Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'UE veut réduire sa dépendance énergétique envers Moscou

Reuters21/03/2014 à 18:07

L'UNION EUROPÉENNE CHERCHE À RENFORCER SA SÉCURITÉ ÉNERGÉTIQUE

par Barbara Lewis et Robin Emmott

BRUXELLES (Reuters) - Les dirigeants européens sont déterminés à réduire la dépendance énergétique de l'UE envers la Russie, une question qui a été au coeur des discussions menées vendredi à Bruxelles, a dit le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy.

Van Rompuy a précisé que la Commission européenne présenterait d'ici le mois de juin un projet visant à renforcer la sécurité énergétique des Vingt-Huit.

Les pistes envisagées lors des discussions de vendredi concernent une baisse de la consommation et une diversification des sources d'approvisionnement.

Herman Van Rompuy a ajouté que les Etats membres obéiraient à une règle de solidarité en cas de rupture dans l'approvisionnement de l'un d'entre eux.

"Nous sommes déterminés à réduire notre dépendance énergétique", a-t-il dit devant la presse. "L'Europe a été construite à l'origine comme une communauté du charbon et de l'acier. Soixante-quatre ans plus tard, il est clair que nous devons évoluer vers une union énergétique."

Actuellement, l'Union européenne doit se reposer sur la Russie pour près d'un tiers de son approvisionnement en gaz, versant au groupe monopolistique russe Gazprom cinq milliards de dollars de revenus en moyenne chaque mois. Environ 40% de ce gaz destiné à l'UE transitent par l'Ukraine.

Lors du Conseil européen, le Premier ministre britannique David Cameron a cependant affirmé que la Russie était plus dépendante de l'Europe que l'Europe de la Russie. "Il faut se rappeler que la moitié environ des revenus de Gazprom provient d'Europe (...) La Russie a plus besoin de l'Europe que l'Europe a besoin de la Russie."

La chancelière Angela Merkel a pour sa part évoqué l'option du gaz de schiste pour diversifier les sources d'approvisionnement, à condition que les Etats-Unis se dotent des infrastructures nécessaires pour en assurer l'exportation.

POUTINE AU SECOURS DE LA BANQUE ROSSIYA

La fourniture de gaz russe à l'UE a été au centre de deux crises en 2006 et 2009, lorsque Moscou a suspendu les livraisons à l'Ukraine pour défaut de paiement. Ces incidents ont poussé les recherches en Europe sur des sources d'approvisionnement alternatives mais les contrats avec la Russie ont toujours été honorés.

Pour certains responsables européens, toutefois, la crise ukrainienne a rebattu les cartes en démontrant que la Russie n'est plus, selon eux, un partenaire fiable.

A Moscou, au lendemain des sanctions annoncées par le président américain Barack Obama après l'annexion de la Crimée par la Russie, Vladimir Poutine s'est engagé à soutenir la banque Rossiya visée par les mesures de rétorsion. De nombreux clients de la banque Rossiya appartiennent au secteur de l'énergie, notamment des sociétés dépendant de Gazprom.

Le président Poutine a ordonné à la banque centrale russe d'aider Rossiya. "Je crois comprendre que c'est une banque de taille moyenne. Je n'y ai pas de compte personnel mais je vais certainement en ouvrir un lundi", a-t-il dit lors d'une réunion de son Conseil de sécurité.

Il a ensuite annoncé que son salaire serait désormais viré sur un compte à la banque Rossiya.

La banque centrale russe a affirmé que les sanctions américaines n'auraient pas de grandes conséquences pour la stabilité de la banque Rossiya, tout en se disant prête "si nécessaire" à prendre les mesures appropriées pour la défendre.

La banque Rossiya est le 15e établissement bancaire de Russie avec dix milliards de dollars d'actifs. Son principal actionnaire est Iouri Kovaltchouk, avec 40,3% des parts. Ce proche conseiller de Poutine est également visé par les sanctions décidées par Washington - gel des avoirs aux Etats-Unis et interdiction d'entrée en territoire américain.

(Avec Jan Strupczewski; Pierre Sérisier et Guy Kerivel pour le service français)

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.