1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'objectif de la France n'est pas de nationaliser STX-Castaner

Reuters27/07/2017 à 09:23
    PARIS, 27 juillet (Reuters) - L'objectif de la France dans 
le dossier STX France n'est pas de nationaliser les chantiers 
navals de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), a déclaré jeudi 
Christophe Castaner, au lendemain de l'ultimatum lancé par Bruno 
Le Maire à l'Italie sur fond de désaccord sur la question du 
partage du capital.  
    "L'objectif n'est pas de nationaliser STX, parce que les 
partenaires Italiens sont des partenaires majeurs", a dit le 
porte-parole du gouvernement sur BFM TV-RMC. 
    "On est dans une forme de négociation avec les partenaires 
italiens, on veut réaffirmer la place de la France (...) dans 
STX, dans ce grand chantier naval qui est majeur pour notre 
économie nationale", a-t-il souligné.  
    "Il est normal que l'Etat puisse hausser le ton", a ajouté 
Christophe Castaner. "C'est comme dans la diplomatie. Il faut 
avoir quelques armes (...) Ça permet de négocier au mieux".  
    Le gouvernement italien s'oppose à la proposition de Paris 
d'un partage à 50-50 du capital de STX France et demande que le 
groupe Fincantieri  FCT.MI , détenu par l'Etat, obtienne une 
majorité des parts et contrôle le conseil. 
    Une position rejetée mercredi par le ministre français de 
l'Economie Bruno Le Maire qui a menacé de se prémunir de son 
droit de préemption si jamais les Italiens refusaient sa 
proposition de partage du capital ( ).  
    La France dispose jusqu'à vendredi de ce droit de préemption 
sur la totalité du capital.  
 
 (Caroline Pailliez, édité par Marine Pennetier) 
 

Valeurs associées

-3.75%
-1.61%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

9.302 -0.36%
CGG
1.15 -2.79%
1.13075 0.00%
14.54 -0.38%
60.3 -2.28%

Les Risques en Bourse

Fermer