1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'Onu réitère son soutien à l'accord sur le nucléaire iranien
Reuters23/04/2018 à 14:48

 (Texte répété au 4e paragraphe après correction par l'Onu du
nom du responsable de l'AIEA)
    GENEVE, 23 avril (Reuters) - Les Nations unies ont réaffirmé
lundi leur soutien à l'accord sur le nucléaire iranien,
qu'Emmanuel Macron s'emploiera à défendre auprès de Donald Trump
lors de sa visite d'Etat à Washington. 
    Lors d'une conférence à Genève consacrée à la
non-prolifération, de nombreux participants ont appelé les
signataires du texte à garantir sa mise en oeuvre, alors que le
président américain menace de s'en retirer.
    "Le Plan global d'action commun continue d'être le meilleur
moyen d'assurer la nature exclusivement pacifique du programme
nucléaire de l'Iran et de concrétiser les bénéfices économiques
tangibles promis au peuple iranien", a déclaré la
Haute-Représentante de l'Onu pour les affaires de désarmement,
Izumi Nakamitsu. 
    Cornel Feruta, haut responsable de l'Agence internationale
de l'énergie atomique (AIEA), a souligné que l'accord de Vienne
avait significativement amélioré l'accès au programme nucléaire
iranien.
    "L'Iran est aujourd'hui soumis au plus robuste régime de
contrôle nucléaire et l'Iran applique les engagements relatifs
au nucléaire contenus dans le JCPOA", a-t-il déclaré.
    Mais l'émissaire américain pour la non-prolifération,
Christopher Ford, a estimé que l'Iran représentait une menace à
long terme. 
    "L'Iran conserve la capacité à se positionner lui-même,
d'ici plusieurs années, à un stade dangereusement proche d'une
militarisation rapide", a-t-il dit. 
    A Pékin, à l'issue d'un entretien avec son homologue chinois
Wang Yi, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï
Lavrov a dit lundi que la Russie et la Chine avaient convenu de
s'opposer à toute tentative de "sabotage" de l'accord avec
l'Iran, qui a été endossé par une résolution du Conseil de
sécurité. 
    Signé le 14 juillet 2015 par l'Iran, les Etats-Unis, la
Russie, la Chine, la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne et
l'Union européenne, le JCPOA (Plan d'action global conjoint) a
mis en place un encadrement des activités nucléaires iraniennes
en échange d'une levée progressive des sanctions contre Téhéran.
    Donald Trump, qui conteste cet accord, a donné aux
signataires européens jusqu'au 12 mai pour "réparer les
affreuses erreurs" de ce texte, faute de quoi il refusera de
prolonger l'assouplissement des sanctions américaines contre la
république islamique.
    Pour tenter de convaincre le président américain de
préserver cet accord, Emmanuel Macron propose depuis plusieurs
mois, avec ses partenaires allemands et britanniques, d'adopter
de nouvelles sanctions contre les activités balistiques de
l'Iran et son rôle dans la région - pour l'heure en vain.

 (Tom Miles
Jean-Stéphane Brosse pour le service français)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer