Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'interview de Jean-Louis Mourier (Aurel BGC) : « Les annonces de la BCE visent d'abord à faire remonter l'inflation »

Boursorama22/01/2015 à 19:00

A partir de mars, la BCE va engager 60 milliards d'euros d'achats mensuels d'actifs jusqu'en septembre 2016.

Mario Draghi sort le « bazooka » monétaire pour faire remonter les anticipations d'inflation et parvenir à terme à l'objectif de 2%. Une condition nécessaire mais non suffisante au redressement de l'économie européenne selon Jean-Louis Mourier, économiste chez Aurel BGC.

Mario Draghi a enfin dévoilé son programme massif d'achats d'actifs (QE) d'un montant de 60 milliards d'euros par mois à partir de mars 2015 jusqu'en septembre 2016, soit au total plus de 1.100 milliard sur un an et demi. L'annonce a plutôt plu aux investisseurs qui tablaient sur le chiffre de 50 milliards par mois. Quelle est votre réaction ?

Jean-Louis Mourier : Les annonces sont en ligne avec les attentes dans la mesure où le montant de 60 milliards d'euros d'achats mensuels comprend pour environ 10 milliards les programmes déjà existant : ABS (titrisation de créances) et Covered bonds (obligations sécurisées) qui ressortent déjà à 35 milliards en trois mois. Les 50 milliards restant seront consacrés à des achats d'obligations « investment grade » (signature de qualité) publics et privés. Quant à la date de septembre 2016, elle n'est pas intangible. Le programme devrait être poursuivi jusqu'à ce que le rythme d'inflation se redresse et s'oriente vers l'objectif de 2% fixé par la BCE. Cette date correspond à une échéance de deux ans par rapport au lancement en septembre 2014 du programme d'achat d'ABS et de Covered Bonds.

Les banques centrales nationales porteront 80% du risque lié aux achats d'actifs alors que la BCE n'en portera que 20%. N'est-ce pas un problème ? Le risque de fragmentation de la zone euro n'a pas disparu...

J-L.M : Bien sûr, ce n'est pas un bon message et il peut s'interpréter comme une concession faite aux Allemands. Pour autant, Mario Draghi a été clair sur ce point : le débat sur le partage des risques est « futile » car la mutualisation des actifs des banques centrales existe de fait. L'actif des banques de l'Eurosystème est totalement « fongible ». Notons également que la BCE renonce à toute séniorité et sera un créancier de même rang que les autres détenteurs de dette.

Pas de restriction dans les choix des dettes achetées ?

J-L.M : Pour les dettes nationales bénéficiant d'un programme d'aide, la décision sera prise ultérieurement. Il n'y a pas de raison qu'elles ne soient pas éligibles à terme.

Globalement, ce « bazooka » monétaire présenté par Mario Draghi sera-t-il suffisant, selon vous, pour éviter à la zone euro de tomber en déflation ?

J-L.M : Ces annonces devraient sans doute avoir une influence rapide sur les anticipations d'inflation en zone euro. On le verra au cours des prochains jours. Pour autant, la BCE seule ne peut pas tout pour sortir l'économie européenne de la non-croissance. Malgré une politique monétaire très accommodante, le Japon n'est pas complètement parvenu à sortir l'économie de la spirale déflationniste et malgré trois opérations de QE lancées par la Fed, l'inflation a baissé aux Etats-Unis. Une chose est sûre, Mario Draghi a mis les moyens pour que la BCE retrouve une trajectoire d'inflation plus conforme à ses prévisions.

Propos recueillis par Julien Gautier


Mes listes

valeur

dernier

var.

5381.11 -0.20%
104.95 -0.19%
1.546 -2.52%
18.76 -0.32%
6.575 -1.13%
SEB
159.9 -0.99%
17.575 -1.43%
49.995 -0.61%
1.267 +0.10%
5.006 -1.38%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.