Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'OCDE relève ses prévisions mais pointe des tensions croissantes

Reuters13/03/2018 à 11:00
    * Croissance mondiale attendue à 3,9% en 2018 et en 2019
    * Effet positif de la réforme fiscale aux Etats-Unis
    * L'évolution attendue de la politique budgétaire en
Allemagne
joue aussi 
    * La perspective d'une guerre commerciale inquiète

    PARIS, 13 mars (Reuters) - L'économie mondiale devrait
connaître cette année sa croissance la plus solide depuis 2011,
prévoit l'OCDE en soulignant toutefois qu'une escalade
protectionniste pourrait nuire à des perspectives économiques
qui restent favorables.     
    Dans leurs prévisions économiques intérimaires publiées
mardi, les économistes de l'Organisation de coopération et de
développement économiques tablent sur une croissance mondiale
accélérant à 3,9% cette année et l'an prochain (après 3,7% en
2017), tout comme leurs homologues du FMI.  
    La révision à la hausse par rapport aux précédentes
estimations de l'OCDE publiées en novembre - +0,2 point en 2018
et +0,3 point en 2019 - a surtout été motivée par les retombées
des baisses d'impôts prévues aux Etats-Unis et la perspective
d'une politique budgétaire plus expansionniste en Allemagne. 
    D'après l'OCDE, la reprise de l'investissement des
entreprises devrait alimenter le rebond du commerce
international, avec des volumes attendus en hausse de plus de 5%
cette année. Autant d'éléments qui, combinés à la progression de
l'emploi, contribuent à une reprise de plus en plus généralisée.
    "Nous pensons que l'économie va rester plus solide pour les
deux prochaines années", a déclaré à Reuters Alvaro Pereira,
chef économiste de l'OCDE par intérim.
    "Nous revenons à des circonstances plus normales que celles
que nous avons connues au cours des dix dernières années",
a-t-il ajouté. 
    Mais la perspective d'un regain de protectionnisme, dans le
sillage de la décision Donald Trump d'imposer de nouvelles taxes
douanières sur les importations américaines d'aluminium et
d'acier, constitue un risque majeur, souligne l'OCDE en invitant
les pays concernés à éviter toute escalade. 
    "Cela pourrait évidemment compromettre la reprise. Nous
pensons que cela représente un risque significatif et nous
espérons qu'il ne se matérialisera pas car cela pourrait être
assez préjudiciable", a dit Alvaro Pereira. 
    
    EFFETS POSITIFS DES RÉFORMES EN FRANCE
    L'OCDE s'inquiète aussi du niveau élevé d'endettement des
acteurs économiques dans de nombreux pays, sources de
vulnérabilités financières. Sans compter que la normalisation
progressive des politiques monétaires pourrait entraîner une
plus grande volatilité des taux de change et des flux de
capitaux, en particulier dans les économies émergentes. 
    Dans le détail, l'OCDE a révisé en nette hausse ses
prévisions de croissance pour les Etats-Unis, la France et
l'Allemagne. 
    La première économie mondiale devrait enregistrer une
croissance de 2,9% en 2018 et de 2,8% en 2019 (contre 2,5% et
2,1% précédemment), la contribution des retombées de la réforme
fiscale étant estimée entre 0,5 et 0,75 points de pourcentage
sur chacune des deux années. 
    Cette situation devrait probablement conduire la Réserve
fédérale à procéder à quatre hausses de taux cette année sur
fond de remontée de l'inflation, prédit Alvaro Pereira. 
    L'OCDE évoquait jusqu'alors un scénario de trois hausses de
taux en 2018. 
    Au sein de la zone euro, l'Allemagne continuerait d'afficher
une croissance solide, soutenue par l'assouplissement budgétaire
prévu dans l'accord de coalition entre la CDU-CSU et le SPD. 
    L'économie allemande devrait cependant ralentir, avec une
croissance attendue à 2,4% cette année (+0,1 point par rapport
aux prévisions de novembre) et à 2,2% en 2019 (+0,3 point),
après 2,5% en 2017. 
    L'OCDE est également plus optimiste pour la France, qui
devrait selon elle combler une partie de son retard par rapport
à la moyenne européenne grâce aux réformes entreprises en ce
début de quinquennat d'Emmanuel Macron. 
    L'économie française, qui a affiché une croissance de 2,0%
sur l'année écoulée, devrait accélérer cette année à 2,2% - un
niveau inédit depuis 2007 et supérieur de 0,4 point aux
précédentes prévisions - avant de ralentir à 1,9% (-0,2 point)
l'an prochain. 
    
    L'IMPACT DU BREXIT
    Globalement, la croissance de la zone euro s'établirait à
2,3% cette année et 2,1% l'an prochain, ce qui correspond à une
révision à la hausse de 0,2 point dans les deux cas. 
    A l'inverse de la tendance générale, le Royaume-Uni devrait
voir sa croissance ralentir et rester à la traîne de la moyenne
du G20, sur fond d'inquiétudes persistantes sur la définition de
ses futures relations avec l'Union européenne après le Brexit.
    De 1,7% en 2017, sa croissance passerait à 1,3% cette année
- un chiffre revu en hausse de 0,1 point - et à à 1,1% en 2019,
sans changement par rapport aux prévisions de novembre.
    L'OCDE est en revanche plus positive pour le Japon en 2018,
avec une prévision de croissance revue en hausse de 0,3 point à
1,5%. Celle de 2019 n'est relevée que de 0,1 point à 1,1%.
    En ce qui concerne les pays émergents, l'OCDE a légèrement
révisé ses anticipations pour la Chine en 2018 (+0,1 point à
6,7%) et maintenu sa prévision d'une croissance de 6,4% en 2019.
    Avec des prévisions revues en hausse, l'Inde passerait
devant la Chine avec une croissance attendue à 7,2% cette année
(+0,2 point) et à 7,5% en 2019 (+0,1 point).  
    L'OCDE, qui se montre plus optimiste pour le Brésil (+0,3
point à 2,2% en 2018 et +0,1 point à 2,4% en 2019), est en
revanche plus réservée sur la Russie, avec une prévision revue
en baisse de 0,1 point, à 1,8% en 2018 et une croissance
attendue à 1,5% en 2019, sans changement par rapport aux
prévisions de novembre.     
    
    Voir aussi : Le tableau des prévisions de l'OCDE
 
    
    Les perspectives économiques complètes sur le site de l'OCDE
    http://bit.ly/1eOZKQ2

 (Leigh Thomas, avec Myriam Rivet pour le service français,
édité par Yann Le Guernigou)
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.