1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'Italie demande à la BCE d'être plus souple sur les prêts
Reuters06/10/2017 à 00:00

    ROME, 5 octobre (Reuters) - La Banque d'Italie a demandé à 
la Banque centrale européenne d'assouplir ses nouvelles 
exigences de provisions des banques pour couvrir leurs créances 
douteuses et irrécouvrables, a-t-on appris jeudi auprès d'une 
source au fait du dossier. 
    Les banques italiennes détiennent près de 30% des 915 
milliards d'euros de créances douteuses de la zone euro et les 
nouvelles mesures annoncées mercredi risquent de les contraindre 
à de nouvelles provisions.   
    Selon la source, la Banque d'Italie souhaite que les prêts 
garantis soient exemptés des nouvelles règles proposées, qui 
font l'objet d'une consultation publique jusqu'au 8 décembre. 
    Ce type de prêt représente la moitié des créances les plus 
irrécouvrables des banques italiennes. 
    La BCE propose qu'à partir du 1er janvier les banques aient 
deux ans pour provisionner toutes leurs créances non garanties 
nouvellement qualifiées en catégories douteuses et 
irrécouvrables et sept ans pour les créances garanties et 
nouvellement qualifiées aussi. 
    Ces propositions ont fait reculer les banques italiennes en 
Bourse mercredi et jeudi. 
    "C'est un choix fou et suicidaire", a déclaré sur son site 
internet l'ancien président du Conseil Matteo Renzi, revenu à la 
tête du Parti démocrate (centre-gauche). "Avec ce mécanisme 
qu'ils veulent nous imposer, il sera pratiquement impossible de 
prêter aux PME. Et cela affectera d'autres banques, d'autres 
détenteurs de comptes, d'autres épargnants." 
    L'organisation patronale Confindustria a pour sa part évoqué 
un "choix incompréhensible" qui risque, selon elle, de provoquer 
un assèchement de crédit. 
    Selon la source proche de la banque d'Italie, la banque 
centrale espère que la procédure de consultation conduira à une 
"version équilibrée" des mesures.   
     
 
 (Stefano Bernabei, Véronique Tison pour le service français) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer