Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'opinion allemande, frein à un traité UE-US, dit Pascal Lamy

Reuters18/12/2014 à 12:32

L'OPINION ALLEMANDE HOSTILE À UN TRAITÉ UE-US, JUGE PASCAL LAMY

par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - L'opinion allemande pourrait être un des principaux freins au projet de partenariat transatlantique pour l'investissement et le commerce (PTIC), estime l'ancien directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) Pascal Lamy.

Les négociations entre l'administration américaine et l'Union européenne, commencées il y a un an mais enlisées dans les préliminaires, reprendront début février. Nul ne se hasarde aujourd'hui à prédire leur issue.

"La grande erreur est d'avoir fait comme si on négociait un accord de libre-échange à l'ancienne, qui traite de protection, alors qu'il s'agit de précaution, et ça change tout", souligne Pascal Lamy dans une interview à Reuters.

Dans le "vieux monde du commerce", il s'agissait de protéger les producteurs de la concurrence étrangère, avec des droits de douanes, explique-t-il. Dans la nouvelle configuration du commerce international, l'objectif est de protéger les consommateurs avec des normes et des standards.

Pour l'ancien directeur général de l'OMC, habitué des négociations multilatérales, c'est d'Allemagne que risquent de venir les plus grandes résistances au projet de partenariat transatlantique, cible de nombreux détracteurs en Europe.

L'instauration d'un mécanisme de règlement des différends entre investisseurs privés et Etats (RDIE), qui suppose le recours à une juridiction internationale, constitue certes, avec les services financiers, un des points potentiels de blocage.

"STOP TTIP"

Mais "c'est un des obstacles, ce n'est pas le principal. Le principal, c'est l'opinion allemande", estime Pascal Lamy.

Sur plus de 1,16 million de signataires d'une pétition lancée sur internet contre le projet de partenariat, "Stop TTIP", plus de la moitié (676.000) sont allemands, à comparer avec 69.000 Français et 204.000 Britanniques.

"C'est quelque chose que Français et Britanniques n'ont pas mesuré", souligne Pascal Lamy, selon qui les organisations de la société civile allemande sont les plus actives.

"Il y a une préférence allemande pour la précaution. Les Allemands sont traditionnellement très sensibles à ces questions", notamment pour des raisons historiques, dit-il. "Il y a aussi derrière tout ça un problème de perte de confiance de l'opinion allemande vis-à-vis des américains. Les Allemands ont été très affectés par l'affaire de la NSA."

Les révélations de l'ex-agent américain Edward Snowden sur l'espionnage présumé de dirigeants européens, dont la chancelière Angela Merkel, par cette agence de renseignement des Etats-Unis ont coïncidé avec le début des discussions sur le projet de partenariat transatlantique.

Au-delà des réactions de l'opinion, la mise en place d'un processus de convergence réglementaire comme le PTIC "soulève des questions extrêmement compliquées", fait valoir Pascal Lamy.

"La solution la plus simple est de prendre le meilleur niveau de protection de chaque côté. Ce n'est pas ce qu'on a dit mais c'est probablement ce qu'on devra faire, parce que je ne vois pas d'autre solution", estime l'ex-patron de l'OMC.

Cela répond au demeurant à l'enjeu stratégique de cette négociation : "Dès lors qu'on établit un standard euro-américain sur les équipements de sécurité des voitures en harmonisant les crash-tests, on établit de fait le standard mondial."

Mais "si c'est les OGM ou la protection des données privées (...), il vaut mieux ne pas trop s'y attaquer pour l'instant, parce qu'on ne va jamais se mettre d'accord".

(Edité par Yves Clarisse)


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.