Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

La BCE défend le système de paiements Target 2, jugé trop cher
information fournie par Reuters08/05/2019 à 16:54

    LONDRES, 8 mai (Reuters) - Les marchés financiers doivent
utiliser davantage le système de règlement Target 2 de la Banque
centrale européenne pour en amortir le coût, a estimé mercredi
un responsable de la BCE en réponse aux critiques sur le nouveau
système.
    Target2, ou T2S, acronyme en anglais du "Système de
transferts express automatisés transeuropéens à règlement brut
en temps réel", est la plate-forme développée et gérée par la
BCE pour permettre au marché des capitaux de l'Union européenne
de mieux concurrencer les Etats-Unis - et le Royaume-Uni après
son départ de l'UE.
    Ouvert en juin 2015, T2S fonctionne à plein régime depuis
environ 18 mois mais a dû augmenter ses commissions en début
d'année.
    Avec la concurrence de Clearstream et d'Euroclear, les deux
grandes chambres de compensation internationales, les volumes
restent trop faibles pour permettre à la BCE d'amortir son
investissement et de réduire les tarifs. De plus, certains
systèmes de règlement nationaux perdurent dans l'UE alors que
TS2 était censé les remplacer.
    "Le coût reste trop élevé", a déploré Cécile Nagel,
directrice générale de la société de compensation EuroCCP, lors
d'une conférence qui s'est tenue mercredi à Londres sous l'égide
du lobby bancaire AFME (Association of Financial Markets in
Europe).
    Guido Wille, membre du directoire de Clearstream, filiale de
Deutsche Börse  DB1Gn.DE ,, a estimé que T2S n'avait ni permis
de réduire les coûts ni facilité l'accès à un règlement
pan-européen. "Cela a ajouté une nouvelle couche", a-t-il dit.
    Andrew Douglas, au nom de DTCC, société qui assure le
règlement de transactions avec les Etats-Unis, a assuré que les
coûts de compensation aux Etats-Unis étaient nettement
inférieurs à ce qui prévaut en Europe. 
    T2S a subi des retards et dépassements de coûts depuis son
lancement en 2008. L'investissement, alors estimé à 203 millions
d'euros, avait atteint 256,4 millions deux ans plus tard.
    Marc Bayle, directeur général de la BCE pour les
infrastructures de marché et les paiements, a défendu le système
qui, a-t-il dit, a tenu toutes ses promesses.
    "Le prix que nous facturons aujourd'hui a augmenté cette
année car les volumes étaient inférieurs à nos prévisions",
a-t-il dit à Reuters en marge de la conférence.
    Sans T2S, les coûts de compensation serait plus élevés en
Europe car les systèmes nationaux devraient investir dans leur
cybersécurité, a-t-il ajouté. "C'est au marché de faire (...) Si
le volume augmentait, on serait en mesure de baisser le prix."

 (Huw Jones, Véronique Tison pour le service français, édité par
Patrick Vignal)
 

Valeurs associées

XETRA +1.44%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.