Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La baisse du crédit en zone euro met la pression sur la BCE

Reuters29/06/2012 à 15:12

La baisse du crédit en zone euro met la pression sur la BCE

FRANCFORT (Reuters) - Les prêts accordés par les établissements financiers aux entreprises de la zone euro ont diminué en mai et le crédit aux ménages a ralenti, une évolution qui accroît la pression sur la Banque centrale européenne (BCE) en faveur de mesures aptes à soutenir le crédit et l'activité.

Les prêts au secteur privé dans leur ensemble ont baissé de 0,1% le mois dernier par rapport à mai 2011, montrent les statistiques publiées vendredi par la BCE, alors que les économistes interrogés par Reuters prévoyaient une hausse de même ampleur.

La crise de la dette dans la zone euro a conduit le secteur financier à durcir les conditions d'octroi de crédit et parallèlement, la dégradation de la conjoncture pèse sur la demande de financement des entreprises comme des ménages.

"La BCE doit faire quelque chose", estime Christian Schulz, économiste de Berenberg Bank.

"Mais elle doit aussi se demander si les instruments actuels en matière de baisse des taux et, peut-être, de liquidités sont suffisants ou si elle doit s'attaquer au problème de fonds actuel, la crise de la zone euro, pour éventuellement acheter directement des obligations souveraines."

Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne ont conclu dans la nuit à Bruxelles un accord censé permettre d'endiguer l'envolée des rendements obligataires italiens et espagnols, qui menace la crise de la dette d'une nouvelle escalade.

L'accord prévoit aussi la création d'une instance unique de supervision du secteur bancaire dans la zone euro d'ici la fin de l'année, une première étape vers une union bancaire européenne.

MOINS DE PRÊTS AUX ENTREPRISES NON FINANCIÈRES

Le président de la BCE, Mario Draghi, peut s'attendre à être interrogé sur le rôle exact que l'institution sera amenée à jouer dans ce plan lors de la conférence de presse qui suivra jeudi la réunion du conseil des gouverneurs.

Dans une récente enquête Reuters, 48 des 71 économistes interrogés ont dit s'attendre à une baisse des taux de la BCE la semaine prochaine, une mesure qui rendra en théorie le crédit moins cher pour les consommateurs et les entreprises.

Dans la même enquête, 19 économistes sur les 43 s'exprimant sur ce point ont prédit que la BCE poursuivrait ses opérations de refinancement à long terme (LTRO), dans le cadre desquelles elle a injecté en deux fois plus de 1.000 milliards d'euros de liquidités dans le secteur bancaire depuis décembre.

Si ces mesures exceptionnelles ont permis d'éviter un assèchement du crédit, elle s'avèrent insuffisantes pour assurer la croissance du crédit face aux derniers rebondissements de la crise de la dette.

Les nouveaux prêts aux ménages n'ont représenté que deux milliards d'euros en mai, contre sept milliards sur chacun des deux mois précédents.

Quand aux prêts aux entreprises non-financières, ils ont diminué de 10 milliards le mois dernier après une hausse de sept milliards en mai.

La masse monétaire M3, une mesure plus large de l'évolution des flux monétaires dans l'économie, affiche pour mai une croissance de 2,9% en rythme annuel après 2,5% en avril, un chiffre nettement supérieur à celui de 2,3% attendu en moyenne par les économistes interrogés par Reuters.

Eva Kuehnen, Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.