Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La BCE devra encore rassurer et gardera le statu quo
Reuters02/04/2013 à 19:57

LA BCE DEVRAIT GARDER LE STATU QUO CETTE SEMAINE

LA BCE DEVRAIT GARDER LE STATU QUO CETTE SEMAINE

par Paul Carrel

FRANCFORT (Reuters) - La Banque centrale européenne s'abstiendra de modifier ses taux directeurs cette semaine, préférant observer comment évolue l'économie de la zone euro avant d'employer le peu de marge de manoeuvre qui lui reste pour abaisser encore les coûts d'emprunt, estiment des économistes interrogés par Reuters.

Selon une enquête Reuters publiée la semaine passée, le taux de refinancement de la BCE devrait être maintenu au niveau plancher de 0,75% à l'issue de la réunion du comité de politique monétaire prévu jeudi.

Quant au président de la BCE Mario Draghi, il devra une nouvelle fois s'efforcer de rassurer des marchés qui, déjà déboussolés par la crise chypriote et l'impasse politique italienne, s'inquiètent maintenant pour la Slovénie dans laquelle ils voient un prochain candidat à un sauvetage international.

"Il n'y a pas que la débâcle chypriote. On s'inquiète aussi de plus en plus pour la Slovénie et les dernières données (macroéconomiques) ont été à la baisse en mars", dit Howard Archer, économiste de Global Insight. "Je suis sûr qu'il fera de son mieux pour paraître tout à fait rassurant".

La baisse de l'activité industrielle dans la zone euro s'est encore accentuée en mars et la crise de Chypre pourrait, malgré l'accord de renflouement, entretenir cette dégradation, montrent mardi les résultats définitifs des enquêtes mensuelles auprès des directeurs d'achats du secteur.

"Pour l'instant, c'est sans doute trop tôt mais si on a encore une nouvelle salve de mauvais chiffres, je pense qu'on verra Draghi laisser entendre qu'il y aura une baisse des taux à court terme", commente Anders Svendsen, analyste de Nordea.

Si elle veut abaisser les taux, la BCE a encore un peu de marge de manoeuvre avec son taux de refinancement. En revanche, son taux des dépôts est déjà nul et certains membres du conseil n'ont pas très envie de le voir passer dans le négatif.

En théorie, cette marge existe, affirmait Yves Mersch, membre du directoire de la BCE, jeudi dernier au journal espagnol Expansion. "Cela dit, votre question induit la possibilité d'une dégradation des perspectives (économiques), alors que rien ne le prouve à l'heure actuelle", disait-il.

Pour Nick Matthews, économiste de Nomura, Mario Draghi martèlera son message qui est que la BCE fera tout ce qu'il faut pour préserver l'euro, une position qui avait été payante l'été dernier.

Pour assurer un financement sûr au système financier de la zone euro, la BCE propose déjà aux banques des liquidités illimitées à des échéances pouvant aller jusqu'à trois mois. Elle se réserve la possibilité d'étendre l'échéance jusqu'à trois ans, comme elle l'a fait en décembre 2011 et février 2012.

La BCE a par ailleurs fait savoir que des liquidités d'urgence seraient apportées aux banques chypriotes pour autant qu'elles soient solvables, comme l'exige son propre règlement. Elle peut aussi racheter des obligations souveraines si le pays concerné accepte les mesures de rigueur requises.

Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer