Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'Ukraine table sur l'aide russe pour relancer l'économie

Reuters18/12/2013 à 19:47

KIEV SALUE L'AIDE FINANCIÈRE RUSSE

KIEV (Reuters) - Le Premier ministre ukrainien, Mikola Azarov, a salué mercredi le plan d'aide financière de 15 milliards de dollars accordé par la Russie à l'Ukraine comme un accord "historique" alors que les manifestations antigouvernementales se poursuivent à Kiev.

Le plan de sauvetage financier de l'Ukraine a été annoncé mardi à Moscou par le président Vladimir Poutine et son homologue ukrainien, Viktor Ianoukovitch. Il comprend notamment un baisse d'un tiers du prix du gaz russe vendu à l'Ukraine.

"Hier s'est produit un événement historique. Le président est parvenu à un accord sur des conditions exceptionnellement avantageuses pour financer l'économie ukrainienne, ce qui nous permettra de mettre en oeuvre un programme de grande ampleur pour la modernisation économique", a déclaré Mikola Azarov lors d'une réunion du gouvernement.

Il a précisé que la baisse du prix du gaz s'appliquerait à compter du 1er janvier et jusqu'à la fin du contrat, en janvier 2019. Mikola Azarov a dit en outre qu'il proposerait une baisse de l'impôt sur les sociétés à partir de 2014 pour le ramener de 19% à 18%. La hausse des dépenses sociales se poursuivra.

La place centrale de Kiev est restée toutefois occupée mercredi par les manifestants qui souhaitent un rapprochement avec l'Union européenne plutôt qu'avec le grand voisin russe. Des appels à la démission du président Ianoukovitch se sont fait entendre.

"Les gens finiront par avoir ce qu'ils veulent. Nous signerons avec l'Europe. C'est la raison de ma présence ici", expliquait Cnejana, une ouvrière qui a passé la nuit sur la place de l'Indépendance, dans la neige et le froid.

"C'est difficile d'imaginer que ça pourra finir par autre chose qu'un changement de pouvoir", a renchéri Irina Litvinianko, une femme d'affaires.

ACCORD GAGNANT-GAGNANT

Les agences de notation S&P et Moody's ont estimé mercredi que l'aide russe pourrait bénéficier à la note souveraine de l'Ukraine, actuellement en catégorie spéculative. Kiev doit couvrir un besoin de financement de 17 milliards de dollars l'an prochain pour éviter de faire défaut sur le paiement de sa dette.

Le ministre russe des Finances a précisé que l'Etat russe achèterait pour trois milliards de dollars d'obligations ukrainiennes dès la fin de la semaine, sur le total de 15 milliards de dollars prévu.

Dans une interview accordée à Reuters, Anton Silouanov a estimé que l'accord bénéficierait aux deux économies.

"Les actifs ukrainiens ne sont certainement pas aussi bien notés que les autres valeurs dans lesquelles nous investissons nos réserves", a-t-il dit. "Mais nous savons que nous devons soutenir notre voisin, car nous avons des liens commerciaux et économiques étroits."

Pour Anton Silouanov, la Russie avait beaucoup plus à perdre à ne pas aider Kiev. "Je suis convaincu que nous sommes gagnants", a-t-il insisté.

Les marges de la société Gazprom, qui va livrer du gaz à prix cassé, pourraient ne pas être autant affectées par l'accord qu'il n'y paraît de prime abord, estiment par ailleurs certains analystes. Ils soulignent que la baisse des prix (de 400 à 268,5 dollars les 1.000 litres cubiques) pourrait être compensée par une hausse des importations ukrainiennes.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a critiqué devant les députés russes "les pressions manifestes" que l'UE continue à exercer selon lui sur l'Ukraine, malgré l'accord signé mardi à Moscou.

Soucieuse d'apaiser les tensions, la chancelière allemande, Angela Merkel, a déclaré de son côté sur la chaîne de télévision ARD que les liens avec la Russie n'empêcheraient pas l'Ukraine de regarder vers l'Ouest.

Gabriela Baczynska et Natalia Zinets, avec Steve Gutterman et Lidia Kelly à Moscou, Danielle Rouquié et Tangi Salaün pour le service français, édité par Gilles Trequesser


Mes listes

valeur

dernier

var.

5409.83 -0.63%
84.3 -3.10%
1.611 +0.12%
2.69 -5.94%
6.065 -3.27%
34.68 +0.09%
6.654 -1.28%
12.93 -0.31%
8.86 -1.45%
70.58 -1.40%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.