Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'UE étudie un report du 2e plan d'aide à la Grèce

Reuters15/02/2012 à 18:39

UN REPORT DU 2E PLAN D'AIDE À LA GRÈCE EST À L'ÉTUDE

par Luke Baker et Jan Strupczewski

Bruxelles (Reuters) - Des responsables de la zone euro étudient comment retarder certaines parties voire l'intégralité du deuxième plan d'aide à la Grèce, si possible jusqu'à après les élections prévues pour avril, apprend-on mercredi de sources européennes.

Alors que le nouveau paquet d'aide de 130 milliards d'euros est désormais pratiquement prêt, les ministres des Finances de la zone euro ne sont toujours pas satisfaits des engagements pris par les dirigeants politiques grecs pour appliquer l'accord, qui prévoit d'ici 2014 de nouvelles coupes budgétaires et de nombreuses réformes impopulaires.

Des doutes existent également sur la trajectoire de réduction de la dette grecque. Elle représente environ 160% du produit intérieur brut et la "troïka" composée de la Commission européenne, de la Banque centrale européenne et du Fonds monétaire international (FMI) souhaite la ramener à 120% d'ici 2020.

"Il y a des propositions visant à retarder le paquet grec ou à le couper en plusieurs parties afin d'éviter un défaut immédiat sans pour autant s'engager sur l'ensemble (du paquet)", a dit l'une des sources.

"Les options seront discutées (...) Il y a une pression de la part de plusieurs pays pour retenir les choses jusqu'à ce qu'il y ait un engagement concret en Grèce, ce qui pourrait ne pas venir avant les élections", a-t-on ajouté.

Une conférence téléphonique des ministres des Finances de la zone euro doit avoir lieu à 17h00. Elle remplace une réunion prévue à Bruxelles, annulée face aux engagements incomplets des partis politiques grecs.

L'Allemagne, la Finlande et les Pays-Bas sont les pays qui poussent dans la direction de retarder l'adoption du plan, ont précisé deux autres responsables.

Selon les termes du plan de soutien à Athènes, un échange de titres obligataires doit intervenir dans les prochains jours entre la Grèce et ses créanciers privés, qui accepteraient une perte de valeur nominale de 50% et permettraient de réduire la dette grecque de 100 milliards d'euros.

FEU VERT LUNDI ?

Le plan doit notamment permettre à Athènes d'honorer des échéances de remboursement de dette pour un montant de 14,5 milliards d'euros le 20 mars et ainsi éviter un défaut désordonné aux conséquences difficiles à évaluer pour l'ensemble de la zone euro.

Environ 30 milliards d'euros sur les 130 milliards de fonds publics sont destinés à accompagner la restructuration de la dette privée. Trente autres milliards sont nécessaires pour recapitaliser les banques grecques.

Mais le reste des prêts publics seraient quant à eux conditionnés à de nouvelles avancées sur des réformes structurelles dans le pays.

Interrogé sur la possibilité de diviser le paquet en plusieurs blocs, le porte-parole du commissaire européen aux Affaires économique et monétaires, Olli Rehn, a dit qu'aucune décision n'avait été prise.

"Jusqu'à maintenant, dans les discussions, cela a toujours été abordé comme un paquet unique", a déclaré le porte-parole.

Une segmentation de l'aide pourrait aussi se heurter à des problèmes techniques, les créanciers privés réclamant, avant de procéder à l'échange de titres, des garanties sur le volet public du plan.

Ces discussions pourraient en fait avoir pour objectif principal d'accroître la pression sur Athènes afin que les partis politiques s'engagent résolument à mettre en oeuvre le plan, quels que soient les résultats des élections en avril.

Antonis Samaras, le chef du parti grec conservateur Nouvelle démocratie, a d'ailleurs adressé mercredi après-midi une lettre à l'UE et au FMI dans laquelle il s'engage à mettre en oeuvre les nouvelles mesures d'austérité.

Selon plusieurs responsables européens, l'objectif principal reste d'approuver politiquement le deuxième plan d'aide lundi et mardi à l'occasion des réunions des ministres des Finances de la zone euro et de l'Union européenne à Bruxelles.

Julien Toyer pour le service français, édité par Marc Angrand


Mes listes

valeur

dernier

var.

45.4 +0.89%
19.74 -0.60%
21.75 +0.46%
17.8 +0.06%
1.228 -0.57%
28.4 +0.71%
31.02 -1.34%
105.53 +0.45%
52.15 +0.19%
2.63 -2.59%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.