Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'OCDE revoit ses prévisions de croissance en baisse pour 2013

Reuters 29/05/2013 à 14:06

L'OCDE ABAISSE SES PRÉVISIONS DE CROISSANCE MONDIALE POUR 2013

par Yann Le Guernigou

PARIS (Reuters) - L'OCDE a revu en baisse mercredi ses prévisions pour la croissance mondiale en 2013, disant anticiper une récession plus marquée dans la zone euro au moment où les Etats-Unis et le Japon bénéficient d'un rebond.

L'institution basée à Paris n'anticipe plus dans ses perspectives de printemps qu'une hausse du produit intérieur brut (PIB) global de 3,1% en 2013 et de 4,0% en 2014, soit respectivement 0,3 et 0,2 point de moins que dans ses prévisions de l'automne dernier.

La zone euro, qui est dans sa deuxième année de récession, connaîtrait en 2013 une contraction de son économie revue à 0,6% contre 0,1% précédemment, avant de renouer avec une croissance de 1,1% l'an prochain.

À l'inverse, les Etats-Unis, débarrassés des risques que faisait peser fin 2012 le "mur budgétaire", mèneraient la reprise des autres économies avancées avec un PIB en hausse de 1,9% cette année puis, en 2014, de 2,8%, le chiffre le plus élevé depuis 2005.

L'Organisation de coopération et de développement économiques a dans le même temps nettement relevé ses prévisions pour le Japon à la faveur du nouveau "cadre énergique" de la politique monétaire de sa banque centrale, même si elle s'interroge sur la pérennité de sa reprise en 2014 au vu d'une politique budgétaire "fortement restrictive".

Elle escompte pour l'archipel une croissance de 1,6% cette année, au lieu de 0,7% auparavant, puis de 1,4% en 2014.

RISQUES ATTÉNUÉS

S'agissant du PIB de la Chine, l'organisation n'escompte plus qu'une hausse de 7,8% en 2013 contre 8,5% précédemment.

"Elle continuera d'être un moteur très important de la croissance mondiale. Mais ne dépendons pas trop de la Chine, réveillons-nous !", a déclaré Angel Gurria, le secrétaire général de l'OCDE, à Reuters Television.

Si l'OCDE prévoit une reprise mondiale moins rapide qu'elle ne l'attendait il y a six mois, elle estime néanmoins que les risques de dégradation par rapport aux prévisions se sont atténués depuis mi-2012, avec pour conséquence des marchés des capitaux plus résilients face aux mauvaises nouvelles, et ce pour deux raisons.

D'une part, la résolution du mur budgétaire aux Etats-Unis, qui s'est traduite par un tour de vis fiscal moins important que prévu, et de l'autre les programmes de rachat de titres (OMT) introduits par la Banque centrale européenne (BCE) qui, s'ils n'ont pas encore été actionnés, ont permis de réduire les écarts de taux entre pays de la zone euro.

Dans ce contexte, l'OCDE se dit préoccupée par le risque de voir les Européens tentés de baisser la garde après des années d'austérité alors qu'ils ne sont pas encore tirés d'affaires.

"Nous sommes inquiets qu'une certaine complaisance s'installe. C'est un nouveau risque qui se fait jour en Europe", a dit à Reuters Pier Paolo Padoan, chef économiste de l'OCDE.

Pour l'organisation, la zone euro reste dans une situation dégradée et ce d'autant plus "que les institutions susceptibles de répondre efficacement aux difficultés financières et politiques associées à la gestion de la crise n'ont pas encore été mises en place ou bien, lorsqu'elles existent, sont peut-être mal adaptées".

ASSOUPLISSEMENT QUANTITATIF À L'EUROPÉENNE

Sur ce point, elle fait directement référence aux retards pris par la supervision bancaire unique qui ne permettent pas, dans l'immédiat, au mécanisme de solidarité européen (MES) de venir en aide à une banque en difficulté, alors que l'OCDE s'inquiète de façon récurrente du niveau de fonds propres des établissements financiers de l'Union.

En attendant, elle écrit une nouvelle fois qu'un assouplissement monétaire est "indispensable" dans la zone euro, "étant donné que l'inflation sous-jacente est déjà bien inférieure à l'objectif fixé par la BCE pour l'inflation à moyen terme et que des pressions désinflationnistes apparaissent dans le contexte d'une grande faiblesse de l'activité."

L'OCDE va jusqu'à prôner le recours à un taux de facilité de dépôts négatif, qui encouragerait les banques à prêter aux acteurs économiques plutôt qu'à placer leur argent auprès de la BCE, et juge "souhaitable" une expansion de la politique d'achats d'actifs pour alléger les bilans de celles-ci.

"D'une certaine façon, on appelle à un genre d'assouplissement qualitatif européen", a dit Pier Paolo Padoan, dans une allusion aux initiatives de la Réserve fédérale américaine en la matière.

Les économistes de l'OCDE sont plus pessimistes dans leurs prévisions que ceux la Commission européenne, anticipant des contractions de 0,3% (contre 0,1% pour l'UE) de l'économie française cette année, de -1,8% (-1,3%) pour l'Italie, de -1,7% (-1,5%) pour l'Espagne ou de 4,8% (-4,2%) pour la Grèce.

Mais ils sont quasiment en ligne avec Bruxelles sur l'Allemagne avec une prévision de croissance de 0,4% cette année et de 1,9% l'an prochain.

édité par Marc Angrand

Mes listes

valeur

dernier

var.

15.29 +0.96%
CGG
2.436 +4.10%
12.56 +2.20%
53.02 +0.53%
1234.65 +0.12%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.