Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'interview de Jacques Chahine (J. Chahine Capital) : « Le risque déflationniste reste majeur en Europe »

Boursorama17/09/2014 à 18:09

Pour Jacques Chahine, la France est dans la position d'un malade qui n'aurait reçu jusqu'à présent que des soins palliatifs à défaut d'un traitement efficace.

Le secteur clé des valeurs technologiques ne représente que 3% de la capitalisation des marchés européens contre près de 20% du marché américain. Un signe du décrochage de la zone euro, toujours menacée par la déflation, par rapport aux Etats-Unis.

Les marchés restent suspendus à la réunion de la Fed de jeudi. Qu'en attendez-vous ?

Jacques Chahine : Tout l'enjeu pour la Fed est de préparer les marchés à un retour graduel de la normalité : après la fin progressive des plans d'assouplissement quantitatif (QE), le relèvement programmé des taux. A ce titre, Janet Yellen ne pourra agir que si les indicateurs économiques américains sont parfaitement bien orientés, ce qui n'est pas encore le cas. Le récent rebond des taux longs est toutefois le signe que la normalisation de la politique monétaire de la Fed commence à être intégré par le marché.

Les tensions géopolitiques actuelles sont-elles susceptibles d'impacter durablement les marchés ?

J.C : Les tensions au Proche et Moyen-Orient ne suscitent pas d'inquiétudes particulières pour les marchés. Le pétrole continue de couler à flot avec l'arrivée du pétrole de schiste. Les prix du baril sont redescendus en-dessous des 100 dollars. Seule une contagion de la crise aux pays du Golfe pourrait déstabiliser le marché du pétrole. Concernant la situation en Ukraine et les tensions en résultant entre la Russie et l'Europe, il est clair que ce retour de la « guerre froide » est susceptible d'avoir des conséquences autrement plus importantes pour la planète finance. A ce titre, un règlement du conflit aurait des répercussions très positives auprès des investisseurs. En attendant, cet environnement géopolitique tourmenté n'a pas empêché l'indice S&P de franchir le cap des 2.000 points pour la première fois de son histoire...

Que vous inspire la situation de l'Europe ?

J.C : Le risque déflationniste reste majeur. En regardant tout particulièrement le niveau des taux  à 30 ans en zone euro, un bon indicateur des perspectives de croissance attendues à long terme, on ne peut être que frappé que par leur faiblesse. C'est le signe que la zone euro est engluée durablement dans la non-croissance. Si la BCE est intervenue avec retard par rapport à la Fed par exemple, Mario Draghi a récemment annoncé plusieurs mesures bienvenues (baisse des taux directeurs, plan d'achats d'ABS etc.) mais il n'a pas utilisé l'arme de l'achat d'emprunt d'Etats via les établissements bancaires. Aujourd'hui, même l'Allemagne peut se préoccuper pour sa croissance future. Et je ne parle même pas de la situation de la France...

Justement, que peut faire la France pour sortir de l'ornière ? Le gouvernement Valls II semble déterminé à réformer...

 J.C : La France est un cas douloureux. Sa situation ressemble à celle d'un patient très malade qui n'aurait reçu que des soins palliatifs depuis plusieurs années en l'absence d'un traitement véritablement efficace. D'un autre côté, il est très difficile de réformer la France. Le symptôme le plus inquiétant selon moi se manifeste par le départ des jeunes entrepreneurs à l'étranger. La dynamique d'investissement a déserté la France. L'avenir se construit ailleurs et cela révèle le déclin de notre pays.

Le marché américain est-il trop cher par rapport au marché européen ?

J.C : Oui, le marché européen a accumulé un retard considérable par rapport au marché américain. Les valorisations européennes sont à la casse. Il est vrai que les entreprises américaines ont le vent en poupe. La hausse des profits devrait dépasser 8% cette année. Mais ces bons résultats sont reflétés dans les cours. Alors que l'Europe, qui garde de beaux fleurons, notamment dans l'industrie automobile ou le luxe, reste délaissée par les investisseurs. On remarque désormais une grande différence dans la composition des indices de chaque côté de l'Atlantique : aujourd'hui, le secteur clé des valeurs technologiques représente 20% de la capitalisation boursière du marché américain contre 3% seulement pour les marchés européens. Les valeurs financières ne représentent plus que 16% des indices américains contre 22% en Europe.

Pour ceux qui veulent investir en Europe, quels types de valeurs  doivent-ils privilégier ?

J.C : Il faut profiter de la baisse de l'euro par rapport au dollar pour investir sur les valeurs exportatrices.

Propos recueillis par Julien Gautier


Mes listes

valeur

dernier

var.

0.61 +3.39%
53.72 -0.99%
23.98 -0.66%
3.585 -9.36%
11.64 -0.68%
5.05 -0.98%
43.655 -1.20%
1.1 -6.46%
1.13 -0.88%
18.932 +0.68%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.