Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'or n'est plus synomyme de valeur refuge

Reuters22/10/2015 à 12:38

L'OR N'A PLUS LE STATUT DE VALEUR REFUGE

par Clara Denina

LONDRES (Reuters) - Aux yeux des investisseurs, l'or n'est plus synonyme de valeur refuge en période d'instabilité politique et financière mais est devenu un instrument financier comme un autre.

Ceux qui ont acheté du métal précieux au moment où il approchait d'un record de 1.920,30 dollars l'once ne recherchait ni protection ni diversification de leur portefeuille; il s'agissait juste de faire une plus-value rapide, l'or n'ayant alors aucun statut spécial à leurs yeux.

Ces investisseurs ont largement contribué à la flambée des cours de 2008 à 2011, les 183 dollars l'once de gains annuels moyens dépassant largement les 80 dollars de la période 2001 à 2007.

"Lorsque le marché montait, le nombre de clients investissant dans des fonds or avait augmenté de 185%", constate Adam Laird, gérant de fonds de Hargreaves Lansdown, observant que ces investisseurs y voyaient surtout un vecteur de croissance et non pas un produit de sûreté.

Adam Laird ne voit pas l'or monter à court et moyen termes. "Le ralentissement de la croissance des marchés émergents ne peut pas soutenir la demande et les taux d'intérêt sont une menace constante", explique-t-il.

Depuis son record de septembre 2011, le métal jaune a chuté de quelque 40% à 1.180 dollars l'once environ. Il a subi ses plus grosses pertes, de près de 30%, en 2013, année où la Réserve fédérale avait dit qu'elle pourrait bientôt réduire son programme de rachats obligataires, formule qui semblait préluder à un cycle de remontée des taux directeurs.

Les tensions entre la Russie et l'Europe occidentale au sujet de l'Ukraine, l'instabilité au Moyen-Orient et la crise de la dette grecque, autant d'événements qui jadis auraient soutenu l'or, n'ont pas produit l'effet escompté et cela vaut aussi pour le risque d'atterrissage brutal de l'économie chinoise.

Ce constat s'appuie aussi sur les recherches d'économistes de la Banque d'Angleterre (BoE), qui battent en brèche l'image de l'or comme valeur refuge face au risque et à l'incertitude.

"Les investisseurs veulent quelque chose de plus pour conserver de l'or au regard des emprunts d'Etat dénués de risque", expliquent les économistes de la BoE Michael Chin et Zhuoshi Liu. "Nos conclusions vont à l'encontre de l'opinion commune voulant que l'or offre un degré élevé de couverture, au sens que ses rendements vont à rebours du cycle".

Les destinées de l'or dépendent aussi de celles des fonds indiciels (ETF) matières premières, où la décollecte a été forte. Ils ont perdu plus de 40% en volume, à 42 millions d'onces vis-à-vis d'un record de plus de 76 millions d'onces datant de décembre 2012.

"L'un des traits marquants de la décennie jusqu'à fin 2013 a été l'explosion des ETF, qui a sans doute attiré quelques investisseurs en quête de spéculation, ce qui ne correspond pas à ce qui se faisait par le passé", relève Mick Gilligan, de Killik & Co. "L'or a été rentable quelques années et cette dynamique s'est sans doute prolongée plus longtemps qu'elle n'aurait dû", ajoute-t-il, précisant que son fonds a réduit son exposition sur l'or l'an passé.

La flambée de l'or au début du XXIe siècle fut allumée par toute une série d'événements: l'éclatement de la bulle internet, les attentats du 11 septembre, la chute des taux américains à des niveaux sans précédent en 2003 et l'invasion de l'Irak, en 2003 également.

Les craintes de voir la politique monétaire ultra-accommodante des Etats-Unis, entre autres pays, déclencher une inflation galopante avaient également contribué à affoler le marché de l'or.

Mais en fait, l'inflation est restée en basses eaux et Charlie Morris, gérant de fonds d'Atlas Pulse, ne voit pas en elle une véritable menace dans les années à venir.

"(Néanmoins), s'il y avait un stimulant monétaire de grande ampleur, allant au-delà de l'assouplissement quantitatif (QE) et qui vise plus précisément la croissance nominale du PIB, alors l'inflation commencerait à remonter", dit-il.

(Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny)


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.