Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La BCE croit à la reprise mais confirme l'objectif du QE

Reuters15/04/2015 à 16:02

* Pour Draghi, l'inflation justifie l'intégralité du QE * La BCE soutient les banques grecques tant qu'elles sont solvables * Les taux restent à leur plus bas niveau historique * La conférence de presse brièvement interrompue par une manifestante (Actualisé avec conférence de presse) par John O'Donnell et Marc Jones FRANCFORT, 15 avril (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) n'a pas l'intention de réduire ou d'abréger son plan d'achats massifs de titres sur les marchés même si elle s'attend à voir la reprise économique s'amplifier dans la zone euro, a déclaré mercredi son président Mario Draghi. La BCE a commencé le mois dernier à racheter en masse des obligations d'Etat pour porter à 60 milliards d'euros le montant mensuel global de ses achats d'actifs, un niveau qu'elle entend maintenir jusqu'en septembre 2016 au moins pour doper le crédit et l'activité. "Nous mettrons l'accent sur la pleine exécution de nos mesures de politique monétaire", a dit Mario Draghi lors de la conférence de presse qui a suivi la réunion du Conseil des gouverneurs. "Les achats sont prévus pour durer jusqu'à la fin septembre 2016 et, quoi qu'il en soit, jusqu'à ce que nous observions un ajustement durable de la tendance de l'inflation correspondant à notre objectif d'un taux d'inflation inférieur à, mais proche de 2% à moyen terme." L'inflation dans la zone euro était de -0,1% en rythme annuel en mars selon les chiffres d'Eurostat. Mario Draghi s'est dit surpris par les spéculations sur l'éventualité d'un arrêt anticipé du QE, un mois seulement après sa mise en oeuvre. "Avec ces mesures, nous contribuerons à une nouvelle amélioration des perspectives économiques, à une réduction des capacités inutilisées dans l'économie et à une reprise de la croissance de la monnaie et du crédit", a-t-il expliqué. "A l'avenir, nous anticipons une amplification et un renforcement graduel de la reprise économique". La mise en oeuvre du QE a déjà eu pour effet une augmentation des cours des obligations d'Etat et certains investisseurs estiment que cette hausse pourrait compliquer la tâche de la BCE en l'empêchant d'acheter des quantités suffisantes des titres les plus recherchés, comme les Bunds allemands. De ce point de vue, "nous ne rencontrons pas de problème", a assuré Mario Draghi, "notre programme est suffisamment flexible quoi qu'il en soit pour être ajusté si les conditions devaient changer". DRAGHI REFUSE D'ENVISAGER UN DÉFAUT GREC Sa conférence de presse a été brièvement interrompue par l'irruption sur l'estrade d'une femme vêtue d'un t-shirt noir qui a crié "A bas la dictature de la BCE!" avant d'être évacuée par des vigiles. Sans surprise, le Conseil des gouverneurs a laissé les taux directeurs de la BCE inchangés, un statu quo largement anticipé par les marchés. Le taux de refinancement, principal instrument conventionnel de sa politique monétaire, reste fixé à 0,05%, son plus bas niveau historique, auquel il a été ramené en septembre. Le taux de la facilité de dépôt reste quant à lui à -0,20%, ce qui signifie concrètement que les banques qui choisissent de déposer leurs liquidités à la banque centrale doivent rémunérer celle-ci. Mario Draghi a rejeté clairement mercredi l'hypothèse d'une baisse supplémentaire de ce taux. Quant au taux de la facilité de prêt marginale, les prêts au jour le jour accordés aux banques, il est maintenu à 0,30%. Interrogé sur la situation de la Grèce, qui préoccupe actuellement l'ensemble de la zone euro, le président de la BCE a refusé d'envisager l'hypothèse d'un défaut d'Athènes sur sa dette, ajoutant que le versement de nouvelles aides financières dépendait désormais du gouvernement d'Alexis Tsipras. En attendant, la BCE continue de fournir des liquidités aux banques helléniques dans le cadre de son mécanisme d'urgence (Emergency Liquidity Assistance, ELA), a-t-il ajouté. Une source bancaire a déclaré mardi à Reuters que le plafond de ces aides aux banques avait été de nouveau relevé pour atteindre 74 milliards. "Nous avons approuvé (un relèvement de) l'ELA et nous continuerons de le faire, d'augmenter la liquidité disponible pour les banques grecques tant qu'elles sont solvables et qu'elles disposent du collatéral approprié", a dit Mario Draghi. La réunion de la BCE s'est tenue un jour plus tôt qu'à l'habitude car Mario Draghi doit participer ces prochains jours à Washington à une réunion des ministres des Finances et banquiers centraux du G20 à l'occasion de la réunion de printemps du Fonds monétaire international (FMI). (avec Jonathan Gould à Francfort et George Georgiopoulos à Athènes, Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

132.915 +0.32%
6.62 -4.27%
4.745 +1.02%
74.07 -1.98%
5.27 +3.99%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.