Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'objectif de déficit risque d'être raté, dit la Cour des comptes

Reuters17/06/2014 à 14:03

SELON LA COUR DES COMPTES, L'OBJECTIF DE DÉFICIT RISQUE DE NE PAS ÊTRE ATTEINT

par Jean-Baptiste Vey

PARIS (Reuters) - Le déficit public de la France risque de baisser moins que prévu et d'atteindre 4,0% du PIB fin 2014, voire davantage si la croissance économique est inférieure au 1% sur lequel table le gouvernement, estime la Cour des comptes.

Le gouvernement prévoit quant à lui de ramener le déficit à 3,8% à la fin de l'année, après 4,3% fin 2013 ou 4,2% selon la récente réévaluation du produit intérieur brut par l'Insee.

"L'objectif de déficit pour 2014, déjà révisé à la hausse en mai, risque d'être dépassé", a dit le premier président de la Cour des comptes, Didier Migaud, en présentant mardi le rapport annuel sur la situation et les perspectives des finances publiques.

"Le déficit des administrations publiques pourrait dépasser l'objectif de 3,8% et être proche de 4%, voire légèrement supérieur si la prévision de croissance du gouvernement ne se réalisait pas", a-t-il ajouté.

Le Haut conseil des finances publiques (HCFP), présidé par Didier Migaud, a estimé la semaine dernière que "sans être hors d'atteinte, la prévision de croissance du gouvernement pour 2014 paraît désormais élevée".

La Cour des comptes estime en outre que des risques pèsent sur l'objectif de ramener le déficit à 3% du PIB fin 2015 comme le gouvernement s'est engagé à le faire devant ses partenaires européens.

Elle souligne que l'objectif d'économies pour l'an prochain est très ambitieux et, plus globalement, que sur les 50 milliards d'euros d'économies prévus par le gouvernement entre 2015 et 2017, 30 milliards sont peu documentés et une partie est incertaine.

La Cour souligne en effet que certaines relèvent d'institutions qui ne sont pas contrôlées par l'Etat comme les collectivités territoriales ou l'assurance chômage.

"AUCUNE MARGE DE SÉCURITÉ"

Le projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale, deuxième texte financier mettant en oeuvre le pacte de responsabilité et de solidarité du gouvernement sera présenté mercredi en conseil des ministres.

Combiné au projet de loi de finances rectificative présenté la semaine dernière, ces textes prévoient 4 milliards d'euros d'économies supplémentaires pour cette année, qui visent à tenir l'objectif de ramener le déficit à 3,8%.

Selon la Cour des comptes, "il subsiste, en plus du risque tenant aux hypothèses économiques, un risque à la baisse de 2 à 3 milliards d'euros sur la prévision d'élasticité des prélèvements obligatoires" qui pourrait se traduire par autant de recettes en moins pour l'Etat cette année.

Quant à ses dépenses, le risque de dépassement est estimé à un à 3 milliards d'euros, qui devraient pouvoir être compensés par des annulations de crédits en fin d'année.

En effet, le gouvernement disposera encore d'une réserve de précaution de plus de 6 milliards d'euros pour financer les dépenses non budgétées de l'Etat comme le coût des opérations militaires extérieures et l'aider à tenir ses dépenses. "Même s'ils ne laissent aucune marge de sécurité pour des dépenses imprévues, les nouveaux objectifs de dépenses de l'Etat peuvent et doivent être atteints", estime la Cour des comptes.

Les dépenses de sécurité sociale devraient pouvoir être conformes aux prévisions, tandis que celles de l'assurance chômage pourraient être supérieures et que "les prévisions de croissance des dépenses des administrations publiques locales (...) paraissent encore sous-estimées, notamment la masse salariale et les prestations sociales".

RÉDUIRE LE NOMBRE DE FONCTIONNAIRES

La Cour des comptes souligne que même si les objectifs sont tenus, la dette publique dépassera le cap symbolique des 2.000 milliards d'euros à la fin de l'année.

Pour l'année suivante, qui pâtirait en plus d'un éventuel dépassement de l'objectif de déficit en 2014, "les objectifs d'économies pour 2015 sont très ambitieux et les économies identifiées à ce jour dans le cadre de la modernisation de l'action publique ne sont pas à la hauteur de cet enjeu".

Et pour la suite, le HCFP "a aussi jugé optimiste le scénario macroéconomique pour 2016-2017", souligne la Cour. "Si les prévisions du gouvernement s'avéraient surestimées, les recettes publiques seraient plus faibles qu'anticipé."

Elle explique qu'avec les 50 milliards d'euros d'économies programmés sur 2015-2017, la dépense publique devrait croître au total de 62 milliards d'euros entre 2014 et 2017. La Cour souligne que ces 50 milliards s'entendent par rapport à la croissance tendancielle des dépenses publiques estimée par le gouvernement qui "repose sur des méthodes et conventions diverses et fragiles".

Pour réaliser des économies, elle propose d'agir notamment sur la masse salariale publique, les dépenses d'assurance maladie et celles des collectivités territoriales.

Concernant la masse salariale, elle estime que "la baisse des effectifs, en complément des efforts sur les rémunérations, constitue un levier porteur d'économies importantes" et qu'"une hausse de la durée effective du travail dans les administrations pourrait permettre de diminuer les effectifs sans réduire la quantité et la qualité des services".

Pour les dépenses d'assurance maladie, elle souligne que la consommation française de médicaments est encore de 22% supérieure en volume à celle des pays voisins et cite notamment les dépenses d'analyses médicales et de transports.

(édité par Yves Clarisse)

Mes listes

valeur

dernier

var.

185.69 -1.62%
0.948 0.00%
37.5 0.00%
10.19 0.00%
8.19 0.00%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.