Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

L'OPA amicale de KKR sur Albioma sera réouverte le 8 août
information fournie par AOF05/08/2022 à 09:33

(AOF) - Dans le sillage de l'accord conclu en avril entre la société d'investissement KKR et le producteur d’énergie renouvelable indépendant Albioma, une OPA amicale a été lancée par KKR. A l’issue de la première période de l’Offre Publique d’Achat (OPA) amicale sur l’ensemble des titres d’Albioma, KKR détiendra 27 049 985 actions, représentant 83,44% du capital et 83,44% des droits de vote d’Albioma, et 551 205 bons de souscription ou d'acquisition d'actions remboursables (BSAAR), soit 99,95% des BSAAR en circulation. Le règlement-livraison de l’offre interviendra le 11 août 2022.

Conformément au règlement général de l'AMF, l'offre publique d'achat (OPA) sera réouverte du 8 août au 9 septembre selon les mêmes termes que la première période d'offre, à savoir un prix de l'offre de 50 euros par action Albioma et 29,10 euros par BSAAR. Cela permettra aux actionnaires n'ayant pas encore apporté leurs titres de le faire.

Pour mémoire, le 28 avril dernier, Albioma et KKR avaient conclu un accord stratégique en vue d'une OPA amicale. L'opération, réalisée au travers de l'activité infrastructure de la société d'investissement,vise à accompagner et accélérer la stratégie de transition énergétique d'Albioma dans l'Outre-Mer français et son expansion internationale.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points clés

- Producteur d’énergie renouvelable – biomasse et photovoltaïque - né en 2013 des fusions successives entre Sidec, la Séchilienne et Albioma-Bois Rouge ;

- Chiffre d’affaires de 573 M€, capacité installée de plus de 1 GW et production de 3,6 GWh ;

- Facturations provenant à près de 95 % de la France devant le Brésil puis la Turquie, et tirées à 70 % du renouvelable (solaire, biomasse) devant le charbon ;

- Modèle d’affaires en 3 points : agir pour la transition énergétique en outre-mer français, remplacement du charbon dans la production thermique au profit du solaire (1 er producteur solaire), déployer l’expertise à l’international, notamment à l’île Maurice et au Brésil (bagasse, résidu de la canne à sucre) ;

- Capital éclaté –Impala et COFEPP pour 6 % chacun, BPI France et Caisse des dépôts pour 5 % chacun, Frédéric Moyne étant président-directeur général du conseil d’administration de 8 membres;

- Situation financière tendue avec un ratio d’endettement de 143 % et une dette nette de 859 M€, essentiellement en dette projet, face à une trésorerie de 108 M€.

Enjeux

- Stratégie de croissance : 600 à 800 M€ d’investissements en 2021-2025 financés par emprunts bancaires / rationalisation du portefeuille avec cession des activités peu rentables / 80 % d’énergies renouvelables en 2023, 90 % en 2025 et proche de 100 % en 2030 ;

- Stratégie d’innovation d’optimisation des centrales : participation à la gestion du fonds d’amorçage de Demeter Emertec / partenariats –CEA-Liten, INSA de Toulouse, Transdev à la Réunion ;

- Stratégie environnementale : visant à la réduction primaire des émissions polluantes – rejets aqueux, gazeux et de fumée / soutenue par des partenariats pour la protection de la biodiversité et la revalorisation sous-produits de combustion / validée par l’émission d’un « emprunt vert » rémunéré selon des indicateurs clés : +80 % d’énergies renouvelables en 2023 dans la production du groupe et + 95 % en 2030 ;

- En Guadeloupe et Réunion, conversion des installations bagasse/charbon en biomasse, accélérée par la prise de contrôle de l’usine canadienne de granulés de bois de La Granaudière ;

- Diversification dans la géothermie après l’acquisition de la centrale turque de Gümüsköy puis celle de l’usine de Turcas Petrol ;

- Insensibilité de la rentabilité aux variations de prix des combustibles en raison des indexations contractuelles et visibilité de l’activité par la durée -30 ans- des contrats de vente.

Défis

- Impact négatif de la dépréciation du real brésilien ;

- Dans le solaire en France, résultat des négociations avec les autorités sur la baisse des tarifs –impact estimé de 3 M€ sur le résultat d’exploitation- et exécution des 12 projets de centrales solaires opérationnels en 2023 ;

- Objectifs 2022 d’un résultat d’exploitation entre 210 et 220 M€, d’un résultat net de 52 à 60 M€ ;

- Dividende 2021 de 0,84€, avec option de paiement pour 50 % en actions nouvelles.

Menace sur le système énergétique européen

Premier importateur de gaz allemand, Uniper affiche 54 % des volumes qu'il achète en provenance de Russie. Suite à la guerre en Ukraine, le groupe doit acquérir les volumes qui lui manquent sur le marché au comptant, dont les prix ont explosé. En difficulté, il a sollicité une aide de l'Etat allemand, ce qui fait peser des inquiétudes sur l'ensemble des énergéticiens européens. Néanmoins l'allemand RWE et le français Engie ont réagi en faisant valoir que leur situation était très différente. RWE a souligné qu'il était moins dépendant du gaz russe. Quant à Engie, il bénéficie de la diversification de ses sources d'approvisionnement, avec une augmentation des volumes de GNL livrés en France et des contrats avec la Norvège et l'Algérie. Par ailleurs le groupe a adapté sa stratégie de couverture pour renforcer sa résilience.

Valeurs associées

Euronext Paris 0.00%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.