Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'Italie inquiète les marchés, l'UE et Berlin soutiennent Monti

Reuters10/12/2012 à 14:53

LA SITUATION POLITIQUE ITALIENNE INQUIÈTE LES MARCHÉS

par Lisa Jucca et Giulio Piovaccari

MILAN (Reuters) - La perspective de voir Mario Monti abandonner prochainement la tête du gouvernement italien a ravivé lundi les inquiétudes suscitées par la situation économique et politique de la péninsule, sur les marchés comme parmi les dirigeants européens.

Le président du Conseil a annoncé samedi qu'il démissionnerait sitôt le projet de budget 2013 adopté par le parlement, prenant ainsi acte de la décision du PDL, le parti de son prédécesseur Silvio Berlusconi, de lui retirer son soutien.

La décision de Mario Monti et celle de Silvio Berlusconi de se présenter aux législatives prévues début 2013, font craindre une remise en cause des politiques d'assainissement budgétaire et de réformes structurelles engagées par le gouvernement actuel.

"La principale inquiétude, c'est la perspective d'un retour à l'instabilité économique", explique Davide Pasquali, président du fonds d'investissement Pharus Sicav.

Les élections législatives, jusqu'à présent attendues en mars, pourraient avoir lieu en février si le gouvernement Monti démissionne avant Noël.

La Bourse de Milan perdait 3,65% à la mi-journée tandis que le rendement des emprunts d'Etat italiens à 10 ans s'envolait de plus de 30 points de base à 4,87%, portant le "spread" avec les obligations allemandes à 357 points, contre 574 points au plus fort de la crise financière.

"Si le spread revient au-dessus de 400 à 450 points de base, les banques italiennes auront beaucoup de mal à accéder au marché des capitaux", explique un économiste italien.

Les valeurs bancaires étaient de fait parmi les plus chahutées en Bourse: Banca del Monte dei Paschi di Siena chutait de 7,2% vers 11h00 et UniCredit de plus de 6%.

Rome doit procéder mercredi et jeudi à ses dernières adjudications obligataires de l'année mais le Trésor devra refinancer plus de 420 milliards d'euros de dettes en 2013, une tâche particulièrement ardue si le contexte politique devait se tendre.

PAS D'ALTERNATIVE À MONTI, DIT VAN ROMPUY

Et l'inquiétude des investisseurs se propageait à l'Espagne, avec là encore un double effet de baisse de la Bourse (Madrid cédait 1,6% vers 11h45 GMT) et de remontée des rendements obligataires.

Fragilisé par le retrait du PDL, Mario Monti, dont la personnalité et le parcours avaient fortement contribué à apaiser les tensions financières ces derniers mois, a déclaré que son avenir politique était incertain, selon des propos rapportés par la Repubblica.

"Si je devais (...) décrire mes sentiments actuels, je dirais que je suis très préoccupé", a-t-il ajouté. Alors qu'il a affirmé publiquement à plusieurs reprises qu'il ne se présenterait pas aux prochaines élections, plusieurs partis centristes assurent qu'en privé, il n'écarte pas cette perspective.

Quelle que soit sa décision, le président du conseil peut compter sur le soutien des partenaires européens de l'Italie.

"Mario Monti a été un excellent Premier ministre pour l'Italie et j'espère que les politiques qu'il a mises en oeuvre se poursuivront après les élections", a ainsi déclaré Herman Van Rompuy, le président du Conseil européen. "Il n'y a pas d'alternative à ce que fait M. Monti."

De son côté, le ministère allemand des Finances a affiché sa sérénité. "Nous ne nous attendons pas à un effet déstabilisateur et nous nous attendons à ce que l'Italie continue de respecter ses engagements européens et reste sur la voie des réformes", a dit une porte-parole.

Si l'incertitude politique est revenue au premier rang des préoccupations, elle n'occulte pas tout à fait une conjoncture économique qui reste plus que fragile. Rome a confirmé lundi que le pays était resté en récession au troisième trimestre et que la contraction de l'activité devrait se poursuivre l'an prochain.

Avec Luke Baker à Oslo, Stephen Brown et Erik Kirschbaum à Berlin, Marc Angrand pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.