1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'UE ouvre une enquête approfondie sur la fusion Linde-Praxair
Reuters16/02/2018 à 12:18

    BRUXELLES, 16 février (Reuters) - La Commission européenne a 
annoncé vendredi l'ouverture d'une enquête approfondie sur le 
projet de fusion entre les groupes de gaz industriels Linde 
 LING.DE  et Praxair  PX.N , de crainte que cette opération 
estimée à 85 milliards de dollars (68 milliards d'euros) 
n'entraîne une réduction de la concurrence dans certains 
domaines. 
    L'exécutif européen exprime une inquiétude particulière 
concernant les marchés de l'oxygène et de l'hélium. 
    "Certains gaz, comme l'oxygène et l'hélium, sont des 
intrants indispensables à la fabrication d'un large éventail de 
produits que nous utilisons tous les jours", a déclaré la 
commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, 
citée dans un communiqué. "Nous examinerons attentivement si le 
projet de concentration entre Praxair et Linde risque 
d'entraîner une hausse des prix ou une diminution du choix pour 
les entreprises et les consommateurs européens." 
    Ce mariage entre égaux entre l'allemand Linde et l'américain 
Praxair, annoncé en juin dernier, pourrait donner naissance au 
numéro un mondial des gaz industriels, devant le français Air 
Liquide  AIRP.PA , avec un chiffre d'affaires cumulé de 28,7 
milliards de dollars et 88.000 employés. 
    Les deux entreprises se sont entendues sur un seuil de 
cessions d'actifs susceptibles d'être exigées par les autorités 
de la concurrence au-delà duquel leur union n'aurait plus 
d'intérêt. 
    Si les autorités réclament des cessions représentant plus de 
3,7 milliards de dollars de chiffre d'affaires ou plus de 1,1 
milliard de dollars de bénéfice brut (Ebitda), chacune des 
parties peut renoncer à la fusion sans pénalité. 
    La Commission européenne compte prendre une décision d'ici 
le 4 juillet. 
 
 (Robert-Jan Bartunek 
Bertrand Boucey pour le service français) 
 

Valeurs associées

Euronext Paris +0.73%
XETRA -0.11%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer