Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'UE autorise Rome à intervenir pour deux banques de Vénétie

Reuters 24/06/2017 à 00:22
 (actualisé avec feu vert de la Commission, décret italien 
attendu samedi, contexte) 
    par Silvia Aloisi et Balazs Koranyi 
    MILAN/FRANCFORT, 23 juin (Reuters) - La Commission 
européenne a provisoirement validé vendredi le plan italien de 
mise en liquidation de deux banques régionales de Vénétie à 
l'aide de fonds publics, ce qui pourrait permettre à l'Italie de 
régler à sa manière cette crise, dernière en date d'un secteur 
bancaire italien ployant sous les créances douteuses. 
    Le gouvernement italien devrait adopter samedi un décret 
d'urgence pour lancer la procédure de liquidation de Banca 
Popolare di Vicenza et Veneto Banca, a dit une source proche du 
dossier. 
    Ce décret entérinera la scission entre actifs sains et 
créances douteuses des deux banques. 
    Intesa Sanpaolo  ISP.MI , la première banque de détail du 
pays, devrait acquérir les actifs sains pour un euro, ce qui 
laisserait à l'Etat le soin de régler la facture liée aux 
créances douteuses, aux risques juridiques et aux coûts de 
restructuration. 
    "Les règles de l'UE en matière d'aides d'Etat autorisent la 
possibilité d'accorder un soutien de l'Etat dans ce genre de 
situation", écrit la Commission européenne dans un communiqué, 
en disant être engagée dans des discussions constructives avec 
les autorités italiennes. 
    "De bons progrès sont accomplis pour parvenir à une solution 
très bientôt", ajoute-t-elle. 
    Le gouvernement italien s'est efforcé depuis le début 
d'éviter à ces deux banques d'être mises en liquidation dans le 
cadre des nouvelles règles européennes destinées à empêcher 
l'utilisation de fonds publics pour résoudre des crises 
bancaires. 
     
    EXCEPTION 
    Rome craignait que l'application de ces règles, mises en 
place à la suite de la crise financière mondiale, ne fassent 
perdre leur argent aux détenteurs de dette "senior" et aux 
principaux déposants de ces deux banques. Une telle issue aurait 
été politiquement sensible à l'approche des élections 
législatives prévues au plus tard en 2018. 
    Au contraire, le plan italien ne devrait frapper que les 
détenteurs de dette "junior" et les actionnaires. 
    L'Italie tire parti d'une exception dans les règles 
européennes permettant de recourir aux procédures classiques de 
mise en liquidation avec les banques qui ne sont pas jugées 
d'importance systémique et laissant l'Etat membre les mettre en 
oeuvre. 
    Le contribuable devrait néanmoins être fortement mis à 
contribution. 
    Alors que le montant cumulé des créances douteuses des deux 
banques dépasse 20 milliards d'euros, un banquier a déclaré que 
l'Etat devrait injecter 5 milliards. Certains médias italiens 
ont même évoqué vendredi une facture finale de 12 milliards 
d'euros. 
    Le décret d'urgence qui sera adopté samedi "créera les 
conditions" d'une cession des actifs sains à Intesa, a dit la 
source. 
    "Cette vente permettra le fonctionnement normal des agences 
bancaires lundi matin", a dit cette source, ajoutant que les 
termes de la transaction seraient rendus publics dans les 
prochains jours. 
    La Banque centrale européenne a précédemment jugé vendredi 
que Banca Popolare di Vicenza et Veneto Banca, dont le manque de 
fonds propres atteint 6,4 milliards d'euros tandis qu'elles 
perdent des clients, étaient en train ou probablement sur le 
point de faire faillite. Ce jugement a donné le coup d'envoi de 
la procédure de mise en liquidation. 
    "La BCE avait accordé du temps à ces banques pour présenter 
des plans de renforcement de leur bilan mais ces banques n'ont 
pas été en mesure de proposer de solutions crédibles pour 
l'avenir", a déclaré la BCE. 
 
 (Avec Francesca Piscioneri et Giuseppe Fonte à Rome, Agnieszka 
Flak à Milan et Foo Yun Chee à Bruxelles; Bertrand Boucey pour 
le service français) 
 

Valeurs associées

Mes listes

valeur

dernier

var.

36.28 -1.95%
11.732 -0.83%
32.11 0.00%
4258.26 -1.66%
39.17 -0.42%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.