Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'OCDE, plus pessimiste, pousse à agir pour la croissance

Reuters18/02/2016 à 11:12

PARIS (Reuters) - L'OCDE a revu en baisse ses prévisions pour l'économie mondiale, pas seulement cette fois du fait des pays émergents, et appelé à une "réponse collective" qui allie politique monétaire accommodante, réformes structurelles et recours à l'arme budgétaire là où c'est possible pour relancer la demande.

Dans ses prévisions économiques intérimaires, l'Organisation de coopération et de développement économiques s'inquiète en outre des risques "substantiels" d'instabilité financière au vu des turbulences qui se sont emparées des marchés et, dans ce contexte, de la grande vulnérabilité de certains pays émergents.

Pour les économistes de l'OCDE, le rythme de croissance de l'économie mondiale, déjà à son plus bas niveau depuis cinq ans, stagnera à 3,0% cette année et n'accélèrerait que légèrement l'an prochain (3,3%).

Ils ont revu ainsi en baisse de 0,3 point leurs précédentes prévisions pour 2016 comme pour 2017, après l'avoir déjà fait en novembre, et font preuve de plus de pessimisme que leurs homologues du FMI, qui escomptent encore 3,4% cette année puis 3,6% l'an prochain.

Ces révisions concernent la grande majorité des pays et traduisent une série d'indicateurs décevants du quatrième trimestre 2015 ainsi que la faiblesse et la volatilité des marchés financiers dans la période récente, soulignent-ils.

La faiblesse de la croissance se reflète dans celle du commerce international, qui n'a augmenté que de l'ordre de 2% en volume en 2015, un niveau associé dans le passé à des rythmes de progression très bas pour l'économie mondiale, souligne l'OCDE.

Même s'il découle notamment des évolutions des PIB, du bas niveau de l'investissement et de la chute des prix des matières premières, l'accès de faiblesse enregistré récemment, centré autour de l'Asie, est en partie sans explication, ajoute l'organisation.

Il reste que la contraction des importations chinoises et d'autres grands pays émergents contribue à affaiblir la demande pour les exportations des économies avancées, avec pour conséquence un impact négatif d'environ 0,5 point sur la croissance de la zone OCDE en 2015, indique-t-elle encore.

INQUIÉTUDES POUR L'UNION EUROPÉENNE

Dans les grandes économies avancées, les plus fortes révisions à la baisse de l'OCDE concernent les Etats-Unis (-0,5 point à 2,0% pour 2016 et -0,2 point à 2,2% pour 2017) et l'Allemagne (-0,5 point à 1,3% puis -0,3 point à 1,7%).

Elle est moins marquée pour la France (1,2% en 2016 et 1,5% en 2017, soit 0,1 point de moins dans les deux cas) mais confirme, après les prévisions récentes du FMI et de la Commission européenne, que l'objectif d'un PIB en hausse de 1,5% cette année, récemment confirmé par le gouvernement, tend à devenir optimiste.

S'agissant des pays émergents, l'OCDE ne change rien à ses anticipations pour la Chine (6,5% en 2016 puis 6,2% en 2017), même si elle pointe les risques liés à la dette élevée de son secteur privé. Elle escompte une récession bien plus forte cette année au Brésil (-4% contre -1,2% précédemment).

Au vu des politiques actuelles, elle ne prévoit pas de franche accélération pour les économies avancées, du fait notamment d'un déficit d'investissement privé en Europe et de l'absence de hausses salariales significatives aux Etats-Unis, et une poursuite du ralentissement chez les émergents.

Pour y remédier, elle prône une "réponse collective plus forte", nécessaire selon elle pour raffermir la demande.

Ceci passe par une activation plus vigoureuse des leviers que sont la politique monétaire, qui doit rester accommodante, la politique budgétaire, là où il y a des marges de manoeuvre, et la relance des réformes structurelles, dont l'élan tend à s'essouffler par rapport à l'immédiat après-crise.

L'engagement d'augmenter les investissements publics, notamment dans les infrastructures, est une solution qui peut s'y ajouter dans les économies avancées.

Les pays émergents doivent pouvoir procéder de leur côté à des ajustements des taux de change, avec une gestion adéquate des risques financiers associés.

L'OCDE appelle enfin l'Union européenne, confrontée à des défis comme l'afflux de réfugiés, des menaces pour sa sécurité, l'impopularité des programmes d'austérité et les forces centrifuges à l'oeuvre dans certains pays, à retrouver sa raison d'être et parler d'une seule voix pour dissiper des incertitudes qui ne peuvent que nuire à sa croissance déjà faible.

(Yann Le Guernigou, édité par Marc Joanny)

Mes listes

valeur

dernier

var.

71.3 -0.94%
0.875 0.00%
37.918 0.00%
20.66 +1.03%
1.291 0.00%
19.953 0.00%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.