Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'OCDE confirme le retour de la croissance en France : + 0,3% en 2013

Le Parisien03/09/2013 à 13:58

L'OCDE confirme le retour de la croissance en France : + 0,3% en 2013

A la veille du sommet du G20 de Saint-Pétersbourg (Russie), l'Organisation de coopération et de développement économioque (OCDE) revoit ses prévisions de croissance dans le monde avec la poursuite de la reprise économique. Si l'institution basée à Paris parle de «taux encourageants» de croissance pour l'Amérique du Nord, le Japon et le Royaume-Uni, elle ouvre une perspective plus optimiste pour la France. Elle table désormais sur une croissance de 0,3% en 2013, alors qu'elle voyait encore une contraction d'ampleur équivalente du produit intérieur brut hexagonal à la fin du printemps. Cette prévision a de quoi surprendre. Elle contredit celle du FMI, qui mise sur une contraction de l'économie de 0,2%, et même sur celle du gouvernement français qui attend une petite reprise de 0,1%.

Plus largement, l'OCDE croit à une poursuite de la reprise économique mondiale mais, sur fond d'inquiétudes pour les pays émergents. «Le rythme de la reprise dans les principales économies mondiales s'est amélioré au deuxième trimestre et la croissance devrait se maintenir aux mêmes taux au deuxième semestre», affirme l'Organisation. Elle s'attend à une croissance de 7,4% en Chine, de 1,3% aux Etats-Unis, de 1,6% pour le Japon ou encore de 0,7% en Allemagne et de 1,5% au Royaume-Uni.

Cependant, l'OCDE est loin de crier victoire trop vite. La reprise n'est pas «fermement établie au vu notamment des difficultés auxquelles font face certaines économies émergentes, en particulier celles ayant d'importants déficits courants». L'organisation prend l'exemple de l'Inde, qui a vu sa monnaie s'effondrer en raison de la crainte d'un tour de vis de la Réserve fédérale américaine (Fed). «Il est nécessaire de continuer à soutenir la demande, y compris à travers des mesures de politiques monétaires non-conventionnelles, pour réduire le risque d'un déraillement de la reprise», précise l'Organisation.

Alors que la Fed aux Etats-Unis a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

17 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M363422
    03 septembre16:53

    Alors la question aux....qui a creusé le déficit..qui pèsera bien sûr encore dans les prochaines années...Et pourquoi? La crise...bien sûr pour une part. Mais le bouclier fiscale etc...c'était qui? Quant à l'ignorance on ajoute la mauvaise foi et la démagogie.....

    Signaler un abus

  • M363422
    03 septembre16:45

    De quelques chiffres: déficit public notifié = 2009:7,5 ; 2010:7,1; 2011: 5,3; 2012:4,8 en du PIB Si on prend le solde final (Recettes_ dépenses) on a : en 2000 = - 22,1M; 2005 = -50,9 ; 2008= 64,6 ; 2009 = 143,2 ; 2010 = 137,3 ; 2011 = 103,8 Voila de quoi corriger un certains nombres "d'erreurs dites ci dessous...

    Signaler un abus

  • msglyon
    03 septembre15:00

    et bien, pour ma part, je me réjouis que la croissance revienne, je suis heureux que la situation s'améliore et je sens dans mon business que l'activité et la demande est en hausse. Voila, mon pays la France repart vers le haut. Il se trouve que c'est Hollande notre président actuel. Tant mieux. Car c'est bien lui qui a parlé de croissance il y a un an. C'est bien lui qui a expliqué contre tous les experts que la crise de l'euro etait finie l'an dernier... Il a eu raison avant les autres.

    Signaler un abus

  • j.doury
    03 septembre14:03

    le présiflan ne comprend rien au business et pour cause, il n'en a jamais fait.

    Signaler un abus

  • M6816885
    03 septembre13:56

    @breitzel Sarkozy a laissé un pays en faillite , divisé et il a été jeté par le peuple , lassé de ses gesticulations et de sa mégalomanie . Quand au reste , l'avenir dira si les socialos ont bien géré la situation ...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.