus de rééquilibrage de l'économie de la zone euro".

"D'un côté, cela augmenterait évidemment le revenu réel disponible, mais de l'autre cela ralentirait le rééquilibrage de la zone euro", a-t-il ajouté.

Le Fonds monétaire international appelle régulièrement la BCE à baisser encore ses taux directeurs ou à pratiquer une politique d'assouplissement quantitatif - sous la forme de rachats d'actifs - telle qu'elle se pratique aux Etats-Unis, au Japon ou en Grande-Bretagne.

Comme Rehn, le FMI argue qu'avec une inflation faible, les pays très endettées de la zone euro ont beaucoup de mal à réduire leur endettement, à regagner de la compétitivité et à combattre efficacement le chômage.

En outre, la fermeté de l'euro ne contribue pas à rendre la zone euro plus concurrentielle à l'exportation.

(Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny)

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.