1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'Iran dépassera dans 10 jours son plafond d'uranium faiblement enrichi
Reuters17/06/2019 à 21:34

    * Rohani invite la France à sauver l'accord de Vienne
    * Macron se dit prêt à faire le nécessaire
    * Washington parle de "chantage nucléaire"

 (Actrualisé avec Macron, Maison blanche)
    DUBAI/LONDRES, 17 juin (Reuters) - L'Iran dépassera dans dix
jours le plafond d'uranium faiblement enrichi qu'il est autorisé
à stocker en vertu de l'accord de 2015 sur son programme
nucléaire, mais les pays européens peuvent encore sauver cet
accord, a déclaré lundi Behrouz Kamalvandi, porte-parole de
l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA).
    "Nous avons quadruplé la capacité d'enrichissement et
l'avons même augmentée tout récemment, de sorte que, dans dix
jours, nous dépasserons le plafond des 300 kg", a-t-il dit à la
télévision iranienne. "Il reste encore du temps (...) si les
pays européens agissent."
    "Les réserves de l'Iran augmentent chaque jour à un rythme
plus rapide. Et s'il est important pour eux (les Européens) de
préserver l'accord, qu'ils fassent tous les efforts
possibles(...) Dès qu'ils honoreront leurs engagements, la
situation reviendra à la normale", a dit le porte-parole.
    "Les Européens ont manifesté indirectement leur incapacité à
agir. Ils ne doivent pas penser qu'au bout des 60 jours (délai
fixé en mai par l'Iran), ils auront encore une rallonge de 60
jours", a-t-il ajouté. 
    Le président iranien Hassan Rohani, qui recevait
l'ambassadeur de France à Téhéran, a quant à lui parlé d'un
"moment critique". 
    "La France peut encore agir avec les autres signataires et
jouer un rôle historique pour sauver l'accord, mais il reste
très peu de temps", a-t-il ajouté, selon l'agence de presse
Fars.
    A Paris, Emmanuel Macron s'est dit prêt à oeuvrer avec ses
partenaires pour convaincre l'Iran de continuer à respecter ses
engagements.
    "Je regrette les annonces iraniennes de ce jour mais
aujourd'hui, comme l'a souligné l'AIEA, l'Iran respecte ses
obligations et nous l'encourageons donc très fortement à
continuer à adopter un comportement patient et responsable", a
dit le président français lors d'une conférence de presse. 
        
    INSTEX EN RETARD
    A Washington, un porte-parole du Conseil de sécurité
nationale de la Maison blanche a parlé de "chantage nucléaire".
    Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a quant à
lui réclamé des sanctions immédiates si le plafond d'uranium
enrichi est effectivement dépassé.  
    L'accord de Vienne limite le stock iranien d'hexafluorure
d'uranium enrichi à 3,67% à 300 kg pendant 15 ans.
    Le gouvernement iranien avait annoncé en mai qu'il ne se
considérait plus tenu par les engagements pris dans le cadre de
l'accord de Vienne, dans la mesure où les Etats-Unis l'ont
dénoncé en mai 2018, ce qui a ouvert la voie au rétablissement
des sanctions américaines. Elles s'étendent désormais au
secteurs pétrolier et bancaire, ce qui a entraîné une forte
réduction des exportations iraniennes. 
    Les signataires européens, qui ont promis de tout faire pour
sauver le "Plan d'action global commun" conclu en 2015, ont
promis la mise en place prochaine d'un dispositif nommé Instex,
censé compenser les sanctions américaines, mais le programme a
pris du retard et Téhéran juge leurs efforts insuffisants. 
    Heiko Maas, chef de la diplomatie allemande, s'est rendu à
Téhéran la semaine dernière pour assurer qu'ils n'y avaient pas
renoncé, malgré le scepticisme qu'il suscite.  
    *     La tension est encore montée ces derniers jours après
l'attaques de deux pétroliers dans le golfe d'Oman, que
Washington a imputée à la République islamique.

     L'armée iranienne a nié lundi toute implication.
    "Si la République islamique d'Iran décide de bloquer les
exportations de pétrole via le détroit d'Ormuz, elle dispose
d'une puissance militaire suffisamment importante pour le faire
pleinement et au grand jour", a déclaré son chef d'état-major,
le général Mohammad Baqeri, cité par l'agence de presse Fars.

 (Rédaction de Dubaï et Parisa Hafezi, avec Bozorgmehr
Sharafedin, William Schomberg, Ben Blanchard, Francois Murphy,
Robin Emmott, Dan Williams, Andrew Osborn, Andrey Kuzmin et
Jean-Baptiste Vey; Eric Faye, Guy Kerivel et Jean-Philippe
Lefief pour le service français, édité par Tangi Salaün)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer