Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'opération séduction de Hollande à Ankara est aussi économique

Reuters28/01/2014 à 16:58

FRANÇOIS HOLLANDE LANCE UNE OPÉRATION SÉDUCTION DU MONDE ÉCONOMIQUE EN TURQUIE

par Elizabeth Pineau

ISTANBUL (Reuters) - François Hollande a lancé mardi une opération séduction du monde économique en Turquie, pays à forte croissance où le président français a fixé comme objectif de faire passer le volume des échanges commerciaux de 12,5 à 20 milliards d'euros.

"En cinq ans, on peut y arriver", a expliqué le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, l'un des sept membres du gouvernement français à accompagner le président pour cette visite d'Etat de deux jours, évoquant des investissements croisés et des coopérations dans tous les domaines.

En 2013, la France était le 8e fournisseur de la Turquie avec 6,4 milliards d'euros d'exportations et son 6e client avec 5,9 milliards d'importations. Mais entre 2002 et 2012, la part française du marché turc a chuté de moitié, de 6,3% à 3,2%.

Un recul que les socialistes au pouvoir attribuent à l'ancien président UMP Nicolas Sarkozy, dont le quinquennat a vu un net refroidissement avec la Turquie, un pays qui ne peut selon lui rejoindre l'Union européenne.

"Aujourd'hui, c'est la fin d'une période de glaciation entre nos deux pays et c'est une remise en marche mutuelle", a dit Arnaud Montebourg à des journalistes, affirmant que sous Nicolas Sarkozy l'ambassadeur de France avait "interdiction de rencontrer le moindre officiel".

Le ministre s'est notamment félicité des accords passés avec GDF Suez pour la construction d'une centrale nucléaire - via un consortium franco-japonais - et d'une centrale thermique.

Le patron de GDF Suez Gérard Mestrallet, qui était du voyage, voit lui aussi un lien "incontestable" entre économie et diplomatie.

"Les relations politiques entre la France et la Turquie ont été difficiles et obscurcies à un certain moment. Manifestement le climat se dégèle et cette visite présidentielle l'illustre. C'est bien meilleur pour l'avancement des contrats", a-t-il dit la presse lundi à Ankara.

"VENEZ INVESTIR EN FRANCE !"

Pays émergent dont la croissance a parfois dépassé les 9% ces dernières années, même si cette performance a été réduite de moitié l'an dernier et si la livre turque est en chute libre, la Turquie est devenue la 17e puissance économique du monde, a rappelé François Hollande devant des patrons turcs à Istanbul.

"Venez investir en France parce que nous avons aussi toutes les capacités pour vous accueillir, pour vous permettre de créer de la richesse, des emplois", a dit le président, qui a aussi rencontré des membres de l'organisation patronale Tusiad.

La classe moyenne turque, dont les revenus ont été multipliés par trois en dix ans, a d'énormes besoins en énergie et en infrastructures, des domaines où la France espère tirer son épingle du jeu.

François Hollande a rappelé à de multiples reprises pendant sa visite d'Etat les liens "historiques" qui unissent les deux pays depuis plus de cinq siècles.

Il s'est ainsi abstenu de prononcer le mot "génocide" lorsqu'il a évoqué les massacres d'Arméniens en 1905 - un terme rejeté par la Turquie mais utilisé par tous les partis en France - et n'a pas fait allusion à la répression de manifestations anti-gouvernementales de l'été dernier.

Le président a aussi appuyé la poursuite du processus entamé en 2005 en vue d'une éventuelle adhésion de la Turquie à l'UE, là où Nicolas Sarkozy considérait que ce pays ne fait géographiquement pas partie de l'Europe (voir ).

"Vous êtes dans l'Europe, vous n'êtes pas encore dans ce qu'on appelle l'Union européenne, mais vous êtes dans l'Europe", a dit François Hollande aux côtés de son homologue Abdullah Gül, sans toutefois se prononcer clairement pour l'adhésion.

Edité par Yves Clarisse

Mes listes

valeur

dernier

var.

0 0.00%
46.67 +1.77%
0.88 -0.03%
5.449 -0.15%
66.4 +0.15%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.