Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'Irlande, prête à se passer d'aide, allège l'austérité

Reuters15/10/2013 à 21:08

par Sam Cage et Padraic Halpin

DUBLIN (Reuters) - Le gouvernement irlandais a dévoilé mardi un projet de budget marqué par un assouplissement des mesures d'austérité, afin d'alléger la pression sur les contribuables au moment où le pays s'apprête à se passer de l'aide de ses bailleurs de fonds internationaux.

Dublin a profité de la marge de manoeuvre financière que lui offre un récent accord sur les dettes du secteur bancaire pour revoir à la baisse le montant des coupes budgétaires prévues l'an prochain.

Ayant à plusieurs reprises fait mieux que les objectifs budgétaires et financiers qui lui étaient fixés, le Premier ministre Enda Kenny pense pouvoir sortir l'Irlande le 15 décembre du plan d'aide lancé il y a trois ans par l'Union européenne, la Banque centrale européenne (BCE) et le Fonds monétaire international (FMI).

"D'ici l'adoption de la majorité des mesures que j'ai annoncées aujourd'hui, je suis sûr que l'Irlande aura quitté le programme de l'UE et du FMI le 1er janvier prochain", a déclaré le ministre des Finances, Michael Noonan, face au parlement.

Une sortie du plan d'aide permettrait à la fois au gouvernement, formé par une coalition entre le Fine Gael (centre droit) d'Enda Kenny et les travaillistes, de prouver qu'il est parvenu à reconquérir la souveraineté économique du pays et aux autorités européennes d'afficher l'efficacité des politiques d'austérité qu'elles privilégient depuis le début de la crise.

"Alors que la croissance économique continue et que de nouveaux emplois sont encore créés, nous bénéficions de vents favorables pour atteindre nos objectifs et retrouver notre souveraineté", a dit Michael Noonan.

En réaction au septième budget d'austérité en Irlande en six ans, un petit groupe de manifestants s'est rassemblé devant le Parlement et arborait des pancartes "L'austérité tue". Leur nombre réduit n'était en rien comparable aux vastes mouvements de contestations observés en Espagne et en Grèce.

MAINTIEN DE LA BAISSE DE LA TVA

En choisissant d'alléger les mesures d'austérité prévues pour 2014, le gouvernement prend le contre-pied des recommandations de la banque centrale et des choix initiaux de l'UE et du FMI. Mais les objectifs fixés à Dublin ayant tous été atteints et même dépassés, cette attitude ne devrait pas remettre en cause la fin du plan d'aide de 85 milliards d'euros.

Le budget 2014 limite donc l'ajustement budgétaire à 2,5 milliards d'euros, contre 3,1 milliards prévus initialement, avec en particulier une hausse des taxes sur l'alcool et le tabac et une mise à contribution du secteur bancaire à hauteur de 150 millions d'euros.

En incluant ces mesures, l'Irlande aura réalisé 95% des 33 milliards d'euros de réductions de dépenses et de recettes nouvelles nécessaires pour ramener son déficit sous le seuil de 3% du produit intérieur brut (PIB) fixé par l'UE, selon les estimations de la société d'investissement Goodbody Stockbrokers.

Au niveau de la fiscalité, Michael Noonan a notamment maintenu une baisse de la TVA qui a profité au secteur de l'hôtellerie-restauration et a réduit à zéro la taxe sur les transports aériens.

Le ministre table sur une nette accélération de la croissance économique à 1,8% l'an prochain, après 0,2% attendu cette année, ce qui devrait contribuer à limiter le déficit à 4,8% du PIB, en dessous donc des 5,1% prévus par le plan d'aide.

Pour cette année, le ministre des Finances attend un déficit de 7,3% du PIB. Il vise un léger excédent primaire (hors service de la dette) en 2014.

"La dynamique de croissance s'accélère, avec un possible effet d'entraînement sur 2014", explique Alan McQuaid, chef économiste de Merrion Stockbrokers. "Les marchés vont probablement considérer cela comme la dernière étape avant la sortie du plan d'aide."

Avec Conor Humphries, Marc Angrand et Julien Dury pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Mes listes

valeur

dernier

var.

4.94 +5.65%
155.95 +0.26%
1.64 -2.96%
6.95 -0.94%
7.22 -0.14%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.