Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

L'Oréal : JPMorgan dégrade à Neutre
information fournie par AOF01/12/2022 à 17:43

(AOF) - JPMorgan a abaissé jeudi sa recommandation sur L'Oréal, passant de Surpondérer à Neutre avec un objectif de cours revu à la baisse de 400 à 350 euros. Le broker a abaissé son conseil mais affiche sa confiance dans le modèle économique du groupe de luxe, qui permet selon lui de générer une croissance deux fois supérieure au marché de la beauté tout en augmentant ses marges bénéficiaires.

Pour l'exercice 2023, JPMorgan estime que la croissance du chiffre d'affaires sera soutenue par les prix/mix produits et par deux forces contradictoires. : le ralentissement de la consommation en Europe de l'Ouest/aux Etats-Unis et la réouverture de la Chine.

L'analyste justifie sa dégradation par une moindre surperformance de la croissance des revenus et des bénéfices par action relativement à ses pairs en 2023 et 2024. Il prévoit en outre une nouvelle baisse de la valorisation du secteur des biens de grande consommation dans un contexte de taux d'intérêt plus élevés et de ralentissement de la croissance.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points clés

- Leader mondial des cosmétiques, créé en 1909 ;

- Groupe organisé en 5 branches générant 32,3 Mds€ de ventes : le luxe pour 40 %, les produits grand public pour 42 %, la cosmétique active pour 12 % et les produits professionnels ;

- Position internationale puissante, avec 35 marques mondiales et des revenus équilibrés entre l'Europe (32%), l’Asie du nord (31%), l'Amérique du nord (25 %) et le reste du monde ;

- Modèle d’affaires fondé sur 5 piliers : R&D élevée autour de 800 Ms€, l’innovation contribuant à 15 % des ventes annuelles, sortie de nouveaux produits entre 15 et 20 % par an, positionnement dans les produits « premium », marques mondiales et focus sur l’e-commerce ;

- Capital caractérisé par les positions fortes des familles Bettancourt et Meyers -34,7%- et de Nestlé - 20%-, Jean-Paul Agon président le conseil d’administration de 16 membres, Nicolas Hieronimus étant directeur général ;

- Bilan exceptionnellement sain, avec 3,6 Mds€ de dette face à 23,6 Mds€ de capitaux propres.

Enjeux

- Croissance annuelle moyenne supérieure à 5 % du marché mondial de la beauté, tirée par l’enrichissement des populations des pays émergents et leur vieillissement dans l’OCDE;

- Stratégie d’innovation visant à faire du groupe le leader de la « Beauty Tech » ; 3,3 % des revenus investis en recherche & innovation, environ 500 brevets déposés par an par 21 centres de recherche / focus sur le digital, renforcé par des acquisitions (ModiFace, leader de la réalité augmentée et de l’intelligence artificielle), par des prises de participation dans des start-up avec le fonds BOLD et les partenariats avec les GAFAM, Alibaba et Tencent, Verily (vieillissement cutané) / intégration des critères de durabilité dans les produits ;

- Stratégie environnementale « L'Oréal pour le futur » : transformation du modèle d'affaires dans les limites planétaires : neutralité carbone des sites d'ici à 2025 et, d'ici 2030, totalité des emballages plastiques d'origine recyclée ou biosourcée et réduction de 50 % des émissions de CO2 par rapport à 2018 pour chaque produit fini /contribution de 150 M€ aux actions de solidarité aux femmes vulnérables et à la protection de l'environnement (régénération et biodiversité) / affichage de l'impact social et environnemental des produits ;

- Capacité à générer un autofinancement opérationnel élevé -5,6 Mds€ ;

- Intégration du californien Youth to the people ;

- Historique de croissance des ventes supérieure au marché depuis 13 ans et renforcée par le digital, à 29 % du chiffre d’afffaires.

Défis

- Evolution à long terme de la participation de 8 % dans Sanofi ;

- Impact de la guerre Russie-Ukraine : fermeture des sites d’e-commerce et des magasins et maintien de l’usine de production de Moscou, 2 % des ventes provenant de Russie ;

- Objectif 2022 d’une superformance du marché et d’une progression des ventes et du bénéfice ;

- Dividende 2021 de 4,8 € et vers une annulation des 4 % d’actions rachetées auprès de Nestlé.

En savoir plus sur le secteur du luxe

Boom du marché pour encore plusieurs années

Selon le cabinet Bain & Company, le marché mondial du luxe (mode, voitures, hôtellerie, vins et spiritueux, croisières...) aura enregistré en 2022 un bond de 21% de ses ventes, à 1 384 milliards d'euros. Le segment des produits personnels de luxe (bijoux, vêtements, montres, maroquinerie...) devrait progresser de 22% et à nouveau croître de 3% à 8% en 2023 malgré le ralentissement économique attendu. La croissance devrait se poursuivre les années suivantes, avec une hausse qui devrait atteindre 60 % d'ici 2030 ! Selon Bain, la dépense des Américains en Europe a plus que doublé entre 2019 et 2022. Cette évolution s'explique en grande partie par un dollar fort. Le marché chinois est en revanche en berne en raison de la politique " zéro Covid " et des confinements stricts.

Valeurs associées

Euronext Paris +0.49%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 01/12/2022 à 17:43:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.